Chouppes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chouppes
Chouppes
L'église Saint-Saturnin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Canton de Migné-Auxances
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Poitou
Maire
Mandat
Benoît Prinçay
2014-2020
Code postal 86110
Code commune 86075
Démographie
Gentilé Chouppois
Population
municipale
754 hab. (2015 en augmentation de 0,53 % par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 44″ nord, 0° 09′ 54″ est
Altitude Min. 79 m
Max. 157 m
Superficie 31,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Chouppes

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Chouppes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chouppes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chouppes

Chouppes est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Chouppois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[2], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 11 °C. Juillet est le mois le plus chaud (maximale absolue 40,8 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue – 17,9 °C en 1985). 9 °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de 6 °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait du nom du seigneur des lieux : Petrus de Chaoppa[3].

L'origine serait Catuoppus[4], mot gaulois signifiant l'œil du combat[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme le reste de la France, Chouppes et Poligny accueillent favorablement les avancées de la Révolution française. Elles plantent ainsi leurs arbre de la liberté, comme symbole communal de la Révolution[6]. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme le brûlement des titres féodaux à Poligny le 17 novembre 1793 ou la célébration de la reprise de Toulon aux Anglais le 19 janvier 1794[7].

La commune voisine de Poligny est rattachée à Chouppes en 1848[8].

Un autre arbre de la liberté est planté en 1948, pour célébrer le centenaire de la Révolution française de 1848[9].


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chouppes Blason D'azur à trois croisettes d'argent.
Devise 
In hoc signe vinces
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La communauté de communes du Mirebalais associe les communes de

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Joëlle Poisson    
mars 2008 en cours Benoit Prinçay[10] LR Cultivateur céréalier
Conseiller départemental

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2015, la commune comptait 754 habitants[Note 1], en augmentation de 0,53 % par rapport à 2010 (Vienne : +1,8 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443513458406514535537559776
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
836838849839878837866920930
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
956944890842865867819811831
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
749634574674740693727755754
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, la densité de population de la commune était de 23 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes, il n'y a plus que 44 exploitations agricoles en 2010 contre 69 en 2000[14].

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté de 10 % et sont passées de 2 726 hectares en 2000 à 2 999 hectares en 2010[14]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[15].

57 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 26 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 6 % pour le fourrage et 2 % reste en herbes.
En 2010, 23 hectares (22 en 2000) sont consacrés à la vigne pour la production des Haut-Poitou AOC. Le vignoble est géré par neuf exploitations en 2010 contre 23 en 2000.

Quatre exploitations en 2010 (contre dix en 2000) abritent un élevage de bovins (195 têtes en 2010 contre 575 en 2000). Cinq exploitations en 2010 (contre huit en 2000) abritent un élevage d'ovins (242 têtes en 2010 contre 199 têtes en 2000). L'élevage de volailles a disparu en 2010 (4 873 têtes sur 35 fermes en 2000)[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Saturnin est inscrite comme Monument Historique depuis 1925. L'église est construite en tuffeau. Elle date des XIe, XIIe et XVe siècles. Elle est majoritairement en style roman. Elle a gardé une nef très sobre qui pourrait dater du XIe siècle. Le chœur est assez long et est terminé par une abside voutée en cul-de-four. Elle date du XIIe siècle. Les deux chapelles sont de style gothique. À l'intérieur, l'édifice se caractérise par sa sculpture romane. Un chapiteau représente un homme qui transperce de ses épées les croupes de deux lions qui l'encadrent. Un autre chapiteau représente la pesée des âmes. Il est situé dans la travée sous le clocher. Il obéit à l'iconographie traditionnelle : saint Michel s'efforce de faire pencher la balance de son côté tandis que des diables, à l'opposé, tentent de faire de même. Quelques personnages nus évoquent des ressuscités. L'église abrite une statue acéphale du XIIe siècle qui pourrait représenter saint Saturnin (saint Sernin), évêque de Toulouse. Un tableau du XVIIe siècle représente l'Assomption de Marie. Il est de style caravagiste. L'autel en bois et marbre polychrome est daté des années 1860.
  • Le château de Marçay est inscrit comme Monument Historique depuis 1925 ainsi que la chapelle, le cimetière et ses tombes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  3. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  4. Pierre Gauthier, Noms de lieux du Poitou, Bonneton, , 232 p. (ISBN 2-86253-201-0), p. 60
  5. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, , 440 p. (ISBN 2-87772-237-6), p. 270
  6. Christophe Quillien 2009, p. 197
  7. Christophe Quillien 2009, p. 102 et 106
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Christophe Quillien 2009, p. 222
  10. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  15. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste
  16. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011