Chedde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chedde est un hameau de la commune de Passy en Haute-Savoie, dont l'histoire est liée, depuis la fin du XIXe siècle, à son aventure industrielle et se confond en partie avec celle de son usine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La gare en janvier 2018.

Le hameau, un des nombreux que compte la commune de Passy dont le territoire est le plus étendu des communes de Haute-Savoie, se situe dans la partie basse de Passy, sur le plat rive gauche de la vallée de l'Arve, à environ 530 m d'altitude et dominé par le plateau d'Assy. Il jouxte le hameau du Fayet de Saint-Gervais-les-Bains où se trouve la gare SNCF qui permet une liaison directe avec Paris, Annecy, Chamonix ou Genève.

Sur le territoire de Chedde se trouve la gare de voyageurs pour Passy de la ligne Ligne de Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet à Vallorcine (frontière) qui dessert Chamonix-Mont-Blanc et Vallorcine en Suisse. Son altitude est de 599 mètres.

Le Lac de Chedde ou Lac de Chède a disparu en 1837 suite à une crue l'alimentant. C'était un lac célébré par les écrivains, peintres et graveurs sur la route de la vallée de Chamonix

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chedde est mentionné dès le XIIIe siècle, sous les formes Cheyde ou Chiedes[1].

Chedde est toponyme semble trouver son origine dans le mot latin vulgaire *capum (dérivé du latin caput), et qui désigne « tête, extrémité »[1].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

L'ancienne usine Péchiney et le viaduc des Égratz.

Contrairement aux parties hautes de Passy qui voient dans les années 1920 un grand développement d'établissements de type sanatorium, Chedde se développe plutôt dans le secteur industriel.

En 1896, une usine d'explosifs miniers est créée dans le hameau, profitant d'une situation géographique favorable : une chute d'eau de l'Arve de 180 m et une vaste plaine sédimentaire[2]. C'est alors la plus grande usine de Haute-Savoie. Elle fabrique un explosif très stable à base de chlorate auquel Chedde a donné son nom : la cheddite.

Alors que le stockage de perchlorate pour la cheddite ne trouve plus les débouchés depuis la fin de la première guerre mondiale, l'usine déverse en 1919, 5 000 tonnes de perchlorates dans l'Arve. Cela a engendré une intense pollution des eaux locales, visibles plusieurs décennies après.[3]

La production rencontre un très grand succès, permettant l'agrandissement de l'usine qui emploie plus de 1300 ouvriers à la veille de la Grande Guerre[4]. L’établissement passe de la production du chlorate de potasse, puis du perchlorate, à l’aluminium (avant 1914), aux ferro-alliages, à la magnésie (jusqu'en 1996) et surtout au graphite artificiel (depuis les années 1950).

En 1983 disparaissent l’ancienne halle des chlorates et la centrale hydroélectrique, marquant la fin du développement du site et la réorganisation des espaces de production[2]. En 1993 Pechiney vend le site de Chedde à SGL Carbon, qui crée SGL Carbon, Chedde. L'usine produit des carbures industriels aux applications très variées (panneaux solaires, anodes de batteries au lithium, modérateurs pour centrales nucléaires, etc.[5].

Monuments[modifier | modifier le code]

La Tour de Dingy, vue du bas du hameau.
Église de Chedde.
  • Un bâtiment imposant de forme carré sur 2 étages et coiffé d'un toit pyramidal de tuiles rouges se remarque à mi-pente du hameau, c'est la Tour Dingy qui date du XIVe siècle. Les armes des De Bottellier sont gravées dans la pierre au-dessus d'une porte en façade. Un escalier hélicoïdal de cinquante marches dessert les trois niveaux, où se trouvent des vestiges de fresques décoratives[6].
  • Au lieu-dit La Motte, à mi-chemin du Chef-Lieu, la maison forte de la Frasse, dite ferme Soudan, a été édifiée vers 1500 par la famille de Monfort. Un descendant, comte de Flumet, la vend en 1738 au couvent des Ursulines de Sallanches. Au cours de l'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, elle est vendue à un bourgeois de Sallanches, puis en 1880 à une famille de cultivateurs. La construction est englobée dans les bâtiments de la ferme[7]. Une restauration intérieure a été réalisée.
  • Église Saint-Joseph : Dans les années 1920, le hameau compte près de 1500 habitants qui doivent aller suivre l'office à l'église du chef-lieu, soit 30 min de marche. Les Cheddois demandent une église propre alors que le hameau est érigé en paroisse en 1929. En 1932, la construction d'une église, sur un terrain donné par l'usine de cheddite et financée par une aide privée et publique, est confiée à l'architecte Georges Benezech. Premier bâtiment du département construit en béton, la charpente en bois de sa nef est l'œuvre d'artisans locaux[8]. Six verrières sont réalisées par Raphaël Lardeur, l'un des maîtres-verriers les plus représentatifs du courant Art déco. L'église est consacrée le 22 avril 1934[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Cailluet, Chedde : un siècle d'industrie au pays du Mont-Blanc, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Histoire industrielle », , 187 p. (ISBN 978-2-7061-0731-3)
  • Paul Soudan, Historique de l'usine de Chedde et du "terroir" de Passy (Haute-Savoie), Bonneville, Impr. Plancher, , 134 p.
    Ancien directeur d'usine et de Centre d'études à la Compagnie Pechiney, originaire de Chedde.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henry Suter, « Chedde », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en août 2019).
  2. a et b Samir Mafoudi, « L’usine de Chedde à Passy : une utopie du bien-être collectif ? », sur Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes, (consulté le 4 août 2019).
  3. arvegauche, « Comment 5 000 tonnes de perchlorates furent déversées par Péchiney dans l’Arve en 1919 ? », sur Arve à gauche, (consulté le 17 janvier 2021)
  4. Ludovic Cailluet, Chedde. Un siècle d'industrie au pays du Mont-Blanc, Presses Universitaires de Grenoble, (lire en ligne).
  5. « SLG Carbon, Chedde », sur www.slgchedde.fr (consulté le 4 août 2019).
  6. La Tour Dingy sur le site ''Histoire-passy-montblanc.fr.
  7. BT, « Maison forte de la Frasse (Ferme Soudan) », sur le site de l’association « Culture, Histoire et Patrimoine de Passy » - histoire-passy-montblanc.fr (consulté en août 2019).
  8. « L'église saint-Joseph », sur le site du Diocèse d'Annecy - www.diocese-annecy.fr.
  9. E. Marès, A. Tobé, « L’église St-Joseph de Chedde » [PDF], sur le site Passy-mont-blanc.com (consulté le 5 août 2019).