Bernard Vernier-Palliez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard Vernier-Palliez, né le et mort le , est un haut fonctionnaire, chef d'entreprise et diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé d'HEC et de Sciences-Po, il participe à la Résistance.

Il entre à la Régie Renault au lendemain de la Seconde Guerre mondiale[1]. Il est nommé président de Renault en 1975[2].

Sa présidence connaît des réussites comme la Renault 5 Alpine, le duo Renault 20 et 30 en 1975, la gamme des Renault 18 en 1978, sous le slogan Une exigence internationale, la sortie des utilitaires Trafic et Master, sans oublier les succès sportifs comme la victoire aux 24 Heures du Mans en 1978, puis celle de Jean-Pierre Jabouille en Formule 1 sur une monoplace à moteur turbo de 1 500 cm3. Le groupe Renault continue ses partenariats notamment avec Volvo et se retrouve premier en Europe au niveau des ventes en 1979/1980.

Plusieurs modèles n'auront pas eu le succès escompté dont la Renault 14 (à cause en l'occurrence de la campagne de publicité étonnante qui la compare à une poire en raison de sa forme caractéristique), la Fuego, sortie en 1980, s'éclipse cinq ans plus tard. Les modèles de loisirs Rodéo 4 et 6 rencontrent des difficultés à s'imposer sur leurs segments tandis que des grèves à répétition commencent à influer négativement sur la qualité d'assemblage des voitures et ce point est notamment accentué avec les soucis de corrosion précoce de certaines voitures, problème commun aussi à d'autres marques européennes qui ne sera corrigé qu'en 1980 avec l'emploi d'aciers pré-protégés et trempés dans la cataphorèse. Les R20 et 30 comme les Trafic et Master sont les premiers à recevoir ces traitements suivis de près par la R9 lancée en fin de mandat de Bernard Vernier-Palliez. A son initiative, la Régie prend une participation dans American Motors Corporation (AMC), le quatrième constructeur de voitures particulières aux Etats-Unis et surtout entre dans le capital de Mack Trucks, un des principaux constructeurs de poids lourds.

Il quitte Renault fin 1981 et occupe les fonctions d'ambassadeur de France aux États-Unis de 1982 à 1984.

Il est enfin président du Mondial de l'automobile de 1988 à 1998[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bernard Vernier-Palliez », sur Les Échos,
  2. a et b Loïc Ferrière, « Vernier-Palliez, PDG de Renault de 75 à 81 », sur Planète Renault,