Chaudebonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chaudebonne
Chaudebonne Vue générale.jpg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Jean-Michel Laget
2020-2026
Code postal 26110
Code commune 26089
Démographie
Gentilé Chaudebonnais, Chaudebonnaises
Population
municipale
56 hab. (2017 en augmentation de 1,82 % par rapport à 2012)
Densité 2,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 39″ nord, 5° 13′ 10″ est
Altitude Min. 542 m
Max. 1 600 m
Superficie 20,77 km2
Élections
Départementales Canton de Nyons et Baronnies
Législatives Troisième circonscription

Nyons (avant mars 2015)

Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Chaudebonne
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Chaudebonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaudebonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaudebonne

Chaudebonne est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chaudebonne est situé à 23 km au nord de Nyons et à 32 km à l'est de Dieulefit.

La commune est composée de plusieurs hameaux : Brézil, les Chaudrons et les Nauds. La mairie est à l'Estellon. Le hameau des Nauds est accessible par la route départementale RD 70, passant par la vallée du Ruisseau des Trente-Pas, ainsi que par le col [de] « La Sausse » (791 m). Les hameaux de Brézil et des Chaudrons sont accessibles par la RD 186.

Le relief est assez accidenté avec une altitude variant de 550 mètres au bord aval du Bentrix, à 1 606 mètres, affluent de l'Eygues, au sommet du Merlu.

Le torrent l'Arnayon prend sa source et coule sur quelques mètres au nord de la commune.


Communes limitrophes de Chaudebonne
Vesc Bouvières Gumiane, Arnayon
Valouse Chaudebonne Arnayon, Villeperdrix
Saint-Ferréol-Trente-Pas Saint-Ferréol-Trente-Pas Villeperdrix

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 1183 : mention de la paroisse : Ecclesia Casabona (Masures de l'Isle Barbe, 117)
  • 1272 : Chaudabona (archives de la Drôme, fonds de l'Île-Barbe).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : Capella de Chaudobono (pouillé de Die).
  • 1449 : mention de la paroisse : Ecclesia de Calidabona (pouillé hist.).
  • 1509 : mention de l'église paroissiale Sainte-Agathe : Ecclesia parrochiali sancte Agathe Calde Bone(vis. épisc.).
  • 1516 : mention de la paroisse : Cura de Callida Bona (rôle de décimes).
  • 1576 : mention de la paroisse : La cure de Choude Bone (rôle de décimes).
  • 1891 : Chaudebonne, commune du canton de la Motte-Chalancon.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le -bonne de Chaudebonne est peut-être une déformation du mot pré-indo-européen borne/bourne, qui désigne une cavité dans le rocher d'où souvent sort une source[2].

  • Cf. les Rochers des Bornes et le lieu-dit Borne dans la même commune.
  • Cf. Bourne Garis, lieu-dit de la commune voisine de Gigors-et-Lozeron.
  • Cf. la Bourne, rivière encaissée du nord du Vercors.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[1] :

  • Terre du fief des évêques de Die.
  • Possession des Artaud.
  • 1381 : elle passe aux (d') Arces.
  • Début XVIe siècle : passe aux Lhère de Glandage
  • 1595 : passe aux (du) Pilhon.
  • Fin XVIIe siècle : vendue aux Morges.
  • Recouvrée par les (du) Pilhon.
  • 1743 : léguée aux Emé de Marcieu.
  • 1772 : vendue aux Fourville, derniers seigneurs.

Avant 1790, Chaudebonne était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die dont l'église, dédiée à sainte Agathe, dépendait anciennement de l'abbaye de l'Île-Barbe, et dont les dîmes appartenaient au curé du lieu par abandon du prieur de Sahune. La paroisse de l'Estelon lui fut unie au XVIe siècle[1].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Chaudebonne fut compris dans le canton de Saint-Nazaire-le-Désert, mais la réorganisation de l'an VIII l'a fait entrer dans celui de la Motte-Chalancon[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Jean-Michel Laget[3] DVG Architecte

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2017, la commune comptait 56 habitants[Note 1], en augmentation de 1,82 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309318420458452428458429345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
294360355319291299282271250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
25624723015715312610910164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
524535474854655954
2017 - - - - - - - -
56--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Grenoble. Elle n'a aucune école. Cependant, la commune est rattachée à un RPI (regroupement pédagogique intercommunal) avec les communes voisines de Valouse, Eyroles, Saint-Ferréol-Trente-Pas (où se trouve l'école primaire) et Condorcet (où se trouve l'école maternelle).

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Chaudebonne dépend du diocèse de Valence, doyenné de Sahune[8].

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : bois, lavande, pâturages (ovins, caprins)[9].

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Site du bourg à la sortie des gorges de Trente-Pas[9].
  • Panorama de la montagne d'Angèle (1606 m)[9].
  • Paysage sauvage et tourmenté[9].
  • Randonnées[9].
  • Pêche et chasse[9].
  • Fête : dimanche suivant la mi-Carême[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 82
  2. W. von Wartburg, Französisches etymologische Wörterbuch (Klopp, Mohr et alii, Bâle 1922-1992, 25 vol.) - P. Gastal, Nos racines celtiques (Désiris 2013), article borna p. 131-132.
  3. Chaudebonne sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 14 novembre 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Paroisse de Chaudebonne
  9. a b c d e f g h et i Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Chaudebonne

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 2004, 192 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]