Wesley Merritt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wesley Merritt
Wesley Merritt

Naissance
New York, État de New York
Décès (à 76 ans)
Natural Bridge, État de Virginie
Allégeance Flag of the United States (1861-1863).svg Union
Arme cavalerie
Grade Union Army major general rank insignia.svg Major général
Années de service 1860-1900
Conflits Guerre de Sécession
Guerre hispano-américaine

Wesley Merritt (né le à New York, État de New York, et mort le à Natural Bridge, État de Virginie) est un major général de l'Union. Il est enterré dans le cimetière militaire de West Point, État de New York[1].

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Wesley Merritt est le quatrième enfant de John Willis et de Julia Anna (de Forest) Merritt[2]. Après la panique financière de 1837, ses parents déménagent dans l'Illinois. Lorsqu'il part pour Salem à l'âge de 15 ans, il est empreint des idées politiques de ses parents : ardents démocrates, fervent unionistes mais haïssant les abolitionnistes[2]. Après s'être intéressé au droit, il se dirige vers les études militaires en 1855[2].

Il sort diplômé de West Point en 1860[note 1].

Il est breveté second lieutenant le dans le 2nd Dragoons et est promu à ce grade le [3]. Il est affecté dans l'Utah[4].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Wesley Merritt est promu premier lieutenant le [3]. Le , il est affecté au 2nd U.S. cavalry[3]. Au début de la guerre, il sert dans des postes d'état-major à Washington jusqu'à la mi-1863[1]. Du au , il est aide de camp du général Philip Saint George Cooke lors de la campagne de la Péninsule[4]. Il est promu capitaine le [3]. Il fait notamment deux périodes en tant qu'aide de camp du général George Stoneman qui commande alors la cavalerie de l'armée du Potomac[1]. Il dirige un détachement lors du raid de Stoneman pendant la campagne de Chancellorsville[4].

Il participe à la bataille de Brandy Station qui est l'une des plus grande batailles de cavalerie du conflit[1]. Lors de cette bataille, Wesley Merrit échappe de peu à la mort : alors qu'un confédéré lui porte un coup de sabre à la tête, son chapeau épais et l'écharpe qu'il porte en bandeau prennent le coup[5].

Il est nommé brigadier général des volontaires le après sa participation à la bataille de Middleburg[3],[1]. Il commande alors pour la fin de la campagne de Gettysburg la brigade de cavalerie de réserve de l'armée du Potomac comprenant quatre régiments de l'armée régulière et un de volontaires[1]. Il est breveté commandant le pour bravoure et service méritoire lors de la bataille de Gettysburg[3]. Lors des combats de l'automne, il confirme des capacités de commandement de haut niveau[1]. En mai 1864, il commande temporairement une division les de la bataille de Todd's Tavern[3]. Il participe au raid sur Richmond commandé par le général Sheridan[1]. Il est breveté lieutenant colonel le pour bravoure et service méritoire lors de la bataille de Yellow Tavern[3]. Il est breveté colonel le pour bravoure et service méritoire lors de la bataille de Hawes Shop[3]. En août 1864,il prend le commandement de la 1st cavalry division de l'armée de la Shenandoah commandée par le général Sheridan[1]. Il participe à la troisième bataille de Winchester[1]. Lors de la bataille de Tom's Brook, il défait la division du général Thomas Lafayette Rosser, bataille qui sera surnommée la course de Woodstock en référence à la vitesse de la retraite confédérée[4]. Il participe à la bataille de Cedar Creek[1]. Il est breveté major général des volontaires le pour bravoure et service méritoire lors des batailles de Winchester et de Fishers Hill[3].

Major général Philip Sheridan et ses généraux en 1864. De gauche à droite : Henry Davies, David McMurtrie Gregg, Sheridan, Wesley Merritt, Alfred Torbert, and James Harrison Wilson.

Lors de la bataille de Waynesboro et de la campagne d'Appomattox, il commande un corps de cavalerie[1]. Le général Ulysse S. Grant nomme Merrit comme l'un des trois émissaires chargés de préparer la reddition formelle du général Robert E. Lee[4]. Le il est breveté brigadier général pour bravoure et service méritoire lors de la bataille de Five Forks et major général pour bravoure et service méritoire lors de la campagne qui se termine par la reddition de l'armée rebelle de Nord Virginie[3]. Il est nommé major général des volontaires le [3]. Il est ensuite transféré au Texas[4].

Major général des volontaires W. Merritt

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Wesley Merritt quitte le service actif des volontaires le [3]. Il est promu lieutenant-colonel le au sein du 9th U.S. cavalry, l'un des deux régiments noirs de cavalerie de l'armée[3],[4]. Sous son commandement, le régiment aura l'un des taux de désertion les plus faibles de l'armée grâce à son action pour maintenir le moral et renforce l'entrainement des officiers et hommes de troupes[2]. Au cours des dix-sept années suivantes, il effectue son service le long de la frontière, combattants les indiens hostiles[4]. En 1869, il fait partie d'un groupe de réflexion, dirigé par le général John M. Schofield, qui met notamment à jour les tactiques, définit les armes et les équipements nécessaires[2]. En 1875, il est affecté dans l'état-major du général Sheridan à Chicago[2].

Il est promu colonel le au sein du 5th U.S. cavalry[3]. Il est alors affecté au fort Laramie dans le Wyoming[2]. Il combat alors les Sioux entre 1876 et 1877, participe à la poursuite des Nez Percés l'année suivante, et enfin à la lutte contre les Utes en 1879[4].

En tant que colonel du 5th U.S. Cavalry, Merritt est un des membres de la cour d'enquête qui siège le présidée par le colonel John H. King du 9th U.S. Infantry, qui est réunie pour statuer sur le comportement du commandant Marcus A. Reno du 7th U.S. Cavalry à la bataille de Little Bighorn ( et ) ; bataille qui a abouti à la mort du général George Armstrong Custer et plus de 200 hommes du 7th U.S. Cavalry[6](p18-19).

De 1882 à 1887, il est directeur de l'académie militaire de West Point[1].

Il est nommé brigadier général le [3]. Il prend alors le commandement du département du Missouri au fort Leavenworth[4]. Puis il commande le département du Dakota et le département de l'Est[4]. Il est nommé major général le [3].

Major général W. Merritt

Le , il prend le commandement du département du Pacifique, dont la juridiction est étendu jusqu'à l'archipel des Philippines[7]. Le , sur suggestion de Wesley Merritt, le 8th Army Corps est créé. Il commande la première expédition aux Philippines lors de la guerre hispano-américaine[1]. Il est le premier gouverneur militaire des Philippines[1]. C'est Wesley Merritt qui accepte la reddition espagnole[1]. Il commande ensuite le département de l'Est jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite le [3],[1].

Charles A. Page a écrit de Wesley Merritt :

« Il avait la réputation en tant qu'officier de cavalerie de n'être le second de personne, il était admiré de ses compagnons d'armes pour sa bravoure dans l'action et son jugement sûr, démontré de manière splendide dans la façon qu'il avait de diriger ses hommes dans toutes les occasions[8]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est de la même promotion que les futurs généraux Alexander C. McWhorter Pennington, Horace Porter, James Harrison Wilson, James Meech Warner et Stephen Dodson Ramseur. Le premier lors de la guerre hispano-américaine de 1898, les trois suivants dans les rangs de l'Union et le dernier dans ceux de la Confédération.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) Wesley Merritt, page consacrée au général sur Find a Grave.com (consulté le 3 octobre 2015)
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) Benjamin R. Beede, The War of 1898 and U.S. Interventions, 1898T1934: An Encyclopedia, Routledge, , 784 p. (ISBN 9781136746918)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (en) Francis B. Heitman, Historical Register and Dictionary of the United States Army, from it's Organization, September 29, 1789, to March 2, 1903, Washington, Government Printed Office, (lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Spencer C. Tucker, American Civil War: The Definitive Encyclopedia and Document Collection, ABC-CLIO, , 2777 p. (ISBN 9781851096824)
  5. (en) Clint Johnson, Touring Virginia's and West Virginia's Civil War Sites, John F. Blair, Publisher, , 392 p. (ISBN 9780895874894)
  6. (en) Larry Sklenar, To hell with honor : Custer and the Little Bighorn, University of Oklahoma Press, (ISBN 080613156X, 9780806131566 et 9780806134727, OCLC 41944608, lire en ligne)
  7. (en) Graham A. Cosmas, An Army for Empire: The United States Army in the Spanish-American War, Texas A&M University Press, , 349 p. (ISBN 9780890968161)
  8. (en) Robert I. Girardi, The Civil Wars Generals: Comrades, Peers, Rivals-In Their Own Words, Zenith Press, , 304 p. (ISBN 9780760345160)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]