Guillaume Ier d'Aquitaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Ier et Guillaume d'Aquitaine.
Guillaume (I) d'Aquitaine
Image illustrative de l'article Guillaume Ier d'Aquitaine
Guillaume le Pieux, d'après une lettrine enluminée (BNF, Ms. Lat. 17716, f°85.)

Titre Duc d'Aquitaine
Autre titre Marquis de Gothie, comte d'Auvergne, de Berry, de Limousin, de Lyon et de Mâcon
Successeur Guillaume (II) le Jeune
Autres fonctions Abbé laïc de Saint-Julien-de-Brioude
Biographie
Naissance vers 875
Décès
Lyon
Père Bernard Plantevelue
Mère Ermengarde d'Auvergne
Conjoint Engelberge

Guillaume Ier d'Aquitaine dit Le Pieux (né vers 875 - mort le 28 juin 918 à Lyon) fut marquis de Gothie, comte d'Auvergne, de Berry, de Limousin, de Lyon et de Mâcon, puis duc d'Aquitaine et abbé laïque de Saint-Julien-de-Brioude[1].

Guillaume était le fils de Bernard Plantevelue, comte d'Auvergne et d'Ermengarde d'Auvergne, il succèda à son père en 886.

Il était maître de l’Auvergne et du Limousin par son père, et duc d'Aquitaine. Ses biens s’étendaient de la Bourgogne au Toulousain en passant par l’Autunois, le Mâconnais, le Lyonnais, le Berry, l’Auvergne, le Velay, le Gévaudan, la Gothie (actuel Languedoc).

Avant 898, il épousa Engelberge ou Ingelberge, fille du roi de Bourgogne-Provence Boson de Vienne et d'Ermengarde, elle-même fille unique de l'empereur Louis II le Jeune.

En 901, il est pourvu du comté de Lyon. Il y donne plusieurs chartes dont l'une en 913 au profit des église Saint-Just et Saint-Irénée[2].

Il fonda l'abbaye de Cluny en 909, le 11 septembre, et y nomma Bernon de Beaume comme abbé. Il reçut Odon de Cluny pour son apprentissage de la chevalerie à 13 ans[3] en sa cour.

Il mourut le 28 juin 918 et fut inhumé à l'Abbaye de Brioude le 6 juillet 918[4] près des tombes du martyr saint Julien et de l'empereur Avitus.

Lui succèderont brièvement comme ducs d'Aquitaine, ses deux neveux, fils de sa sœur Ava/Adélinda d'Aquitaine et d'Acfred de Carcassonne : Guillaume II le Jeune (918-926) et Acfred (926-927). Ils ne laissent pas d'héritiers, et après eux, pendant plusieurs années, a lieu une véritable « guerre de succession » au duché d'Aquitaine, entre la Maison de Poitiers et celle de Toulouse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Auzias Léonce, L'Aquitaine Carolingienne (778-987), Paris,‎
  2. Guillaume Paradin, Mémoires de l'histoire de Lyon, p. 114. en ligne
  3. J.-Henri Pignot - Histoire de l'Ordre de Cluny depuis la fondation de l'abbaye jusqu'à la mort de Pierre le Vénérable - Tome 1 - Paris/Autun - 1868, page 57
  4. Pierre Ganivet, Recherches sur l'évolution des pouvoirs dans les pays lyonnais de l'époque carolingienne aux lendemains de l'an mil., Lyon, Université d'Auvergne Clermont I,‎