Razan Zaitouneh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Razan Zaitouneh
رزان زيتونة
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
SyrieVoir et modifier les données sur Wikidata
Disparition
Nationalité
Activités
Conjoint
Wael Hamada (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Membre de
Centre de documentation des violations en Syrie
Association des écrivains syriens (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Prix Sakharov ()
Prix Anna-Politkovskaïa ()
Prix Ibn-Rushd pour la liberté de pensée (en) ()
Prix international Femme de courage ()
Prix Petra-Kelly ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Razan Zaitouneh (arabe : رزان زيتونة), née le , est une avocate syrienne et militante des droits de l'homme, portée disparue depuis le 9 décembre 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Razan Zaitouneh est l'un des membres fondateurs du Centre de documentation des violations en Syrie (VDC), organisation non gouvernementale ayant pour but de documenter les violations des droits humains, et du « Local Development and Small Projects Support », organisation à vocation humanitaire[1].

Razan Zaitouneh, partisane de la non-violence, défend les droits de l'homme en Syrie depuis 2001. Il lui est interdit de quitter le territoire syrien à partir de 2002[2].

Le 25 mars 2011, elle participe à un rassemblement silencieux appelant à la libération des prisonniers d'opinion, avec les « Chebab de Daraya » (les Jeunes de Daraya) et « al-Harak » (le Mouvement pacifiste syrien ou Mouvement syrien pour la non-violence), aux côtés de Souheïr al-Atassi[3] ,[4].

En 2011, elle doit se cacher, ainsi que son mari, Waël Hamada, car ils sont recherchés par les autorités syriennes. Le 30 avril 2011, `Abd al-Rahman, le frère de Waël, évite les services de renseignements sur son lieu de travail, puis est approché à son domicile à Damas. `Abd al-Rahman est alors contraint d'appeler son frère pour le persuader de le rejoindre, mais ne parvient pas à le joindre, puis est arrêté[5].

Le 12 mai, Waël est arrêté. En prison, il est interrogé sur le travail de sa femme en faveur des droits de l'homme, et, selon Amnesty international, serait victime de torture et mauvais traitements.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, affirme que Waël Hamada et son frère « sont détenus dans un lieu inconnu pour forcer Razan Zaitouneh à se rendre»[6].

Waël est libéré le 1er août 2011, en attente de procès[7].

Les bureaux du VDC sont alors installés à Douma. Razan Zaitouneh collabore également avec le Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression. C'est leur présence sur place à Douma qui permet aux militants de commencer à documenter le jour même de nombreux crimes de guerre, y compris des attaques chimiques, dont celle du 5 août 2013[8].

En 2012, avec sa collègue Samira Khalil, elle rejoint les activités de l'association Women now for Development, créé par Samar Yazbek[9].

Disparition forcée[modifier | modifier le code]

Le 9 décembre 2013, Razan Zaitouneh est enlevée en compagnie de trois autres personnes qui travaillaient avec elle au VDC : Waël Hamada, son mari, Samira al-Khalil et Nazem al-Hamadi, à Douma, où elle vivait depuis mars 2011 pour échapper aux forces gouvernementales[1]. L'enlèvement aurait été commis par le groupe salafiste Jaych al-Islam selon des membres des Comités locaux de coordination de Syrie, un réseau de militants d'opposition[10],[11]. Le dissident syrien Yassin al-Haj Saleh, époux de Samira Khalil, attribue la disparition complète au régime de Bachar el-Assad, il évoque la possibilité d'un accord entre le groupe armé rebelle et les services de renseignement du régime ou peut-être un échange de prisonniers, ce qui permettrait d'expliquer le secret complet de la disparition des « Quatre de Douma »[12],[13].

En janvier 2020, Majdi Naameh, un ancien cadre de Jaych al-Islam, suspecté d'être impliqué dans leur enlèvement et leur disparition forcée est arrêté en France[14].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Razan Zaitouneh apparaît dans plusieurs épisodes de Democracy Now![15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Syrie : Razan Zaitouneh et ses trois collègues doivent être libérés sains et saufs, fidh.org, 13 décembre 2013
  2. Hala Kodmani, « Le combat par la voix de deux Syriennes », letemps.ch, 13 août 2011
  3. (en) « Syria's non-violent activists were the first to be targeted », sur The National (consulté le 22 décembre 2019)
  4. Bruno PAOLI et François BURGAT, Pas de printemps pour la Syrie : Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), La Découverte, , 405 p. (ISBN 978-2-7071-7917-3, lire en ligne)
  5. (en) « AIUK : Syria: activists forced into hiding by threats » [archive du ], sur Amnesty International, (consulté le 19 décembre 2019)
  6. « Syrie : deux femmes face au régime », sur Libération.fr, (consulté le 22 décembre 2019)
  7. « Document », sur www.amnesty.org (consulté le 19 décembre 2019)
  8. « Syrie : une plainte déposée en France pour « crime contre l’humanité » », 28 minutes,‎ (lire en ligne)
  9. Samar Yazbek (trad. de l'arabe), 19 femmes : les Syriennes racontent, Paris, Stock, , 425 p. (ISBN 978-2-234-08604-3), p. 413
  10. « Le dernier témoignage de la militante syrienne Razan Zaitouneh », lemonde.fr, 13 décembre 2013
  11. Amara Makhoul-Yatim, « Le rapt de Razan Zaitouneh, un tournant », france24.com, 16 décembre 2013
  12. Jean-Pierre Filiu, « Femme, syrienne et révolutionnaire », Un si proche Orient, lemonde.fr, 1er octobre 2017.
  13. Justine Augier, De l'ardeur : Histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne, Actes Sud, , 322 p. (ISBN 978-2-330-08714-2, lire en ligne), p. 205
  14. Thomas Clerget, « Un Syrien poursuivi en France pour la disparition d’opposants à Bachar al-Assad », sur Mediapart (consulté le 20 octobre 2020)
  15. Shows Featuring Razan Zaitouneh

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]