Loÿs Delteil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delteil.
Loÿs Delteil
Loÿs Delteil self-portrait 1898.jpg

Autoportrait au crayon, mai 1898.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Henri Loÿs Delteil, dit aussi Léo Delteil, né le à Belleville (Paris) et mort à Paris le [1], est un dessinateur, graveur, lithographe, illustrateur et historien de l'estampe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Loÿs Delteil, fils d'un bibliothécaire parisien, devient l'élève du sculpteur et graveur Théodore Devaulx. Dès l'âge de 13 ans, il se met à collectionner les estampes, conseillé et formé par le marchand Paul Prouté. Vers l'âge de 16 ans, il entre en apprentissage chez le lithographe Charles Pipard, puis acquiert les techniques de la gravure, entre autres auprès de Henri Boutet. Il commence à exposer en tant qu'aquafortiste au Salon en 1889, puis régulièrement jusqu'en 1913. Durant son service militaire (1889-1892), il rédige plusieurs articles sur des graveurs qu'il publie dans divers périodiques spécialisés dont La Curiosité universelle, L'Artiste, L'Estampe… Certains articles prennent la défense de ses contemporains, et dénoncent l'attitude de l'État qui semble ne pas s'intéresser aux métiers de l'estampe dans sa politique d'acquisition. Pour assurer sa subsistance, il devient expert auprès des marchands dans le cadre de ventes publiques et en rédige les catalogues, sur les conseils de Paul Mathey. Le 15 novembre 1895, il fonde la revue L'Estampe moderne, moniteur mensuel des amateurs et des artistes, qui s'arrête le 31 mars 1896 après cinq livraisons. Le titre, dans une optique totalement différente, est repris par Henri Piazza et Charles Masson (cf. L'Estampe moderne, 1897-1899). C'est l'époque où la photocomposition, la photogravure et la mécanisation des procédés de reproduction de l'image prennent le pas sur la gravure traditionnelle : Delteil fonde ainsi en 1897 une société d'artistes, « La Liane », qui publie des albums d'estampes produites suivant les procédés manuels, et organise des expositions[2]. Il rejoint aussi l'équipe rédactionnelle de la revue néo-traditionaliste L'Estampe et l'affiche, fondée par André Mellerio et Noël Clément-Janin, à laquelle il fournit quelques compositions originales. Dans les années 1920, il collabore à la revue Byblis fondée par le graveur Pierre Gusman.

Son travail d'expert lui rapporte suffisamment, pour qu'il se lance, à compte d'auteur, en 1906, dans la publication d'un inventaire historiographique intitulé Le Peintre-graveur illustré, travail qu'il poursuit jusqu'à sa mort. Il est proche d'Henri Beraldi, dont il poursuit l'inventaire, tout en le complétant.

L'historien d'art Michel Melot, qui lui reproche ses choix d'artistes, a quelque peu relativisé l'apport de Loÿs Delteil à la connaissance de l'histoire moderne de l'estampe, mais, à travers ses nombreux catalogues raisonnés et son Manuel (1925), il reste, selon François Courboin, une référence pour qui s'intéresse à cette forme d'art. Pour Blandine Bouret, « on lui doit en très grande partie la place mondiale de l'estampe originale française du XIXe et XXe siècle »[3].

En 1931, sa veuve fait don de plusieurs pièces à la Chalcographie du Louvre.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Théophile Chauvel : catalogue raisonné de son œuvre gravé et lithographié avec eaux forts originales et reproductions, Paris, coll. L'Estampe et l'affiche, G. Rafilly, 1900.
  • Catalogue raisonné de l'œuvre lithographié de Honoré Daumier, Orrouy (Oise), N. A. Hazard, 1904.
  • Le Peintre-graveur illustré, tomes I à XXXI, Paris, chez l'auteur, 1906-1926.
  • Anders Zorn, Paris, chez Loys Delteil, 1909.
  • Corot, Paris, chez l'auteur, 1910.
  • Manuel de l'amateur d'estampes des XIXe et XXe siècles (1801-1924), Paris, Dorbon-Ainé, 1925.
  • Meryon, Abbeville, impr. F. Paillart / éditions Rieder, 1927.
  • Pierre-Auguste Renoir, l'œuvre gravé et lithographié. Catalogue raisonné, San Francisco, Alan Wofsy Fine Arts, Hyman Alan éd., 1999.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Sophie Bobet-Mezzasalma (2009), notice biographique, INHA.
  2. « La Liane » regroupe entre autres les peintres André Dauchez, Edmond Cuisinier (1857-1917), Pierre-Amédée Marcel-Béronneau (1869-1937), le graveur Louis-Isidore Journot, le critique Noël Clément-Janin, les sculpteurs Henri-Théophile Bouillon et Jean Tarrit (1866-1950), l'aquarelliste Marguerite Fruchard ; ils exposent à la galerie de La Bodinière en décembre 1897, et l'année suivante, La Liane publie un album d'estampes — In: L'Estampe et l'affiche, du 15 octobre 1897, p. 15 — sur International Advertising & Design DataBase.
  3. B. Bouret (1987), p. 11.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Blandine Bouret, « L'Estampe moderne de Loÿs Delteil », In: Nouvelles de l'estampe, no 96, décembre 1987, p. 4-12.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :