Coussay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coussay
Coussay
Le corps de garde à l'entrée du château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Poitou
Maire
Mandat
Philippe Champier
2020-2026
Code postal 86110
Code commune 86085
Démographie
Gentilé Cusciacucien(ne)s
Population
municipale
250 hab. (2018 en augmentation de 2,04 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 18″ nord, 0° 12′ 14″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 149 m
Superficie 20,14 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Loudun
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Coussay
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Coussay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coussay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coussay

Coussay est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne actuellement en région Nouvelle-Aquitaine et antérieurement en Poitou-Charentes .

Ses habitants sont appelés les Cusciacuciens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Coussay
Verrue
Saint-Jean-de-Sauves
(en un quadripoint)
Coussay Doussay
Chouppes

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Coussay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (87 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,7 %), zones agricoles hétérogènes (35,3 %), forêts (13 %), prairies (2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du bourg proviendrait de l’anthroponyme gallo-romain Cusciacus[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Aile du cloître longeant l'église abbatiale de Cormery.

Jadis, ce village était le siège d'un Prieuré dépendant de l'Abbaye Saint-Paul de Cormery, élevée au rang d'Abbaye bénédictine an l'an 800 et située de nos jours dans le Département d'Indre-et-Loire à une trentaine de Kilomètres au Sud de Tours . Les Archives d'Indre-et-Loire conservent un Diplôme de Louis le Pieux en date de 837 donnant à Cormery le domaine de Coussay ce qui permit l'implantation du Prieuré dont il est parlé plus haut [9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1925 1945 Alexis Sivion    
1945 1959 Aristide Montaubin    
1959 1989 Albert Bugean    
1989 2005 Michel Provost[10]    
    Jean-Jacques Bourdier[11]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune de Coussay comptait 250 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations. La densité de population de la commune est de 13 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France (INSEE- 2008).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494530529609556581560570603
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
587587585556594593617610629
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612610567554569536512494473
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
453363302284264265265265246
2017 2018 - - - - - - -
251250-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008,selon l'Insee; la densité de population de la commune était de 13 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[14], il n'y a plus que 19 exploitations agricoles en 2010 contre 25 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté de 10 % et sont passées de 920 hectares en 2000 à 1 019 hectares en 2010[14]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[15].

57 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 22 % pour les oléagineux (tournesol), 2 % pour le fourrage et 3 % reste en herbes[14].

3 exploitations en 2010 comme en 2000 abritent un petit élevage de bovins (115 têtes en 2010 contre 99 têtes en 2000). Les élevages d'ovins et de volailles ont disparu en 2010 : respectivement, 36 têtes sur 3 fermes en 2000 et 614 têtes sur 9 fermes[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Coussay [16][modifier | modifier le code]

C'est un château Renaissance, entouré de douves vives, construit par Denis Briçonnet au début du XVIe siècle, il fut la demeure du cardinal de Richelieu qui y séjourna à plusieurs reprises de 1609 à 1618[17] et plus particulièrement pendant son année de disgrâce en 1617. Richelieu était évêque de Luçon et prieur de Coussay.

En fait, le château est un ancien prieuré attribué par Louis le Pieux à l'Abbaye Saint-Paul de Cormery qui en fit don à Coussay. En 1520, l'abbé Denis Briçonnet entreprend la reconstruction du logis du prieur et édifie deux pavillons. De son voyage en Italie, où il exerce de 1515 à 1519, la fonction d'ambassadeur auprès du pape Léon X, il rapporta un certain raffinement pour le décor.

Le domaine de Coussay se compose d'une avant-cour cernée sur deux côtés par des communs, le pavillon d'entrée du prieuré et le pavillon abritant la fontaine. Une impasse dite du "corps de garde" témoigne de l'ancienne vocation militaire du lieu [18].

À l'est de cette cour, s'élève une plate-forme ceinte de douves vives. Elle est flanquée de quatre petites tours circulaires. Sur cette plate-forme défensive, a été construit le logis du prieur. Il est de plan rectangulaire et cantonné de quatre tours d'angle circulaires. Il comporte un rez-de-chaussée surélevé et un étage sous combles. La façade est, la principale, date du XVIe siècle. Elle est rythmée par d'élégantes fenêtres à meneaux et des lucarnes. Elle porte une ornementation délicate de rinceaux et de blasons des Briçonnet. La façade opposée, côté cour, a été dotée au XVIIe siècle d'une nouvelle porte lorsque le cardinal Richelieu, dont la famille possédait Coussay depuis 1543, décida la construction d'un escalier à double rampes. Cette façade est cantonnée de pilastres cannelés doriques supportant un fronton couronné de la coiffe épiscopale de Richelieu, évêque de Luçon.

Le pavillon d'entrée est un robuste ouvrage quadrangulaire. Il porte pour tout ornement une belle fenêtre à meneaux dont les pilastres reposent sur deux cygnes aux ailes déployées.

Le pavillon de la Fontaine date du XVIe siècle. C'est un édifice accosté de deux tourelles, dont une en surplomb. Il abrite un bassin recueillant les eaux d'une source. Vouté d'ogives retombant sur quatre colonnettes d'angle, le pavillon s'ouvre sur la cour par une arcade en anse de panier, surmontée d'une délicate frise de rinceaux. Le rez-de-chaussée du pavillon a été classé en 1924 comme Monument Historique, les façades et les toitures, le porche du corps de garde et du château l'ont été en 1949. Le reste du château est inscrit depuis 1935.

Le château de Coussay est aujourd'hui une résidence d'artistes accueillant tous les ans de nouveaux travaux essentiellement d'art plastique.

L'église Saint-Paul de Coussay[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Paul est inscrite comme Monument historique depuis 1952 pour son chœur dont le vitrail axial représente Paul de Tarse appuyé sur l'épée de son martyre et son abside.

Chevet église Saint-Paul de Coussay.

Elle est romane d'origine, mais a été fortement remaniée à plusieurs reprises depuis la fin du XIe siècle . La nef a vu ses voûtes modifiées au XIIIe siècle. Le chevet a été reconstruit au XVe siècle. Il est de style gothique flamboyant. L'ensemble de l'édifice montre donc un caractère composite très marqué.

L'édifice est en tuffeaublanc de la région.

La souche du clocher est romane.

Sous les deux baies jumelles percées dans le mur sud de la nef, apparaissent les traces d'une ancienne porte avec une grande arcature en plein cintre se posant sur des colonnes chapeautées de chapiteaux sculptés. La porte est, aujourd'hui, murée.

À l'extrême droite de l'église, entre deux fenêtres, dans une niche, un petit personnage est sculpté en rond de bosse dans un style très archaïque (XIIe siècle ?).

Le portail occidental comporte trois voussures en plein cintre. Elles sont décorées de palmettes et reposent sur des chapiteaux décorés de feuillage, surmontant des colonnes.

À l'intérieur, des coupoles de diamètre inégal ont été construites après coup, dans un plan primitivement non voûté. Le transept roman a vu ses chapiteaux d'origine remplacés. L'un d'eux représente des quadrupèdes dressés qui entourent un personnage. sur un autre, deux quadrupèdes s'affrontent violemment. Au-dessus de chaque bête, un personnage présente l'allure d'un homme crucifié. L'ensemble est chapeauté par un masque humain.

Territoire en partie issu du hameau de Brizay[modifier | modifier le code]

Particularité peu fréquente la commune de Coussay a, en commun avec celle de Verrue , le fait de se partager le territoire du hameau de Brizay, situé à 2,5 km au nord.

Le château de la Tourderie[modifier | modifier le code]

Le nom du château peut s'écrire aussi la Tour-de-Ry. Le logis, la tour fortifiée, le terre-plein, les douves et la cour sont classés comme Monument Historique depuis 1995. Les bâtiments des communs et le pigeonniers sont inscrits comme Monument Historique depuis 1993.

Les plaines du Mirebalais et du Neuvillois[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 avril 2021)
  8. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7).
  9. Histoire d'un legs abbatial.
  10. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  11. « Coussay », Association des maires de France, consulté le 31 juillet 2013
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. a b c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  15. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste
  16. Une demeure encore à taille humaine
  17. [PDF] Historique du château de Coussay Sur le site chateaudecoussay.fr
  18. Un château de plaisance mais pas uniquement.