Crossac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crossac
Crossac
Ruines du château de Lorieux.
Blason de Crossac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Pont-Château - Saint-Gildas-des-Bois
Maire
Mandat
Olivier Demarty
2020-2026
Code postal 44160
Code commune 44050
Démographie
Gentilé Crossacais
Population
municipale
2 972 hab. (2018 en augmentation de 4,43 % par rapport à 2013)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 44″ nord, 2° 10′ 01″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 22 m
Superficie 25,85 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Nazaire
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontchâteau
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Crossac
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Crossac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crossac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crossac
Liens
Site web http://www.crossac.fr/

Crossac est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire, elle fait également partie du Parc Naturel Régional de Brière.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Crossac dans le département de la Loire-Atlantique.

Crossac est située sur les derniers contreforts du sillon de Bretagne et en bordure de Brière, à 7 km à l'ouest de Pontchâteau et 15 km au nord-est de Saint-Nazaire.

Les communes limitrophes sont Sainte-Reine-de-Bretagne au nord, Pontchâteau, Besné, Donges, Saint-Malo-de-Guersac et Saint-Joachim.

Crossac se trouve au croisement de deux axes : Donges – la Roche-Bernard et Saint-Joachim – Pontchâteau.

Sa superficie est de 25,85 km2 (2 585 ha), dont 1/3 de marais.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 12,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 12,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 772 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Joachim_sae », sur la commune de Saint-Joachim, mise en service en 1976[7] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,3 °C et la hauteur de précipitations de 824,6 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Saint-Nazaire-Montoir », sur la commune de Montoir-de-Bretagne, mise en service en 1957 et à 9 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[11], à 12,3 °C pour 1981-2010[12], puis à 12,6 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Crossac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Nazaire, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 9,5 % 245
Terres arables hors périmètres d'irrigation 9,4 % 242
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 33,7 % 871
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 20,6 % 530
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 5,3 % 137
Forêts de feuillus 1,2 % 30
Marais intérieurs 20,4 % 526
Source : Corine Land Cover[19]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Croazac en 1095[20],[21]; Croachac en 1099; Chroachac en 1104[21]; Croysiac, Croyssac (pouillé de Tours) en 1287[21]; Croaczac en 1542[22]; Croissac en 1630[21]; Crossac en 1780 et en 1843.

Il s'agit d'une formation toponymique gauloise ou gallo-romaine en -(i)acum[20], suffixe d'origine gauloise, localisant à l'origine, puis signifiant la « propriété de ». Il a été influencé par le breton, d'où la terminaison -ac, alors que l'on attend -y, -ay, -ey ou dans les régions de langue d'oïl. Le premier élément Cross- représente sans doute un anthroponyme[20] selon le cas général. Peut-être faut-il y reconnaître le nom de personne gaulois *Crossus (non attesté, postulé par Crossilius bien attesté)[20]. Homonymie avec Crocy, Croissy, etc[20].

Michel Roblin a depuis démontré que les noms en -acum pouvait être dérivé à partir d'un appellatif gallo-roman d'origine latine (ou autre). Dans ce cas, il est possible de reconnaître le gallo-roman CRUCI- « croix » (latin classique crux, crucis), influencé par le breton kroaz « croix », comme semble l'indiquer les formes les plus anciennes et les plus locales. En outre, une évolution romane aurait dû donner plus régulièrement (sans tenir compte de la terminaison) Croiss- ou Crossi- (cf. ci-dessus).

Crossac possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale, écrit Croczac selon l'écriture ELG ou Croça selon l'écriture MOGA. Deux prononciations gallèses ont été relevées : [krɔ.sa] et [krɔ.sɑ̈][23],[24].

Kroaziag en breton[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dolmen de la barbière à Crossac.

Crossac a été habitée dès la préhistoire. Des traces de l’époque néolithique subsistent encore aujourd’hui éparpillées sur le territoire de la commune (dolmens, menhirs).

Les « Romains » ont également marqué leur présence en nous laissant quelques objets (briques, épées, fibulesetc.).

À l'époque féodale, Crossac dépendait de la vicomté de Donges. La paroisse fut fondée par le prieuré d'Er au XIe siècle.

Deux forteresses importantes existaient déjà : le château de l'Angle et le château de Lorieux, qui furent rasés après les guerres de religion vers 1685. Il ne reste aujourd'hui que quelques pans de murs et un amas de pierres entouré de douves.

La Révolution a laissé aussi quelques empreintes dans l'histoire locale[évasif].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de 1792 à nos jours
Période Identité Étiquette Qualité
1792 novembre 1830 Pierre Plaisance    
10 décembre 1830 décembre 1830 René Frocrain    
1835 septembre 1840 Jean Olivaud    
16 septembre 1840 1844 Pierre Guiheneuf    
16 juin 1844 décembre 1846 Jean Mahé    
1er janvier 1847 1848 Jean Pied    
5 septembre 1848 1852 Pierre Frocrain    
5 août 1852 1855 Louis Rialland    
2 juin 1855 août 1860 François Corbillé    
15 août 1860 septembre 1870 François Monnier    
24 septembre 1870 1871 Victor Berthy    
11 mai 1871 5 octobre 1883 François Frocrain    
18 mai 1884 1888 François Monnier    
7 juin 1888 1892 Nicolas Corbillé    
15 mai 1892 1911 Joseph Delahaye    
17 mai 1911 25 septembre 1915 Pierre Frocrain    
10 décembre 1919 1923 Généreux Danais    
23 septembre 1923 1929 Jean-François Broussard    
19 mai 1929 1935 Jean-François Tual    
16 mai 1935 15 octobre 1937 François Mahé    
11 novembre 1937 novembre 1940 Jean-Baptiste Joalland    
Novembre 1940   Pierre Monnier   adjoint faisant fonction de maire
4 mars 1945 octobre 1945 François Mahé    
9 octobre 1945 1971 Rogatien Corbillé    
27 mars 1971 6 juillet 1991 Paul Faugeron    
11 août 1991 1995 Michel Bily    
24 juin 1995 mars 2008 Henri Guihard    
mars 2008 mai 2020 Véronique Moyon[Note 6] DVG Historienne d'entreprise
Présidente de la communauté de communes
mai 2020[26] En cours Olivier Demarty DVG Professeur de collège
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Crossac fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Saint-Nazaire et du bassin de vie de Pontchâteau. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[27]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 98 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 2 % dans des zones « très peu denses »[28].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[30].

En 2018, la commune comptait 2 972 habitants[Note 7], en augmentation de 4,43 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +6,31 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2631 0291 2371 3791 4001 4341 4081 5821 559
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5901 6171 6081 5911 6151 6321 6851 6691 691
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7101 6931 6531 5191 4921 4211 3921 5011 472
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 5171 5581 6582 0672 2772 1452 5262 5792 808
2017 2018 - - - - - - -
2 9522 972-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2016. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,9 %) est en effet inférieur au taux national (22,8 %) et légèrement inférieur au taux départemental (20,6 %)[33],[34],[35]. Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,7 % au niveau départemental)[33],[34],[35].

Pyramide des âges à Crossac en 2016 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
3,7 
75 à 89 ans
5,8 
16,2 
60 à 74 ans
17,1 
18,5 
45 à 59 ans
16,5 
22,8 
30 à 44 ans
23,2 
12,9 
15 à 29 ans
13,2 
25,7 
0 à 14 ans
23,4 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2016 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
5,8 
75 à 89 ans
8,8 
14,3 
60 à 74 ans
15,5 
19,4 
45 à 59 ans
18,8 
20,3 
30 à 44 ans
19,4 
19,3 
15 à 29 ans
17,7 
20,4 
0 à 14 ans
18,3 

Patrimoine et culture locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier, d'hermine plain ; au deuxième, de gueules à la demie crosse d'or posée en pal ; au troisième, de sinople au dolmen d'argent ; au quatrième, échiqueté d'or et d'azur.
Commentaires : L'hermine évoque le blasonnement « d'hermine plain » de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne ; la crosse évoque le prieuré d'Er à l'origine de la paroisse ; le dolmen représente le dolmen de La Barbière ; l'« échiqueté d'or et d'azur » reprend les armes de la vicomté de Donges. Blason conçu par Olivier Cruau et le Conseil municipal (délibération municipale en 1990), enregistré en 1990.

Divers[modifier | modifier le code]

Selon le découpage de la région Bretagne fait par Erwan Vallerie, Crossac fait partie du pays traditionnel de la Brière et du pays historique du Pays Nantais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Réélue en 2014.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Saint-Joachim_sae - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Crossac et Saint-Joachim », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Saint-Joachim_sae - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Crossac et Montoir-de-Bretagne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Saint-Nazaire-Montoir - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Saint-Nazaire-Montoir - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Nazaire-Montoir - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « Données statistiques sur les communes de métropole commune : répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur Corine Land Cover, (consulté le ).
  20. a b c d et e Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1963 (réédition 1978), p. 229b.
  21. a b c et d Base de données de KerOfis : recherche Crossac (lire en ligne) [1]
  22. A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1843.
  23. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le ).
  24. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  25. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  26. « Crossac. Le nouveau conseil municipal officialisé », Presse Océan,‎ (lire en ligne).
  27. « Commune de Crossac (44050) », Insee (consulté le ).
  28. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  33. a b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Crossac - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le ).
  34. a b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le ).
  35. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le ).
  36. Jean-Luc Flohic, Le patrimoine des communes de Loire-Atlantique, , p. 925.