Crossac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Loire-Atlantique
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Loire-Atlantique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Crossac
Ruines du château de Lorieux.
Ruines du château de Lorieux.
Blason de Crossac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Pontchâteau
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Pont-Château - Saint-Gildas-des-Bois
Maire
Mandat
Véronique Moyon
2014-2020
Code postal 44160
Code commune 44050
Démographie
Gentilé Crossacais
Population
municipale
2 910 hab. (2014)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 44″ nord, 2° 10′ 01″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 22 m
Superficie 25,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Crossac

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Crossac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crossac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crossac
Liens
Site web http://www.cc-paysdepontchateau.fr/

Crossac est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Crossac dans le département de la Loire-Atlantique.

Crossac est située sur les derniers contreforts du sillon de Bretagne et en bordure de Brière, à 7 km à l'ouest de Pontchâteau et 15 km au nord-est de Saint-Nazaire.

Les communes limitrophes sont Sainte-Reine-de-Bretagne au nord, Pontchâteau, Besné, Donges, Saint-Malo-de-Guersac et Saint-Joachim.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Crossac est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Saint-Nazaire et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Crossac se trouve au croisement de deux axes : Donges – la Roche-Bernard et Saint-Joachim – Pontchâteau.

Sa superficie est de 25,85 km2 (2 585 ha), dont 1/3 de marais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Crossac procède de Crossiacum : « domaine du seigneur Crossus », et est d'origine celtique, du nom de personne gaulois Crossus (postulé par Crossilius), et du suffixe -acum. Homonymie avec Crocy, Croissy, etc.

Crossac possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale, écrit Croczac selon l'écriture ELG ou Croça selon l'écriture MOGA. Deux prononciations gallèses ont été relevées : [krɔ.sa] et [krɔ.sɑ̈][1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dolmen de la barbière à Crossac.

Crossac a été habitée dès la préhistoire. Des traces de l’époque néolithique subsistent encore aujourd’hui éparpillées sur le territoire de la commune (dolmens, menhirs).

Les « Romains » ont également marqué leur présence en nous laissant quelques objets (briques, épées, fibulesetc.).

À l'époque féodale, Crossac dépendait de la vicomté de Donges. La paroisse fut fondée par le prieuré d'Er au XIe siècle.

Deux forteresses importantes existaient déjà : le château de l'Angle et le château de Lorieux, qui furent rasés après les guerres de religion vers 1685. Il ne reste aujourd'hui que quelques pans de murs et un amas de pierres entouré de douves.

La Révolution a laissé aussi quelques empreintes dans l'histoire locale[évasif].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier, d'hermine plain ; au deuxième, de gueules à la demie crosse d'or posée en pal ; au troisième, de sinople au dolmen d'argent ; au quatrième, échiqueté d'or et d'azur.
Commentaires : L'hermine évoque le blasonnement « d'hermine plain » de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne ; la crosse évoque le prieuré d'Er à l'origine de la paroisse ; le dolmen représente le dolmen de La Barbière ; l'« échiqueté d'or et d'azur » reprend les armes de la vicomté de Donges. Blason conçu par Olivier Cruau et le Conseil municipal (délibération municipale en 1990), enregistré en 1990.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs de 1792 à nos jours
Période Identité Étiquette Qualité
1792 novembre 1830 Pierre Plaisance    
10 décembre 1830 décembre 1830 René Frocrain    
1835 septembre 1840 Jean Olivaud    
16 septembre 1840 1844 Pierre Guiheneuf    
16 juin 1844 décembre 1846 Jean Mahé    
1er janvier 1847 1848 Jean Pied    
5 septembre 1848 1852 Pierre Frocrain    
5 août 1852 1855 Louis Rialland    
2 juin 1855 août 1860 François Corbillé    
15 août 1860 septembre 1870 François Monnier    
24 septembre 1870 1871 Victor Berthy    
11 mai 1871 5 octobre 1883 François Frocrain    
18 mai 1884 1888 François Monnier    
7 juin 1888 1892 Nicolas Corbillé    
15 mai 1892 1911 Joseph Delahaye    
17 mai 1911 25 septembre 1915 Pierre Frocrain    
10 décembre 1919 1923 Généreux Danais    
23 septembre 1923 1929 Jean-François Broussard    
19 mai 1929 1935 Jean-François Tual    
16 mai 1935 15 octobre 1937 François Mahé    
11 novembre 1937 novembre 1940 Jean-Baptiste Joalland    
Novembre 1940   Pierre Monnier   adjoint faisant fonction de maire
4 mars 1945 octobre 1945 François Mahé    
9 octobre 1945 1971 Rogatien Corbillé    
27 mars 1971 6 juillet 1991 Paul Faugeron    
11 août 1991 1995 Michel Bily    
24 juin 1995 mars 2008 Henri Guihard    
mars 2008 en cours Véronique Moyon[Note 1] Divers gauche historienne d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 2 910 habitants, en augmentation de 8,62 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 263 1 029 1 237 1 379 1 400 1 434 1 408 1 582 1 559
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 590 1 617 1 608 1 591 1 615 1 632 1 685 1 669 1 691
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 710 1 693 1 653 1 519 1 492 1 421 1 392 1 501 1 472
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 517 1 558 1 658 2 067 2 277 2 145 2 579 2 808 2 910
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,7 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[8],[9],[10]. Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,7 % au niveau départemental)[8],[9],[10].

Pyramide des âges à Crossac en 2013 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
3,7 
75 à 89 ans
6,3 
14,4 
60 à 74 ans
14,3 
18,9 
45 à 59 ans
19,6 
22,8 
30 à 44 ans
23,1 
12,3 
15 à 29 ans
13,6 
27,7 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de l'Angle et le château de Lorieux : forteresses fondées vers le XIe siècle, rasées après les guerres de religion vers 1685. Il en reste aujourd'hui quelques pans de murs et un amas de pierres entourés de douves.
  • Le Dolmen de la Barbière IVe millénaire av. J.-C.
  • la croix de la cure est composé de diverses roches métamorphiques.
  • Le four à pain. Roche métamorphique et brique (1870)[11].

Divers[modifier | modifier le code]

Selon le découpage de la région Bretagne fait par Erwan Vallerie, Crossac fait partie du pays traditionnel de la Brière et du pays historique du Pays Nantais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélue en 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté en 9 décember 2016)
  2. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Crossac 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  8. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Crossac - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  9. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  10. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  11. Jean-Luc Flohic, Le patrimoine des communes de Loire-Atlantique, , p. 925