Glaïeul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gladiolus

Les glaïeuls appartiennent à un genre de plantes de la famille des Iridacées, le genre Gladiolus qui compte plus de 260 espèces. Le nom glaïeul dérive du latin gladius, signifiant « glaive ».

Ce sont des plantes vivaces à cormes qui sont maintenant largement utilisées comme plantes ornementales en massifs ou pour la production de fleurs coupées.

Gladiolus, qui signifie « petit glaive » en latin, fait référence à la forme des feuilles. Ces dernières sont surmontées par une inflorescence en épi. Suivant les espèces, la taille de la plante est variable.

Usages alimentaires[modifier | modifier le code]

Selon l'ethnobotaniste François Couplan (2009), le rhizome de Gladiolus atroviolaceus (trouvé en Grèce et en Turquie) est encore consommé en Anatolie[1].

Répartition dans le monde[modifier | modifier le code]

La plupart des espèces sont originaires d'Afrique du Sud, mais on trouve aussi certaines espèces à l'état sauvage en Eurasie, autour du bassin méditerranéen et en Afrique de l'Est. On compte environ 10 espèces en Eurasie contre 150 en Afrique du Sud et 76 en Afrique tropicale. Ce sont donc des plantes très hémérochores.

En France[modifier | modifier le code]

Il fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les jardins du domaine royal par le capitulaire De Villis, un acte législatif émis par Charlemagne vers la fin du VIIIe siècle ou au début du IXe siècle.

En France, on peut rencontrer les espèces suivantes[2],[3] :

Autres espèces :

  • Gladiolus murielae (= Gladiolus callianthus, = Acidanthera bicolor) - glaïeul d'Abyssinie
  • Gladiolus actinomorphanthus P.A.Duvign. & Van Bockstal

En République Démocratique du Congo[modifier | modifier le code]

La composition spécifique des sols du Katanga et en particulier leur richesse en cuivre et autres minéraux variés procurent aux glaïeuls locaux leurs spécificités décrites entre autres par Paul Duvigneaud et Liliane Van Bockstal au début des années 1960.

  • Gladiolus actinomorphanthus P.A.Duvign. & Van Bockstal
  • Gladiolus curtilimbus P.A.Duvign. & Van Bockstal ex S.Córdova
  • Gladiolus ledoctei P.A.Duvign. & Van Bockstal
  • Gladiolus duvigneaudii Van Bockstal
  • Gladiolus fungurumeensis P.A.Duvign. & Van Bockstal
  • Gladiolus gregarius var. angustifolius (Van Bockstal) Geerinck
  • Gladiolus klattianus subsp. angustifolius Van Bockstal
  • Gladiolus microspicatus P.A.Duvign. & Van Bockstal ex S.Córdova
  • Gladiolus mitwabaensis P.A.Duvign. & Van Bockstal ex S.Córdova
  • Gladiolus peschianus P.A.Duvign. & Van Bockstal
  • Gladiolus pungens P.A.Duvign. & Van Bockstal ex S.Córdova
  • Gladiolus salmoneicolor P.A.Duvign. & Van Bockstal ex S.Córdova
  • Gladiolus tshombeanus P.A.Duvign. & Van Bockstal
  • Gladiolus tshombeanus var. parviflorus P.A.Duvign. & Van Bockstal
Illustration par Emanuel Sweerts (1552-1612) du glaïeul, Gladiolus maximus dans l'édition de 1612 du Florilegium Amplissimum et Selectissimum.

Langage des fleurs[modifier | modifier le code]

Dans le langage des fleurs, le glaïeul symbolise le rendez-vous ou l'indifférence[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Couplan, François (2009) Le régal végétal : plantes sauvages comestibles ; Editions Ellebore, Voir p77/527 pages
  2. a et b (en) « Etude morphométrique des glaïeuls méditerranéens (Gladiolus L., Iridaceae) en France (PDF Download Available) », sur ResearchGate (consulté le )
  3. a et b (en) « Synopsis du genre Gladiolus L.(Iridaceae) en France (PDF Download Available) », sur ResearchGate (consulté le )
  4. Gladiolus × byzantinus Mill.
  5. (en) Szczepaniak M., Kamiński R., Kuta E., Słomka A., Heise W. & Cieślak E, « Natural hybridization between Gladiolus palustris and G. imbricatus inferred from morphological, molecular and reproductive evidence », Preslia,‎ , p. 137-161 (lire en ligne)
  6. World Checklist - Gladiolus bornetti.
  7. Anne Dumas, Les plantes et leurs symboles, Éditions du Chêne, coll. « Les carnets du jardin », , 128 p. (ISBN 2-84277-174-5, notice BnF no FRBNF37189295).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]