Confederate States Army

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armée des États confédérés

Étendard des troupes confédérées.

L'Armée des États confédérés (en anglais : Confederate States Army) est formée en février 1861 afin de défendre les États confédérés d'Amérique qui voient le jour la même année lorsque les sept premiers États du Sud font sécession des États-Unis. Elle disparaît après sa défaite lors de la guerre de Sécession.

Organisation[modifier | modifier le code]

Étendard de la marine confédérée.
Le général Robert Edward Lee, le plus célèbre officier du Sud.

Le Département à la Guerre de la Confédération fut établi par le Congrès des États confédérés par une loi du 21 février 1861. Cette nouvelle armée comprenait trois composantes :

  • l'Armée des États confédérés d'Amérique (ACSA, souvent abrégée CSA : Confederate States Army) était l'armée régulière, organisée par la loi du Congrès confédéré du . Elle pouvait rassembler 15 015 hommes, dont 744 officiers, mais ce niveau ne fut jamais atteint dans les faits. Les généraux comme Samuel Cooper et Robert Lee furent enrôlés dans l'ACSA pour y encadrer les officiers et militaires de rangs inférieurs.
  • l'armée de réserve de la Confédération (PACS) fut instaurée par la loi du Congrès confédéré du , et commença à s'organiser le . Dans les faits, les soldats réguliers, volontaires et conscrits préféraient entrer dans cette Armée de réserve car sous la pression de la guerre, nombre d'unités nouvelles étaient créées au sein de l'armée de réserve, beaucoup de sous-officiers et d'officiers pouvaient donc espérer un avancement plus rapide dans celle-ci plutôt que dans l'armée régulière. Si la guerre avait été gagnée, les Confédérés avaient l'intention de dissoudre l'armée de réserve pour ne garder que l'armée régulière.
  • les milices des États étaient organisées et sous le contrôle du gouvernement des États, c'était en fait la « garde nationale » de chacun des États confédérés. Elles reprenaient les clauses d'organisation et du commandement des milices d'États en s'inspirant fortement du United States Militaria Act de 1792.

Il n'y a pas de chiffres précis donnant une idée réelle des forces de l'Armée de la Confédération. On estime que 500 000 à 1 500 000 hommes furent sous les drapeaux durant toute la durée de la guerre pour l'ensemble de la Confederate States Army. Les premiers rapports du département de la Défense parurent fin 1861, indiquant un nombre de 326 768 engagés ; 449 439 en 1862 ; 464 646 en 1863 ; 400 787 en 1864 et selon le dernier rapport 358 692 hommes en 1865. On estime que la conscription et les enrôlements pour toute la durée de la guerre furent de 1 227 890 à 1 406 180 hommes dont quelques milliers d'Afro-Américains (majoritairement dans des rôles non-combattants ou comme domestiques, les propriétaires d'esclaves reçoivent en échange 30 dollars par moi du gouvernement confédéré[1]), la décision d'armer ceux-ci se fit très tardivement au coup par coup[2].

Des appels sous les drapeaux eurent lieu :

  • le  : 100 000 volontaires et miliciens ;
  • le  : 400 000 volontaires et miliciens ;
  • le , la première conscription appelle les hommes blancs âgés de 18 à 35 ans pour la durée de la guerre ;
  • le , la deuxième conscription porte l'âge maximal de 35 à 45 ans, avec remplacement commençant le  ;
  • le , la troisième conscription appelle désormais sous les drapeaux les hommes âgés de 17 à 50 ans.
  • le , autorisation des troupes de combat afro-américaines, projet toutefois mis en œuvre seulement partiellement.

L'armée confédérée signa sa reddition aux forces de l'Union dans la ville d'Appomattox le .

Infanterie[modifier | modifier le code]

L'unité de base est le régiment, composé de 10 compagnies.

Artillerie[modifier | modifier le code]

Artilleur sudiste (caporal).

Organisation[modifier | modifier le code]

L'unité de base est la compagnie d'artillerie, appelée batterie. Une batterie regroupe généralement 4 canons.

Matériel[modifier | modifier le code]

Les canons sont similaires à ceux mis en œuvre par les nordistes. Cependant, les canons rayés britanniques Blakely n'ont été utilisés que par les Sudistes, et encore en petit nombre[3].

Il y a deux types de pièces d'artillerie utilisées par l'armée sudiste. D'un côté, les pièces à âme lisse et, de l'autre, les pièces rayées[note 1].

Les pièces à âme lisse de l'artillerie de campagne sont, en général, des canons obusiers de 12 "Napoléons". C'est-à-dire des pièces imitées du modèle français de canon imaginé par le prince Louis-Napoléon Bonaparte. Ce sont des canons de 12 livres[note 2].

Les pièces rayées de la même artillerie de campagne sont des Parrott (du nom de leur inventeur), de 10 ou 20 livres[note 3], des Withworth[note 4] de 20 livres ou des 3 pouces d'ordonnance (inventés par J. Griffen).

Personnels[modifier | modifier le code]

Une batterie comprend une centaine d'hommes. L'ordre général no 81 du prévoit qu'une batterie de 4 canons doit aligner 1 capitaine, 1 premier-lieutenant, 2 second-lieutenants, 1 sergent-major, un sergent fourrier (quartermaster sergeant), 4 sergents, 8 caporaux, 2 clairons (buglers), 1 porte-guidon, 2 artificiers et de 64 à 125 canonniers[4].

Cavalerie[modifier | modifier le code]

L'armée confédérée a cherché à lever de nombreux régiments de cavalerie, étant limitée par le nombre de chevaux disponibles. Certaines unités de cavalerie serviront comme unités à pied.

Services[modifier | modifier le code]

  • Service de Santé
  • Transmissions
  • Génie

Commandement[modifier | modifier le code]

Structure territoriale[modifier | modifier le code]

Difficultés[modifier | modifier le code]

Lors de la formation de l'Armée confédéréé, tous les corps de l'US Army et de la Navy se repartirent entre les deux camps. Il existait des Marines of the Confederation et une Navy of the Confederation. L'Armée des États confédérés étant à l'origine une armée de défense, de nombreux soldats n'apprécièrent donc pas quand Lee emmena l’armée de Virginie du Nord au Maryland, au cours de la campagne d'Antietam. Près de 50 000 hommes désertèrent alors, rappelant qu'ils s'étaient engagés pour défendre leur patrie, pas pour une guerre de conquête. Après les batailles de Gettysburg et Vicksburg, le nombre de déserteurs atteignit 100 000[réf. nécessaire].

Grades[modifier | modifier le code]

Les insignes de grades de l'armée sudiste sont très différents de ceux de l'United States Army. De plus, les quatre types d'officiers généraux ont été réduits à une distinctive unique.

Ainsi la liste des grades des officiers et hommes du rang de l'armée des États confédérés sont, par ordre décroissant, les suivants[5](p1) :

  • Général
  • Lieutenant général[note 5]
  • Major général
  • Brigadier général
  • Colonel
  • Commandant
  • Capitaine
  • Premier lieutenant
  • Second lieutenant
  • Cadet
  • Sergent major
  • Quartier-maître sergent de régiment (fourrier)
  • Sergent d'ordonnance et steward d'hôpital
  • Premier sergent
  • Sergent
  • Caporal
Insignes de sous-officiers
sergent-major sergent fourrier artillerie sergent d’ordonnance premier sergent
Confederate States of America Sergeant Major-Infantry small.jpg Confederate States of America Quartermaster Sergeant-Infantry.jpg Confederate States of America Ordnance Sergeant-Artillery.jpg Confederate States of America First Sergeant-Infantry.jpg
sergent caporal musicien Soldat (Private)
Confederate States of America Sergeant-Infantry.jpg Confederate States of America Corporal-Infantry.jpg pas d'insigne pas d'insigne

Insignes d'officiers :

Les principales armées sudistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une pièce rayée voit l'intérieur de son tube gravée de rayures hélicoïdales, dont le but est d'imprimer au projectile un mouvement de rotation sur lui-même qui améliore et sa portée et la stabilité de sa trajectoire, augmentant ainsi la précision du tir. À l'origine, tous les canons étaient à âme lisse ; la mise en place de rayures impose aussi une fabrication beaucoup plus précise et son apparition a dépendu de l'évolution des arts métallurgiques. Les canons de Napoléon étaient tous à âme lisse.
  2. Référence au poids du boulet utilisé, 12 livres de poids.
  3. Il existe toute une gamme de Parrott, de 10 livres à 300 livres.
  4. Ce sont des canons britanniques importés. Ils ont la particularité, pour l'époque, de se charger par la culasse. Réputés pour leur précision et leur distance de tir, ils ont aussi un bruit particulier qui permet de distinguer leurs projectiles.
  5. Le grade le lieutenant général n'apparaît pas dans les Regulations for the Army of the Confederate States, vraisemblablement car sa création est postérieure à la rédaction de l'ouvrage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frank Browning, John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 256.
  2. (en) « Les soldats confédérés noirs, mythe ou réalité ? », sur Club Confédéré et Fédéral de France (consulté le 28 septembre 2015).
  3. Mark M Boatner III, The Civil War Dictionnary, page 68.
  4. P. Katcher, confederate artilleryman, p. 7-8.
  5. (en) Confederate States of America. War Dept, Samuel Preston Moore, Regulations for the Army of the Confederate States, Norman Publishing, , réimpression éd., 420 p. (ISBN 9780930405366)

Sources[modifier | modifier le code]

  • en général
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Confederate States Army » (voir la liste des auteurs).
    • James Mc Pherson, La guerre de sécession, 1991, Robert Laffont, Bouquins, (ISBN 2-221-06742-8), pages 333-334 (effectifs), 339-340 (organisation).
    • Revue Tradition, Hors-Série no 36, Les armées de la Guerre de Sécession américaine, 2009, texte de R. Chartrand.
  • Artillerie
    • P. Katcher, Confederate Artilleryman 1861-65, Osprey, Warrior 34, 2001, (ISBN 1-84176-300-4).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Boatner, Mark Mayo, III. The Civil War Dictionary. McKay, 1959 (2e édition, révisée, 1988), (ISBN 0-8129-1726-X).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]