Plăcintă

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Plăcintă
image illustrative de l’article Plăcintă

Lieu d’origine Drapeau de la Roumanie Roumanie, Drapeau de la Moldavie Moldavie, Drapeau de l'Ukraine Ukraine

La plăcintă est une pâtisserie traditionnelle roumaine, moldave et Ukrainien ressemblant à une petite brioche de forme carrée, le plus souvent sucrée et fourrée de pommes ou salée et fourrée de fromage du type feta (en roumain telemea).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot roumain plăcintă vient du latin placenta qui désigne une galette, gâteau[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gravure d'un vendeur grec de plăcintă/tiropita à Bucarest en 1880
Vendeur de plăcintă sur le marché à Hodod, Roumanie en 2006

Comme le prouve l'étymologie du mot, la plăcintă est d'origine romaine (placenta signifiant « feuilleté »).

Les boulangers grecs de l'époque antique relevaient leur pain avec de l'huile d'olive, des herbes et du fromage. Le secret de la confection des gâteaux aurait été transmis aux Romains lors des invasions. Au début, il n'y avait que deux variétés de gâteaux, appelées le libum et la placenta. Le libum était un petit gâteau, utilisé comme une offrande aux dieux[2]. Quant à la placenta, « Les Romains raffinèrent la recette, en mettant au point un mets délicat connu sous le nom de placenta, une galette faite de farine fine couverte de fromage, de miel[3], et parfumée de feuilles de laurier »[4]. Les pâtissiers de la Rome antique préparaient une grande placenta et la découpaient en carrés pour la vendre[5], d'ailleurs c'est de la même manière que les Roumains continuent de préparer la plăcintă.

Variétés de plăcintă[modifier | modifier le code]

La plăcintă cu mere est un gâteau fourré aux pommes.

La plăcintă cu brânză, appelée aussi brânzoaice, est un gâteau fourré au fromage, le plus souvent de la urdă.

La plăcintă cu ciocolată est un gâteau fourré au chocolat.

La plăcintă cu varză est un gâteau fourré au chou. Elle est plus typique des régions transylvaines.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Gaffiot, « Dictionnaire Gaffiot latin-français », sur Gaffiot, (consulté le 11 juin 2011)
  2. (ro) Silvana Patrascanu, « Istoria cozonacului », sur Revist flacara, (consulté le 7 juillet 2011)
  3. (fr) « LA NOURRITURE QUOTIDIENNE et RITUELLE », sur encyclopedie-universelle.com (consulté le 4 décembre 2011)
  4. (fr) « Mamma pizza », sur Le Monde, (consulté le 27 juin 2011)
  5. (fr) « Description du numéro Arkéo junior n° 31 », sur Arkeo junior, (consulté le 9 juillet 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]