Mort de Mahsa Amini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La mort de Mahsa Amini est le décès le à Téhéran d'une étudiante iranienne d’origine kurde de 22 ans, trois jours après avoir été arrêtée par la police des mœurs iranienne pour « port de vêtements inappropriés ».

Plusieurs témoins accusent la police d'avoir violemment battu la jeune femme, entraînant sa mort. Ces accusations, auxquelles viennent s'ajouter des images de l'hôpital montrant des blessures, amènent une partie de la population iranienne à conclure que Mahsa Amini est morte d'une hémorragie intracérébrale causée par des violences policières. Cette version est contestée par les autorités, qui donnent deux versions, celle d'un « problème cardiaque soudain » et celle d'une maladie au cerveau.

L'annonce du décès provoque de nombreuses manifestations, au Kurdistan iranien, mais également dans le milieu universitaire. La répression de ces manifestations est très violente et cause la mort de plusieurs centaines de personnes ainsi que l'arrestation de plusieurs dizaines de milliers.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'élection en 2021 d'Ebrahim Raïssi comme président de la république islamique d'Iran marque l'aboutissement de la conquête du pouvoir par l'aile la plus conservatrice de l'Association du clergé militant. L'état de santé du Guide de la Révolution Ali Khamenei laisse craindre qu'il ne décède à brève échéance. Ce contexte incite les autorités à faire preuve de plus de rigueur dans l'application de la Velayat-e faqih[1].

Mahsa Amini[modifier | modifier le code]

Mahsa Amini
Manifestations de protestation contre le régime iranien après la mort de Mahsa Amini.
Biographie
Naissance
Décès
(à 22 ans)
Téhéran (Iran)
Nationalité
Autres informations
Distinction

Mahsa Amini est née le à Saqqez dans la province iranienne du Kurdistan. Baptisée Jina par sa famille, elle porte officiellement le prénom de Mahsa parce que Jina, prénom kurde, n'est pas autorisé par l'état civil[2]. Au moment de son arrestation, elle est en vacances à Téhéran avec son frère et des membres de sa famille[3]. Mahsa Amini s'apprête à suivre des études universitaires dans la province de l'Azerbaïdjan occidental[3].

Le , Mahsa Amini est arrêtée par la police des mœurs pour « port de vêtements inappropriés ». Elle se trouve alors en compagnie de membres de sa famille à la sortie d'une des autoroutes menant à la capitale, Téhéran. La police explique à son frère, présent lors de son arrestation, qu'elle va être emmenée dans un centre de détention pour y suivre un bref cours sur la morale et relâchée dans l'heure. Mahsa Amini est le même jour emmenée à l'hôpital, où elle tombe dans le coma. Trois jours plus tard, elle décède sans s'être réveillée[4].

Causes de la mort[modifier | modifier le code]

Selon son cousin présent lors de l'arrestation, Mahsa Amini est battue et frappée à la tête après avoir répondu aux insultes des policiers, une version confirmée par les autres détenus présent dans le véhicule de police. Une fois arrivée au poste, la jeune femme aurait commencé à perdre la vue puis se serait évanouie[3],[5],[6].

Les autorités iraniennes nient toute responsabilité dans la mort de Mahsa Amini et affirment que la jeune femme aurait été victime d'un « problème cardiaque soudain » sans qu'il y ait eu « aucun contact physique » entre elle et les agents. Selon cette version, la jeune femme se serait effondrée après un interrogatoire face à une agente. La télévision d'État met en ligne le 19 septembre une courte vidéo dans laquelle une silhouette, présentée comme Mahsa Amini, parle à une agente, qui l'attrape par ses vêtements, avant de se tenir la tête puis de s'effondrer[1],[7].

Le père de la victime, Amjad Amini, réfute toutefois cette version en affirmant que sa fille était jusque-là « en parfaite santé ». La vidéo serait selon lui une « version éditée » des évènements[8],[9].

Des photos rendues publiques par l’hôpital le montrent alors que Mahsa Amini saignait de l'oreille et présentait des hématomes sous les yeux. Le lendemain, des images, présentées comme un scanner du crâne de Mahsa Amini — obtenues par piratage informatique — montrent une « fracture osseuse, une hémorragie et un œdème cérébral », blessures contradictoires avec la version des autorités, qui pourraient être dues à des coups répétés portés à la tête de la jeune femme, et accréditent « l'idée d’une mort violente causée par de mauvais traitements »[1].

Le 7 octobre, le rapport médical officiel sur la mort de Mahsa Amini annonce que celle-ci serait décédée des suites d'une maladie au cerveau opérée à l'âge de 8 ans[10],[11],[12]. La famille de Mahsa Amini rejette ce rapport et appelle « au réexamen de la cause du décès ». Elle a porté plainte contre les policiers impliqués dans l'arrestation de la jeune fille[13].

Amjad Amini, le père de Mahsa, affirme avoir reçu des menaces de la part des autorités lui enjoignant de livrer des interviews aux médias d’État afin de défendre la version du régime sur la mort de sa fille[14]. Nazila Maroufian, une journaliste basée à Téhéran et orginaire du Kurdistant[15] ayant publié une interview d'Amjad Amini, qui y affirme que le régime ment sur les causes du décès, a été arrêtée, accusée de propagande contre le régime islamique et condamnée à 5 ans d'interdiction de quitter le pays, 2 ans d'emprisonnement et une amende[16].

Le , le Conseil des droits de l'homme des Nations unies estime que « le droit de la famille de Jina Mahsa Amini à la vérité et à la justice n'a toujours pas été respecté », notamment en matière de rapidité, d'indépendance et de transparence des enquêtes diligentées sur la mort de la jeune femme[17].

Réactions[modifier | modifier le code]

Des manifestations hostiles au régime ont lieu dès l'annonce de la mort de Mahsa Amini et se poursuivent les semaines suivantes, non seulement au Kurdistan iranien, mais aussi à Téhéran et à Machhad. Des manifestants jettent des projectiles sur le portrait d'Ali Khamenei. Plusieurs partis politiques kurdes appellent à la grève générale le . Dans de nombreuses villes d'Iran, les femmes enlèvent publiquement leur hijab ou se coupent les cheveux[18]. Le 30 septembre, plus de 66 personnes sont tuées à Zahedan par les forces de l'ordre. En effet, afin de réprimer une manifestation, ces dernières ont usé de gaz lacrymogène ainsi que de vraies balles sur la foule alors présente. Plusieurs enfants ont été touchés. Ce jour est depuis considéré comme le "vendredi sanglant" par les iraniens[19].

Lors des manifestations, on peut entendre le cri de « mort au dictateur ». En réaction, la police ouvre le feu dans certaines villes, arrête certains manifestants et en blesse d'autres[20], tandis que des canons à eau sont déployés face aux étudiants. Au Kurdistan, Internet est coupé[21].

Le , le président Ebrahim Raïssi s'entretient au téléphone avec la famille de Mahsa Amini, qui appartient aux minorités sunnite et kurde du pays[22]. Il déclare aux parents : « Votre fille est comme ma propre fille et j’ai l’impression que cet incident est arrivé à l’un de mes proches » et leur promet d'ouvrir une enquête au sujet de sa mort[23].

Le jeune chanteur iranien Shervin Hajipour publie la chanson Baraye..., basée sur l'effusion de la colère du public après la mort de Mahsa Amini en garde à vue. Le , il est arrêté par des policiers de Téhéran[24], puis libéré sous caution quelques jours plus tard[25].

Le 11 octobre 2022, la ville de Paris attribue la citoyenneté d'honneur — à titre posthume — à Jina Mahsa Amini « et à travers elle, aux femmes iraniennes luttant pour leurs droits[26]. »

Le , la Foundation for Defense of Democracies (en) estime, huit mois après la mort de la jeune femme, que 3 366 manifestations au moins ont été répertoriées, et que le mouvement se poursuit, avec 238 rassemblements organisés rien qu'en avril, ou 58 lors de la deuxième semaine de mai. À cette date et toujours selon l'organisation américaine, la répression a coûté la vie à 552 manifestants dont 73 mineurs, et amené l'arrestation de 21 100 personnes[27].

En octobre 2023, le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit est décerné à Mahsa Amini et au mouvement iranien Femme, Vie, Liberté[28].

Autres conséquences[modifier | modifier le code]

En 2023, le régime iranien durcit les règles concernant le port du hidjab. Mohammad Dehghan (en), vice-président chargé des affaires juridiques estime en effet à ce sujet le que « La République islamique ne signifiera pas grand-chose s'il n'y a pas de hijab dans le pays ». À partir du mois de mars, les autorités du pays mènent une vaste campagne de fermeture des entreprises qui acceptent des femmes ne portant pas le hidjab. Deux mille entreprises sont fermées en deux mois, mettant des dizaines de milliers d'Iraniens au chômage. Toutefois, dans de nombreux cas, ces contrôles n'ont débouché sur aucune fermeture du fait de la corruption de la police qui a préféré fermer les yeux contre rétribution plutôt que d'appliquer la loi[27],[29].

Dès l'approche de l'été 2023, les autorités iraniennes redoutent le jour anniversaire de la mort de Mahsa Amini et durcissent préventivement la répression en conséquence[30]. Notamment, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies s'inquiète officiellement de l'utilisation de technologies de reconnaissance faciale afin d'identifier et d'appréhender plus facilement les contrevenantes à la loi sur le port du hidjab. Des milliers de cas d'empoisonnement sont en outre rapportés dans des dizaines d'écoles, et le Conseil étudie la possibilité que ces empoisonnements soient volontaires et destinés à punir des manifestantes ou à les dissuader de participer à d'autres protestations[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Pierre Alonso, « Iran : après la mort de Mahsa Amini, la colère gagne les universités », Libération,‎ (ISSN 2262-4767, lire en ligne Accès libre).
  2. Armin Arefi, « Iran : « Ma cousine Jina Mahsa Amini ne croyait pas au voile » », sur Le Point, (consulté le ).
  3. a b et c 20minutes.fr avec AFP, « Manifestations en Iran : Mahsa Amini est morte après "un coup à la tête", selon son cousin », sur 20 Minutes, .
  4. « Mort de Mahsa Amini en Iran : ce régime “tue ses propres ressortissants en toute impunité”, accuse une sociologue spécialiste du pays », France Info,‎ (lire en ligne).
  5. Agence France-Presse, « Iranian woman in coma after morality police arrest: activists » [archive du ], France 24, (consulté le ).
  6. « Mahsa Amini was 'tortured and insulted' before death in police custody in Iran, her cousin says », Sky News, .
  7. AFP, « Après la mort de Mahsa Amini, l’Iran est secoué par des manifestations », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  8. (en) « Mahsa Amini: Iran police say woman's death was 'unfortunate' », sur BBC News (consulté le ).
  9. « En Iran, un rapport médical officiel affirme que la mort de Mahsa Amini a été causée « par une tumeur cérébrale » et non « par des coups » de la police », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « En Iran, un rapport médical officiel affirme que la mort de Mahsa Amini a été causée « par une tumeur cérébrale » et non « par des coups » de la police » Accès libre, sur Le Monde, .
  11. « Mahsa Amini's medical scans show skull fractures caused by 'severe trauma': Report » [archive du ], Al Arabiya, (consulté le ).
  12. « Mahsa Amini's CT Scan Shows Skull Fractures Caused By Severe Blows », Iran International,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  13. « Manifestations en Iran : le rapport médical officiel de Mahsa Amini réfute la mort due aux coups de la police, la famille de Mahsa Amini le rejette », sur RTBF (consulté le )
  14. (en) « Mahsa Amini’s Family Threatened By Iran’s State Broadcaster », sur Iran International (consulté le )
  15. (en) AFP, « Journalist who interviewed Amini's father says sentenced without hearing », L'Orient Today,‎ (lire en ligne Accès libre)
  16. « Journalist who interviewed Amini's father says sentenced without hearing », sur L'Orient Today, (consulté le )
  17. a et b Sara Hossain, « Le Conseil se penche sur les situations en Iran, où “le droit de la famille de Jina Mahsa Amini à la vérité et à la justice n'a toujours pas été respecté” », sur Conseil des droits de l'homme des Nations unies, (consulté le ).
  18. Annick Berger, « “Mort à la République islamique” : en Iran, la colère grandit après le décès de Mahsa Amini », TF1,‎ (lire en ligne).
  19. « La répression sanglante des manifestations fait 82 morts dans l’Est du pays », sur Amnesty International Suisse (consulté le ).
  20. (en) Ali Hamedani, « Mahsa Amini: Women take headscarves off in protest at funeral », BBC,‎ (lire en ligne).
  21. Mydia Portis-Guérin, « #MahsaAmini, le hijab brûle en Iran », France Culture,‎ (lire en ligne).
  22. (en) Najmeh Bozorgmehr, « Iran rocked by protests over woman’s death after dress code arrest », Financial Times, (consulté le ).
  23. « Les Iraniens bouleversés par la mort d'une femme arrêtée par la police des moeurs », Challenges, (consulté le ).
  24. (en) « Russian journalists arrested, detained, charged, summonsed during anti-mobilization protests », sur CPJ (consulté le ).
  25. « Arrêté par le régime, le chanteur iranien Hajipour a été libéré », sur www.20minutes.fr, (consulté le ).
  26. « Jina Mahsa Amini devient - à titre posthume », sur Kurdistan au féminin, (consulté le ).
  27. a et b (en) Tzvi Kahn, « Protests in Iran persist eight months after death of Mahsa Amini », sur Foundation for Defense of Democracies (en), (consulté le ).
  28. « Le prix Sakharov, du Parlement européen, attribué à Mahsa Amini et au mouvement des femmes en Iran », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en) Peter Kenyon, « Six months after the death of 22-year-old Mahsa Amini, Iranians are still protesting », National Public Radio,‎ (ISSN 2262-4767, lire en ligne).
  30. Ghazal Golshiri, « Iran : une chape de plomb à l’approche de la date anniversaire de la mort de Mahsa Amini », le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :