Drefféac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drefféac
L'église Saint-Malo.
L'église Saint-Malo.
Blason de Drefféac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Pontchâteau
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Pont-Château - Saint-Gildas-des-Bois
Maire Philippe Jouny
Code postal 44530
Code commune 44053
Démographie
Gentilé Drefféens
Population
municipale
2 109 hab. (2014)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 38″ nord, 2° 03′ 18″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 33 m
Superficie 14,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Drefféac

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Drefféac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drefféac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drefféac
Liens
Site web http;//www.dreffeac.fr

Drefféac est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Sur le plan historique et culturel, elle fait partie de la Bretagne, ancien territoire uni au royaume de France en 1532 et démembré lors de la Révolution française.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Drefféac dans le département de la Loire-Atlantique.

Drefféac est située à 22 km au sud de Redon et 4 km au nord de Pontchâteau.

Les communes limitrophes sont Saint-Gildas-des-Bois, Sainte-Anne-sur-Brivet et Pontchâteau en Loire-Atlantique.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Drefféac est une commune rurale multipolarisée, notamment par l'aire urbaine de Saint-Nazaire et par l'aire urbaine de Redon, et qui fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Desfreac en 1331 [1].

Drefféac vient, semble-t-il, du breton dref (chêne) et du suffixe latin acum (propriété)[2].

Devrieg en breton[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la paroisse est membre de la Baronnie de la Roche-Bernard. Drefféac est sous la coupe des moines de l'abbaye de Saint-Gildas-des-Bois qui sont chargés de son administration spirituelle jusqu'en 1614. En 1713, un terrible incendie détruit l'église et toutes les maisons du bourg. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, le territoire drefféen est en partie recouvert par la forêt de la Perche et des marais tourbeux qui seront ensuite asséchés au début des années 1770 pour le mettre en état d'être cultivé. Pendant la Révolution, le village se révèle plutôt républicain, à la différence de la grande majorité des habitants du canton. Le curé de Drefféac, Nicolas Pichon, renonce à son sacerdoce en 1794 et devient curé constitutionnel. Il deviendra par la suite maire de Drefféac[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'école de « L'arbre enchanté ».
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Julien de la Brosse    
1947 1953 Jacques de Baudinière    
1953 1995 Jean Martin de Baudinière    
1995 août 2015[4] Claude Gabillard[Note 1] PS puis Divers gauche Instituteur, directeur d'école publique, puis retraité
novembre 2015[5] en cours Philippe Jouny    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 2 109 habitants, en augmentation de 20,31 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
513 359 525 520 617 685 602 650 672
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
688 793 803 808 852 896 944 928 931
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
933 977 950 804 820 784 802 830 861
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
867 859 803 1 145 1 296 1 322 1 529 2 031 2 109
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[11],[12],[13]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[11],[12],[13].

Pyramide des âges à Drefféac en 2013 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
3,9 
75 à 89 ans
6,6 
11,8 
60 à 74 ans
11,3 
17,5 
45 à 59 ans
18,0 
25,4 
30 à 44 ans
23,3 
16,6 
15 à 29 ans
14,5 
24,7 
0 à 14 ans
26,0 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Partimoine et culture locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune abrite une réplique de la Grotte de Massabielle de Lourdes.

Langues[modifier | modifier le code]

Le breton a été parlé dans le village des alentours du VIIe jusqu'au XIIe siècle. Il y a 39,10 % de toponymes bretons dans la commune. Le gallo aurait ainsi succédé au breton dans la commune aux alentours du XIIe au XVe siècle, la population y était probablement en partie bilingue. Voir l’article consacré au breton de la Loire-Atlantique.

Drefféac possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Dréféac (écriture ELG)[14].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à neuf quartefeuilles d'or posées 3, 3 et 3.
Commentaires : Brevet d'Hozier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Plaisance, 3 fois champion de France de cyclo-cross (1978, 1980, 1981), né à Drefféac le 26 décembre 1946.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en mars 2008 et mars 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  2. François Falc'hun - Bernard Tanguy, Les Noms de lieux celtiques, Éditions armoricaines, 1966, page 23.
  3. Quelques mots d'histoire... sur www.cc-paysdepontchateau.fr, consulté le 8 mars 2010
  4. « Le maire Claude Gabillard est décédé aux Canaries », Presse-Océan, 10 août 2015.
  5. « Sans surprise : Philippe Jouny élu nouveau maire », Ouest-France, (consulté le 30 novembre 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Drefféac 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 13 décembre 2016).
  11. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Drefféac - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  12. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  13. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  14. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)