Jean-Victor Bertin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertin.
Jean-Victor Bertin
Jean-Victor Bertin by Robert Lefevre.jpg
Robert Lefèvre, Portrait de Jean-Victor Bertin,
Paris, musée Marmottan Monet.
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Maître
Lieu de travail
A influencé
Distinctions
Médaille d'or au Salon de 1808
Légion d'honneur en 1822

Jean-Victor Bertin, né à Paris le et mort dans la même ville le , est un peintre français.

Peintre paysagiste du courant néoclassique, il est considéré comme un des maîtres de l'école du paysage historique. Il peignit une abondante production inspirée par l'Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le [1] à Paris, Jean-Victor Bertin, fils d'un maître perruquier, fut l'élève de Pierre-Henri de Valenciennes.

Il entra à l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1785, comme élève de Gabriel-François Doyen. Entre 1785 et 1793, il participa à divers concours d'émulation et, à partir de 1793, exposa régulièrement au Salon jusqu'à sa mort. Il obtint un prix d'encouragement en 1799 et son travail est salué par une médaille d'or de 1e classe d'une valeur de 250 F en 1808. Il fut décoré de la Légion d'honneur le .

Plusieurs œuvres lui furent commandées pour le palais du Trianon et le château de Fontainebleau entre 1811 et 1817. Son talent fut apprécié par des amateurs prestigieux, tels que le duc de Berry ou le banquier Jacques Laffitte et, à partir de 1833, l'État lui acheta régulièrement des œuvres, en particulier le ministère de l'Intérieur afin d'enrichir les musées de province.

À sa mort, survenue le à Paris, après une vieillesse marquée par la gêne financière, il laissa sa veuve dans une profonde détresse matérielle. Il fut inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (8e division)[2]. Sa concession a depuis été reprise et ses restes transférées à l'ossuaire du Père-Lachaise.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, Paris, 1831, pp. 54-56.
  • Suzanne Gutwirth, « Un paysagiste néo-classique (1767-1842) », Gazette des beaux-arts, juin 1974.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :