James Alexander Walker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

James Alexander Walker
James Alexander Walker

Surnom Stonewall Jim
Naissance
Comté d'Augusta, État de Virginie
Décès (à 69 ans)
Wytheville, État du Virginie
Allégeance Drapeau des États confédérés d'Amérique États confédérés
Arme Infanterie
Unité 4th Virginia Infantry
Grade Confederate States of America General-collar.svg Brigadier général
Années de service 1861-1865
Commandement 13th Virginia Infantry
brigade de Stonewall
Division d'Early
Conflits Guerre de Sécession
Famille Sarah A. Poage (épouse)

James Alexander Walker
Fonctions
Lieutenant gouveneur de Virginie (13e)
Prédécesseur Henry W. Thomas
Successeur John F. Lewis
Membre de la Chambre des délégués de Virginie du comté de Pulaski
Prédécesseur William J. Wall
Successeur John B. Alexander
Biographie
Parti politique Républicain (1893-1901)
Démocrate (avant 1893)

James Alexander Walker ( - ) est un avocat de Virginie, homme politique, et général confédéré au cours de la guerre de Sécession, plus tard, siégeant en tant que membre du congrès des États-Unis pendant deux mandats. Il gagne le surnom de « Stonewall Jim », au cours de son commandement de la célèbre brigade de Stonewall.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Walker naît près de Mount Meridian dans le comté d'Augusta, en Virginie, le 27 août 1832[1](p764). Il fréquente des écoles privées dans sa jeunesse, et entre à l'institut militaire de Virginie. En 1852, alors qu'il est dans la classe de philosophie naturelle et expérimentale du commandant Thomas Jackson, le cadet Walker perçoit que Jackson met au défit son intégrité. Par conséquent, il refuse de se conformer à une directive de Jackson de s'asseoir et d'« arrêter de parler » à moins que Jackson ne s'arrête aussi de parler. Jackson expulse Walker de la classe et l'accuse d'avoir désobéi à un ordre. Le cadet Walker, un officier cadet qui aurait obtenu son diplôme dans quelques semaines seulement, défie Jackson en duel pour défendre son honneur. Walker est traduit en cour martiale et expulsé de l'institut pour insubordination envers un officier. Le nom de Walker est ajouté à la liste des diplômés de la VMI plusieurs années plus tard.

Par la suite, il revient à la vie civile. Il étudie le droit à l'université de Virginie en 1854 et 1855[1](p764), où il est membre de la fraternité Phi Kappa Psi, avant d'être admis au barreau l'année suivante. Il s'installe avec succès dans la pratique du droit en Newbern dans le comté de Pulaski[1](p764). En 1858, il épouse Sarah A. Poage du comté d'Augusta, en Virginie. Le couple aura six enfants. Il devient avocat pour le Commonwealth en 1860.

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Avec le déclenchement de la guerre de Sécession et la sécession ultérieure de la Virginie, Walker entre dans l'armée confédérée, en avril 1861, en tant que capitaine des « Pulaski Guards », qui devient rapidement la compagnie C du 14th Virginia Infantry[1](p764). En juillet 1861, il est promu lieutenant-colonel et affecté au 13th Virginia Infantry[1](p764). Walker est de nouveau promu, cette fois colonel, en mars 1862, menant son régiment lors de plusieurs actions. Son régiment fait partie du deuxième corps sous le commandement du lieutenant général Thomas Jackson. Au cours de la campagne du Maryland Walker agit en tant que commandant de brigade à la place d'Isaac Trimble blessé ; mais il est lui-même blessé à la bataille d'Antietam. Lors de la bataille de Fredericksburg, il agit à titre de commandant de la brigade de Jubal Early. Le général Jackson, sur son lit de mort après avoir été abattu par des tirs fratricides lors de la bataille de Chancellorsville, demande que Walker soit nommé commandement de la brigade de Stonewall que Jackson a formée et dirigée en premier. Walker est promu brigadier général et affecté à la brigade de Stonewall en mai 1863[1](p764).

Il la mène pendant la campagne de Gettysburg, où la brigade participe aux attaques sur Culp's Hill. Walker reçoit le surnom de « Stonewall Jim » pour ses actions. Il est sévèrement blessé à la bataille de Spotsylvania en 1864 et renvoyé chez lui pour récupérer. Après la mort du brigadier général John Pegram pendant la campagne de Petersburg, Walker est affecté au commandement de la division qui avait été commandée par Jubal Early[1](p764). Il la dirige jusqu'à la reddition à Appomattox.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Lorsque la guerre se termine en 1865, il revient à sa pratique du droit et à sa carrière politique ; il est élu démocrate à la Chambre des délégués de Virginie en 1871 et 1872 pour le comté de Pulaski[1](p764). La VMI lui a décerne un doctorat honorifique en 1872, en reconnaissance de son service lors de la guerre de Sécession. Cinq ans plus tard, il est élu treizième lieutenant-gouverneur de la Virginie[1](p764).

En 1890, Walker est un membre fondateur de l'association du barreau de Virginie. En 1893, Walker change d'allégeance et rejoint le parti républicain. Il est élu au cinquante-quatrième et cinquante-cinquième Congrès, servant de 1895 à 1899[1](p764). Au cours de son second mandat, Walker sert en tant que président de la commission des élections.

En 1898, Walker est défait pour la ré-élection par William F. Rhea. Dans la suite de la contestation de l'élection, une fusillade se produit lors de la déposition, et Walker est blessé. En 1900, Walker concourt de nouveau contre de Rhea et perd. La contestation de Walker pour l'élection de 1900 tombe à sa mort en 1901.

Mort et héritage[modifier | modifier le code]

Walker meurt à Wytheville, Virginie le , et est enterré dans le cimetière de l'East End de la ville. Il est le grand-père de M. Caldwell Butler.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j (en) Lewis Preston, Summers, History of Southwest Virginia, 1746-1786, Washington County, 1777-1870, Overmountain Press, (ISBN 0932807437 et 9780932807434, OCLC 22417090, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) « James Alexander Walker », sur Biographical Directory of the United States Congress Retrieved on 2008-02-13

  • (en) Willie Walker Caldwell, Stonewall Jim: A Biography of General James A. Walker, C.S.A., Elliston, VA, Northcross House, (ISBN 978-0-9617256-4-8).
  • (en) John H. Eicher et David J. Eicher, Civil War High Commands., Stanford, Stanford University Press, (ISBN 0-8047-3641-3)
  • (en) Clement A. Evans, Confederate Military History: A Library of Confederate States History, vol. 12, Atlanta, Confederate Publishing Company, (OCLC 833588, lire en ligne).
  • (en) Stewart. Sifakis, Who Was Who in the Civil War., New York, Facts On File, (ISBN 978-0-8160-1055-4)
  • (en) Ezra J. Warner, Generals in Gray: Lives of the Confederate Commanders., Baton Rouge, Louisiana State University Press, (ISBN 978-0-8071-0823-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]