Bryan Grimes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bryan Grimes
Bryan Grimes
Bryan Grimes, Jr.
photo prise en 1864 ou 1865

Naissance
Comté de Pitt, État de Caroline du Nord
Décès (à 51 ans)
Comté de Pitt, État de Caroline du Nord
Origine Américain
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États confédérés d'Amérique États confédérés
Grade Confederate States of America General-collar.svg Major général
Années de service 1861-1865
Conflits Guerre de Sécession

Bryan Grimes ( - ) est un planteur de Caroline du Nord et un général de l'armée des États confédérés lors de la guerre de Sécession. Il participe à presque toutes les batailles majeures sur le théâtre oriental de la guerre.

Grimes est le dernier homme de l'armée de Virginie du Nord à être nommé major général[1]. Il mène aussi l'attaque finale de cette armée peu avant qu'elle se rende à Appomatox Court House le matin du aux forces de l'Union.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Bryan Grimes, Jr. naît dans la plantation familiale ancestrale, appelée « Grimesland Plantation (en) » dans le comté de Pitt, Caroline du Nord. Elle est ajoutée au Registre national des lieux historiques en 1971[2]. Son père, Bryan Grimes, Sr., est un planteur prospère. Sa mère, Nancy Grist, est la fille d'un célèbre général de Géorgie, qui meurt lorsque Grimes est âgé de quatre mois, et sa sœur aînée l'élève pendant un temps. Il suit sa scolarité dans le comté de Nash et le collège à Washington, Caroline du Nord avant d'entrer dans une école privée reconnue à Hillsborough. Grimes, à l'âge de quinze ans, entre à l'université de Caroline du Nord, où il est membre de la société philanthropique. Il est diplômé quatre ans plus tard en 1848. En 1849, son père lui donne le domaine de Grimesland, et avec lui le contrôle de ses 100 esclaves. Le , il se marie avec Elizabeth Hilliard Davis, mais elle décède six ans plus tard. Le couple aura eu quatre enfants, dont un, Bryan Grimes III, meurt dans son enfance. Grimes, très affecté, voyage plus tard en Europe.

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

À son retour aux États-Unis, il est élu délégué de la Caroline du Nord pour la convention de la sécession. Il démissionne après la ratification de l'ordonnance de Sécession (en) et rejoint l'armée des États confédérés en tant que commandant 4th North Carolina Infantry (en) nouvellement levé le . Il combat pour la première fois lors de la première bataille de Bull Run le en Virginie. Grimes est promu lieutenant colonel le , et combat à la bataille de Seven Pines, au cours de laquelle il est blessé lorsque son cheval blessé s'écroule sur lui le [3]. Le , Grimes est promu colonel et reçoit le commandement du 4th North Carolina Infantry, qui fait partie maintenant de l'armée de Virginie du Nord. Grimes commande le régiment pendant la campagne de la Péninsule, mais manque la campagne du Maryland et la bataille d'Antietam en raison d'une blessure grave à la jambe à la suite d'un coup de sabot de son cheval le près d'Edward's Ferry dans le Maryland. Après son rétablissement, Grimes reprend du service sur le terrain en commandant temporairement une brigade d'infanterie dans la division du major général Daniel Harvey Hill. Il combat avec le reste du second corps de Stonewall Jackson lors de la bataille de Fredericksburg en décembre, où ses hommes repoussent une attaque de l'Union[3].

Grimes retourne à son commandement régimentaire avant la campagne de Chancellorsville en 1863, où il est une nouvelle fois blessé, cette fois à un pied, le [3]. Pendant le premier jour de combat à Gettysburg, le régiment de Grimes est la première unité confédérée organisée à entrer dans les rues de Gettysburg, Pennsylvanie. Il a la charge de l'arrière-garde pendant une partie de la retraite de l'armée en Virginie à la suite de la bataille de trois jours. Le , il se marie avec Charlotte Emily Bryan, et ils auront finalement dix enfants ensemble, dont John Bryan Grimes (en), qui deviendra secrétaire d'État de Caroline du Nord. Une nouvelle fois, un autre fils appelé Bryan Grimes meurt en bas âge.

Pendant la campagne de l'Overland de 1864, Grimes est promu brigadier général avec une date de prise de rang au , et reçoit le commandement permanent de sa brigade de Caroliniens du nord. Cet automne, il combat lors des campagnes de la vallée de la Shenandoah dans l'armée du lieutenant général Jubal A. Early. Lorsque le major général Stephen D. Ramseur est tué à Cedar Creek, Grimes assure le commandement de sa division le et la dirige pendant le reste de la guerre. Le , alors qu'il est à Cedar Creek, il est blessé à une jambe[3].

Le , Grimes est promu major général[3], le dernier homme à être nommé à ce rang dans l'armée Virginie du Nord[4]. Il sert dans les tranchées entourant Petersburg et suit la retraite de Robert E. Lee vers l'ouest qui se termine lorsque la route est bloquée par les colonnes fédérales près d'Appomattox Court House. Grimes mène une attaque qui repousse temporairement les fédéraux de Lynchburg Road, ouvrant brièvement une route possible d'évacuation pour une partie de l'armée de Lee. Néanmoins, Lee choisit de se rendre au lieu de risquer un autre bain de sang inutile.

À la suite de la campagne d'Appomattox, Grimes se rend avec le reste de l'armée de Virginie du Nord le , et est libéré sur parole à Appomattox Court House. Il est pardonné par le gouvernement des États-Unis le [3].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre, Grimes retourne en Caroline du Nord, et s'installe brièvement à Raleigh. Il retourne ensuite à Grimesland en et reprend l'agriculture. Dix ans plus tard, il est nommé administrateur de l'université de Caroline du Nord.

En 1880, Grimes est pris en embuscade et tué dans le comté de Pitt, Caroline du Nord, par un tueur à gages nommé William Parker, vraisemblablement pour l'empêcher de témoigner lors d'un procès criminel. Grimes avait pris part à une tentative d'expulsion d'immigrants, et a été tué par leur homme de main[5]. Parker est acquitté plus tard lors de son procès. Néanmoins, plusieurs années plus tard, Parker revient dans la région ivre et se vante d'avoir tué Grimes mais avoir obtenu l'acquittement. Il est arrêté pour ivresse et trouble à l'ordre public. Cette nuit, une foule entre dans la prison, empoigne Parker et le lynche. Personne ne sera poursuivi pour cet acte. Grimes est enterré dans le cimetière familial sur sa plantation, Grimesland, à huit kilomètres (cinq miles) de Chocowinity, Caroline du Nord.

Des parties des lettres écrites à la maison par Grimes pendant la guerre de Sécession sont publiées après sa mort en 1883, sous le titre de Extracts of Letters of Major Gen'l Bryan Grimes, to His Wife[3].

Mémoire[modifier | modifier le code]

En , l'armée des États-Unis établit le « camp Bryan Grimes » à Raleigh et le baptise en mémoire de l'ancien général confédéré. Il sert comme point d'enrôlement pour les troupes de Caroline du Nord lors de la guerre hispano-américaine.

Le camp des fils des vétérans confédérés (en) (Sons of Confederate Veterans) situé à Greenville, Caroline du Nord, est désigné comme le camp « major général Bryan Grimes) en 1988.

Des amis et la famille ont érigé un cénotaphe dans le cimetière épiscopal de la trinité (en) à Chocowinity, en Caroline du Nord, comprenant une inscription de ses réalisations et de son service durant la guerre de Sécession.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. see footnote Eicher, p. 810.
  2. (en) « National Register Information System », sur le site du National Park Service, National Register of Historic Places, .
  3. a b c d e f et g Eicher, p. 269.
  4. Eicher, p. 810.
  5. Wakelyn, p. 213.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]