Dames en blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dames en blanc
Logo de l'organisation
Laura Pollan

Devise : « Libertad, libertad, libertad ! »

Situation
Création 2003
Domaine Libération des dissidents cubains
Dirigeant Laura Pollán
Dirigeant Berta Soler

Les Dames en blanc (en espagnol : Damas de Blanco) sont un mouvement d'opposition à Cuba réunissant des épouses et membres des parents de dissidents emprisonnés par le gouvernement de Fidel Castro. Les femmes protestent contre ces emprisonnements en assistant à la messe chaque dimanche vêtues d'une robe blanche, puis en marchant en silence dans les rues habillées de blanc. La couleur blanche est choisie pour symboliser la paix. Le mouvement a reçu le prix Sakharov remis par le Parlement européen en 2005.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les Dames en blanc se sont organisées en 2003 après l'arrestation de 75 dissidents lors du printemps noir cubain. Ce sont des femmes proches des Cubains arrêtés et déclarés prisonniers d’opinion par Amnesty International. Les Dames en blanc manifestent pacifiquement, vêtues de blanc, un glaïeul à la main, dans la cinquième avenue et devant une église de Miramar, le quartier des ambassades de la capitale cubaine[1] mais aussi dans d’autres villes du pays[2]. Elles terminent leur marche par une prière, puis lancent un cri « Libertad, libertad, libertad ! »[3].

Lauréates du prix Sakharov en 2005, elles ne sont pas autorisées à le recevoir. Ce n'est qu'en 2013 qu'elles peuvent se déplacer en Europe et le recevoir des mains de Martin Schulz[4]. Pour les membres de l'association : « Ce prix est un bouclier qui protège notre combat pacifique, et nous voulons en remercier le Parlement européen. Nous avons commencé à nous battre pour la liberté de 75 hommes, puis pour celle de tous les prisonniers politiques et pour les droits de l'homme. »[5].

En 2009, Amnesty International mentionne l'intervention des autorités cubaines pour empêcher les membres des Dames en blanc de manifester pacifiquement : « Les autorités cubaines doivent mettre un terme aux manœuvres de harcèlement incessantes visant des militants essayant d'exercer pacifiquement leur droit à la liberté d'expression et d'association »[6].

En mars 2010, une quarantaine de militantes défilent et crient « Viva Zapata! », du nom du prisonnier Orlando Zapata décédé le 23 février des suites d'une grève de la faim de 80 jours. La mère de Zapata, Reina Luisa Tamayo, était présente[7].

En 2011, Laura Pollán, leader des Dames en blanc, est décédée des suites d'une infection respiratoire [8]. Berta Soler lui succède[2].

Berta Soler annonce que le 18 décembre au moins 20 maisons et le siège des Dames en blanc ont été isolés pour empêcher toutes sorties. Cette répression est concomitante aux premières manifestations des opposants après la mort de Fidel Castro[9].

Hebe de Bonafini, présidente de l’association des Mères de la Place de Mai auxquelles sont souvent comparées les dames en blancs par la presse internationale, s'oppose au contraire à toute analogie et explique être « en total désaccord avec leurs propos ».

En 2015, des journalistes de 14ymedio sont empêchés de couvrir une manifestation des Dames en blanc[10].

En mars 2016, lors de la visite de Barack Obama à Cuba, le régime cubain arrête plus de 50 membres des Dames en blanc. Berta Soler déclare alors « Il est très important que nous agissions afin que le président Obama sache qu'il y a des femmes ici qui luttent pour la liberté des prisonniers politiques. Il doit savoir que nous sommes réprimées simplement pour l'exercice de notre droit de nous exprimer et de manifester de manière non-violente »[11].

En 2017, Les Dames en Blanc mettent en garde contre un plan du gouvernement cubain visant à dissoudre le groupe[12]. En septembre 2019, l’Union patriotique de Cuba, coordonné à Cuba par José Daniel Ferrer, appelle à soutenir Les Dames en Blanc [13].

En 2020, les Dames en blanc soutiennent le Mouvement San Isidro qui conteste notamment le décret 349 jugé liberticide. Celui-ci oblige les artistes à solliciter l’autorisation préalable du ministère de la Culture avant de se produire dans les espaces publics ou privés. Le décret 349 prévoit aussi l'interdiction de vendre des livres dont la teneur est « préjudiciable à l'éthique et aux valeurs culturelles » de Cuba.[14],[15].

Lors des manifestations de juillet 2021 les Dames en blanc annonce l'arrestation de Berta Soler qui dirige le groupe[16].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Miriam Leiva est une journaliste indépendante et activiste des Droits de l'Homme, elle a cofondé le groupe en 2003[17]. Elle est l'épouse du dissident Oscar Espinosa Chepe emprisonné de mars 2003 à novembre 2004.
  • Mirian Reyes dont le fils a dû s'exiler aux États Unis après avoir été en prison. Elle est sans-abri depuis qu'un cyclone a détruit sa maison dans la partie orientale de Cuba[3].
  • Niurka Luque Álvarez a été arrêtée le 17 mars 2012 avec 17 autres Dames en blanc, elle reste 7 mois en prison avant d'être libérée en octobre 2012 dans l'attente de son procès. Par contre Sonia Garro Alfonso and et son mari Ramón Alejandro Muñoz restent en prison[18].
  • Niurkis, une jeune femme de la Havane, dont le mari Lamberto Hernandez Plana est en prison (en 2012) elle survit en vendant des bonbons[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le combat des "Dames en blanc" se poursuit à Cuba L'Express, 19 avril 2010
  2. a et b Berta Soler, une voix dissidente sur la visite d’Obama à Cuba L'Opinion, 22 mars 2016
  3. a b et c A La Havane, les Dames en Blanc retrouvent espoir avec la visite du pape La Vie, 26 mars 2012
  4. En direct: les Dames en Blanc de Cuba enfin libres de recevoir le Prix Sakharov 23 avril 2013
  5. Dames en Blanc: "Le Prix Sakharov est un bouclier pour notre lutte pacifique" 24 avril 2013
  6. Manifestations perturbées à Cuba Amnesty international, 2009
  7. Cuba: des dissidents commémorent le «Printemps noir»
  8. Cuba : mort de Laura Pollan, leader des «Dames en blanc» Le Figaro, 15 octobre 2010
  9. Cuba: premières manifestations d'opposants bloquées depuis la mort de Castro La Presse, décembre 2016
  10. Josefina Salomon, « Six faits à connaître sur la censure à Cuba », Amnesty International,
  11. Principaux groupes de dissidence et opposants politiques cubains Office français de protection des réfugiés et apatrides, 21 avril 2016
  12. Las Damas de Blanco alertan de un plan del Gobierno cubano para disolver el grupo
  13. Appels à des manifestations pacifistes
  14. Cuba. Protestation d’artistes avec le soutien de la dissidence. Ouest France, 21 novembre 2020.
  15. A Cuba, les artistes dissidents se barricadent. Libération, 26 novembre 2020.
  16. Cuba: plus de 100 personnes en détention. Le Figaro, 14 juillet 2021.
  17. Miriam Leiva Huffpost
  18. Un membre des Dames en blanc libéré d'une prison cubaine Amnesty international, 11 octobre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]