Tauves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tauves
Tauves
Le bâtiment de la mairie, à Tauves.
Blason de Tauves
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Intercommunalité Communauté de communes Dômes Sancy Artense
Maire
Mandat
Christophe Serre
2020-2026
Code postal 63690
Code commune 63426
Démographie
Population
municipale
772 hab. (2018 en diminution de 1,91 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 34″ nord, 2° 37′ 20″ est
Altitude Min. 636 m
Max. 1 072 m
Superficie 33,95 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Sancy
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Tauves
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Tauves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tauves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tauves

Tauves (en occitan Tauvas) est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Laquais et Laquaises[Note 1], ou plus couramment Tauvois et Tauvoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans le Sud-Ouest du département du Puy-de-Dôme, dans la région naturelle de l'Artense, la commune de Tauves est arrosée par plusieurs cours d'eau tributaires de la Dordogne : la Mortagne et son affluent le Beautourne, ainsi que la Burande qui sert de limite naturelle à la commune au sud, et son affluent le Burandou, brièvement au sud-est.

L'altitude minimale, 636 mètres, se trouve à l'extrême sud-ouest, là où la Burande quitte la commune pour servir de limite entre celles de Singles et Larodde. L'altitude maximale avec 1 072 ou 1 073 mètres[Note 2] est localisée à lextrême nord-est, en limite des communes de Saint-Sauves-d'Auvergne et La Tour-d'Auvergne, à l'est du lieu-dit la Chaleille.

Implanté à l'intersection des routes départementales (RD) 29, 922 et 987 et baigné par la Mortagne, le bourg de Tauves se situe, en distances orthodromiques, dix kilomètres à l'ouest - sud-ouest de La Bourboule et vingt kilomètres au nord-est de Bort-les-Orgues.

Le territoire communal est également desservi à l'est par la RD 203.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tauves est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[1],[2],[3].

La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (83,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (80,5 %), forêts (13,2 %), zones agricoles hétérogènes (4,5 %), zones urbanisées (1,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Le hameau du Pont Vieux est une ancienne commanderie des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dont l'existence est attestée depuis au moins 1293[8] et qui perdura jusqu'à la Révolution française. Elle fait partie du grand prieuré d'Auvergne et de la langue du même nom.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Tauves est membre de la communauté de communes Dômes Sancy Artense[9], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Rochefort-Montagne. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[10]. Jusqu'en 2016, elle faisait partie de la communauté de communes Sancy-Artense Communauté[11].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Issoire, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[9]. Avant , elle était chef-lieu de canton[12].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Sancy pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la troisième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010 (quatrième circonscription avant 2010)[12].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Tauves, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[13] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[14]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15. Sur les 31 candidats en lice[15], dix sont élus dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 82,66 %. Les cinq conseillers restant à élire sont élus au second tour, qui se tient le du fait de la pandémie de Covid-19, avec un taux de participation de 78,19 %[15].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Pierre Bouchaudy PS  
  2001 Fernand Urlande PS  
2001 2008 Jean-Noël Chauvet RPR puis UMP  
2008 En cours
(au )
Christophe Serre[16],[17] UMP puis LR Directeur général des services[18]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage de Tauves.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2018, la commune comptait 772 habitants[Note 4], en diminution de 1,91 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1102 2882 1812 3162 3512 3582 4742 3132 547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3952 3792 4732 5492 5602 6402 6112 4822 508
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3642 1872 0931 8301 7451 6621 6491 4431 389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 2891 1841 1051 103940863796787778
2013 2018 - - - - - - -
787772-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 1980, un festival de théâtre est organisé par l'association Les Laquais de Tauves. Les représentations ont lieu en plein air sur la place de l'Église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Forme relevée sur place en 1925, confirmée en 2010.
  2. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 1 073 mètres sur la carte et 1 072 pour la boîte « Communes ».
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. (en) H. J. A. Sire, « The Tongue of Auvergne (chapter IX) », dans The Knights of Malta, Yale University Press, (1re éd. 1994), 305 p. (ISBN 978-0-3000-6885-6, lire en ligne), p. 126-130
    En 1293, les comptes du bailli d'Auvergne permettent de distinguer les commanderies de l'ordre du Temple et celle de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem: on trouve à cette date la Domus Hospitalis de Ponte Veteri parmi celles appartenant aux Hospitaliers.
    .
  9. a b et c « Commune de Tauves (63426) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. « CC Dômes Sancy Artense (No SIREN : 200069169) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  11. « CC Sancy Artense Communauté (No SIREN : 246300677) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  12. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  13. Article L. 252 du Code électoral.
  14. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  15. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  16. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  17. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], sur mairesruraux63.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ), p. 9.
  18. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 36 (édition du Puy-de-Dôme).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Menhir dit Pierre des Quatre Curés », notice no PA00092424, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 21 décembre 2013.
  24. « Église Notre-Dame », notice no PA00092423, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 21 décembre 2013.
  25. « Église paroissiale Notre-Dame-de-la-Nativité », notice no IA63000078, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 21 décembre 2013.
  26. « Chapelle Sainte-Madeleine », notice no IA63000074, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 21 décembre 2013.