Mort de Mahsa Amini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mahsa Amini
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestations de protestation contre le régime iranien après la mort de Mahsa Amini.

مهسا امینی

Naissance
Saqqez (Iran)
Décès (à 22 ans)
Téhéran (Iran)
Nationalité Iranienne
Pays de résidence Iran

Mahsa Amini, née le à Saqqez, meurt d'une cause inconnue le à Téhéran. Trois jours auparavant, elle avait été arrêtée par la police des mœurs iranienne pour « port de vêtements inappropriés ».

La police affirme que Mahsa Amini a « soudainement souffert d'un problème cardiaque et été immédiatement transportée à l’hôpital », où elle est morte après trois jours de coma, sans qu'il y ait eu auparavant « de contact physique » entre les agents et la victime. Toutefois, cette version est remise en cause par de nombreuses personnes, qui incriminent la police de mauvais traitements ayant entraîné la mort de la jeune femme.

L'annonce du décès provoque de nombreuses réactions de protestations au Kurdistan iranien, mais aussi dans les universités ou dans les rues.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'élection d'Ebrahim Raïssi comme président de la république islamique d'Iran marque l'aboutissement de la conquête du pouvoir par l'aile la plus conservatrice de l'Association du clergé militant. L'état de santé du Guide de la Révolution Ali Khamenei laisse craindre qu'il ne décède à brève échéance. Ce contexte incite les autorités à faire preuve de plus de rigueur dans l'application de la Velayat-e faqih[1].

Arrestation et mort de Mahsa Amini[modifier | modifier le code]

Le , Mahsa Amini est arrêtée par la police des mœurs pour « port de vêtements inappropriés ». Elle est le même jour emmenée à l'hôpital, où elle tombe dans le coma. Trois jours plus tard, elle décède sans s'être réveillée[2].

Causes de la mort[modifier | modifier le code]

Les autorités iraniennes nient toute responsabilité dans la mort de Mahsa Amini et affirment que la jeune femme aurait été victime d'un « problème cardiaque soudain » sans qu'il y ait eu « aucun contact physique » entre elle et les agents. Selon cette version, corroborée par une courte vidéo mise en ligne par la télévision d'État, la jeune femme se serait effondrée après un interrogatoire face à une agente[3],[1]. Ebrahim Raïssi exprime ses condoléances au père de Mahsa tout en qualifiant sa mort d'« incident »[4].

Le père de la victime, Amjad Amini, réfute toutefois cette version en affirmant que sa fille était jusque-là « en parfaite santé ». Le média Iran International, basé à Londres et hostile au régime iranien, diffuse le 19 septembre des images présentées comme un scanner du crâne de Mahsa Amini, qui montrent une « fracture osseuse, une hémorragie et un œdème cérébral », blessures contradictoires avec la version des autorités, et qui pourraient être dues à des actes de violence envers la jeune femme[1].

Réactions[modifier | modifier le code]

Des manifestations hostiles au régime ont lieu dès l'annonce de la mort de Mahsa Amini et se poursuivent la semaine suivante, non seulement au Kurdistan iranien, mais aussi à Téhéran et à Machhad. Des manifestants jettent des projectiles sur le portrait d'Ali Khamenei. Plusieurs partis politiques kurdes appellent à la grève générale le 19 septembre. Dans de nombreuses villes d'Iran, les femmes enlèvent publiquement leur hidjab ou se coupent les cheveux[5].

Lors des manifestations, on peut entendre le cri de « mort au dictateur ». En réaction, la police ouvre le feu dans certaines villes, arrête certains manifestants et en blesse d'autres[6], tandis que des canons à eau sont déployés face aux étudiants. Dans le Kurdistan, Internet est coupé[4].

Le 22 septembre suivant, alors que, selon les chiffres officiels, au moins 17 personnes sont mortes dans les manifestations, le président de la République islamique, Ebrahim Raïssi affirme qu'une enquête sera ouverte, ce qu'il dit avoir promis à la famille de Mahsa Amini[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Pierre Alonso, « Iran : après la mort de Mahsa Amini, la colère gagne les universités », Libération,‎ (ISSN 2262-4767, lire en ligne).
  2. « Mort de Mahsa Amini en Iran : ce régime “tue ses propres ressortissants en toute impunité”, accuse une sociologue spécialiste du pays », France Info,‎ (lire en ligne).
  3. AFP, « Après la mort de Mahsa Amini, l’Iran est secoué par des manifestations », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  4. a et b Mydia Portis-Guérin, « #MahsaAmini, le hijab brûle en Iran », France Culture,‎ (lire en ligne).
  5. Annick Berger, « “Mort à la République islamique” : en Iran, la colère grandit après le décès de Mahsa Amini », TF1,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Ali Hamedani, « Mahsa Amini: Women take headscarves off in protest at funeral », BBC,‎ (lire en ligne).
  7. franceinfo avec AFP, « Mort de Mahsa Amini en Iran : le président iranien assure qu'"une enquête sera ouverte" », sur FranceInfo, 23 septmbre 2022.