Gérard Araud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard Araud, né le à Marseille[1], est un diplomate français, élevé à la dignité d'ambassadeur de France.

De 2014 à , il est ambassadeur de France aux États-Unis, après avoir été représentant permanent de la France auprès des Nations unies à New York. Il avait été auparavant directeur général des affaires politiques et de sécurité au ministère des Affaires étrangères.

Le , il quitte ses fonctions, faisant valoir ses droits à pension.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

« Issu de la petite bourgeoisie marseillaise », il est élève en classes préparatoires scientifiques au lycée Thiers[2], puis intègre l'École polytechnique (X1973) et choisit comme école d'application l'École nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE).

Voulant « échapper à un destin de chercheur ou d'ingénieur »[2], il étudie à l'Institut d'études politiques de Paris, section Service public, dont il sort diplômé en 1978[3]. Il intègre ensuite l'École nationale d'administration (promotion Henri-François-d'Aguesseau, 1982).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il entre dans le corps diplomatique en 1982. Secrétaire d'ambassade à Tel Aviv (1982-1984), il est ensuite affecté, à Paris, au Centre d'analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères, où il traite des questions du Moyen-Orient. Conseiller à l'Ambassade de France à Washington de 1987 à 1991, il y est également chargé du Moyen-Orient. Sous-directeur des affaires communautaires au ministère des Affaires étrangères entre 1991 et 1993, il devient conseiller diplomatique de François Léotard, ministre d'État, ministre de la Défense, en 1993.

Il rejoint à Bruxelles la délégation de la France auprès du Conseil de l'Atlantique nord en 1995 comme représentant permanent adjoint et devient en 2000 directeur des Affaires stratégiques, de sécurité et du désarmement du ministère des Affaires étrangères. Il est ambassadeur de France en Israël de 2003 à 2006. A ce poste, il se forge la conviction, selon Le Figaro, que la France doit réintégrer le commandement de l'Otan, en rupture avec la doctrine gaulliste[4].

En , Gérard Araud est nommé directeur général des affaires politiques et de sécurité, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères. Dans ces fonctions, il est notamment le négociateur pour la France sur le dossier nucléaire iranien. Le , il est nommé, par décret en Conseil des ministres[5], représentant permanent de la France au Conseil de sécurité et chef de la mission permanente de la France auprès des Nations unies à New York. Il remet ses lettres de créance à Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations unies, le [6].

Sa mission auprès de l'Organisation des Nations unies est marquée par la négociation et le vote de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité marquantes, en particulier sur l'Iran (résolution 1929), la Libye (résolutions 1970 et 1973 ouvrant la voie aux bombardements en Libye)[7]. Cette dernière résolution permettra l'intervention militaire de 2011 en Libye et aura pour conséquence la destruction de l'État libyen dont le pouvoir local est assuré de facto par des tribus régionales[8], les succès de l'islamisme dans la région et la déstabilisation de l'ensemble de la zone sahélo-saharienne[9] entraînant notamment le coup d'État militaire de 2012 au Mali[10].

Il est alors décrit selon Le Figaro comme « le tenant au Quai d'Orsay d'un « néo-conservatisme » à la française, inspiré par les positions de ce courant politique américain influent au début du mandat de George W. Bush. »[4]. De même pour Slate pour qui Gérard Araud est « l'un des diplomates les plus va-t-en-guerre de Paris »[11]. En 2011, il explique ainsi que le régime syrien n'a plus d'avenir soutenant que Bachar al-Assad « doit partir... parce qu'il ne peut plus être partie d'une solution »[12].

Il joue également un rôle marquant dans les résolutions concernant la Syrie (résolution 2118), la Côte d'Ivoire (résolution 1975), le Mali (résolutions 2056 et 2071) et la République centrafricaine (résolution 2127) notamment. Il assure au nom de la France la présidence mensuelle du Conseil de sécurité en , , et .

Le , il est nommé par décret du président de la République[13], ambassadeur auprès des États-Unis d'Amérique.

En , il commente l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis par deux tweets : « Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige » et « C’est la fin d’une époque, celle du néolibéralisme. Reste à savoir ce qui lui succédera »[14]. Ces mots choquent aux États-Unis comme en France et il est alors la cible de nombreuses critiques lui reprochant de manquer au devoir de réserve auquel il est soumis[15]. La chaîne Fox News reprend aussitôt le tweet pour le dénoncer[16]. Pour The Daily Mirror, les remarques de l'ambassadeur sont « d'autant plus étonnantes » que celui-ci devra travailler avec Trump et son équipe si le candidat républicain devient président[17]. Gérard Araud s'explique dans L'Opinion[18] et Politico[19]. La présidente du Front national Marine Le Pen ayant exigé son rappel, le ministre Jean-Yves Le Drian ne veut pas céder à cette pression et le maintient finalement à son poste.[20].

En mars 2017, il prend position contre Marine Le Pen, à la suite de Thierry Dana, ambassadeur à Tokyo[21]. Il devient le conseiller diplomatique d'Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle de 2017 et, à ce titre, l'un des trente proches les plus influents du candidat selon Les décodeurs du Monde[22].

Après son départ à la retraite en avril 2019, il devient conseiller de l’entreprise israélienne de sécurité informatique NSO Group[23].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Barack Obama signant devant Gérard Araud le registre de condoléances à l'ambassade de France aux États-Unis suite aux attentats de janvier 2015 en France.

Il est en couple avec le photographe Pascal Blondeau depuis 1995[24]. D'après Vogue, il est l'un des rares ambassadeurs ouvertement gays que les États-Unis aient accueillis et le premier ambassadeur français aux États-Unis qui le soit[25].

Publications[modifier | modifier le code]

Passeport diplomatique. Quarante ans au Quai d'Orsay, Paris, Éditions Grasset, 2019, 384 p.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. biographie de Gérard Araud sur le site de l'ambassade de France aux États-Unis.
  2. a et b Pierre Laszlo, « La force du vrai en diplomatie », La Jaune et la Rouge, no 726,‎ (lire en ligne).
  3. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/gerard.araud78_1.
  4. a et b Caroline Bruneau et Alain Barluet, Syrie : le coup de sang de l'ambassadeur de France, lefigaro.fr, 13 décembre 2011
  5. Décret du 15 juillet 2009 portant nomination d'un représentant permanent de la France au Conseil de sécurité et chef de la mission permanente française près les Nations unies à New York - M. Araud (Gérard), JORF no 162 du 16 juillet 2009, texte no 59, NOR MAEA0910512D.
  6. « Le nouveau représentant permanent de la France auprès des Nations unies présente ses lettres de créance », Communiqué du Département de l'information de l'Organisation des Nations unies, 10 septembre 2009.
  7. Gérard Araud, l'homme de la guerre en Libye, lejdd.fr, 5 juin 2011
  8. L’éclatement de la Libye : un scénario annoncé, Bernard Lugan, Afrique réelle, 7 mars 2012
  9. Mali : quel rôle pour la France?, Arnaud Focraud, Le JDD.fr, 4 avril 2012.
  10. Chaos malien Le bilan désastreux de la géopolitique française, Rosa Moussaoui et Hassane Zerrouky, L'Humanité.fr, 11 avril 2012.
  11. Colum Lynch, Gérard Araud, le nouvel ambassadeur de France aux Etats-Unis, verra-t-il son légendaire franc-parler dompté par Washington?, slate.fr, 17 septembre 2014
  12. « Bachar al-Assad doit partir ! », leparisien.fr, 17 décembre 2011
  13. « Décret du 23 juillet 2014 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès des États-Unis d'Amérique - M. ARAUD (Gérard) », sur legifrance.gouv.fr
  14. Victoire de Trump: Tollé après deux tweets de l'ambassadeur français aux Etats-Unis, www.20minutes.fr, 9 novembre 2016
  15. Election américaine : le tweet exagéré d’un ambassadeur de France aux Etats-Unis dégoûté, lemonde.fr, 9 novembre 2016
  16. Désemparé par le résultat de l'élection américaine, Gérard Araud, l'ambassadeur français aux Etats-Unis se fait incendier sur Twitter, huffingtonpost.fr, 9 novembre 2016
  17. (en) French ambassador to the US says the "world is collapsing" as Donald Trump looks set to become President, mirror.co.uk, 9 novembre 2016
  18. « Gérard Araud : «J’ai eu tort mais je ne me suis pas trompé» », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2017)
  19. « ‘Europeans Can’t Think of Building a Future Without the Americans’ », POLITICO Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2017)
  20. Le Quai d'Orsay comme si vous y étiezSlate, Damien Augias et Nonfiction, 11 avril 2020
  21. Un ambassadeur de France refusera de "servir" Le Pen si elle est élue Le Point, le 08/03/2017
  22. Agathe Dahyot, Cédric Pietralunga, Jérémie Baruch et Maxime Vaudano, « Qui sont les trente proches d’Emmanuel Macron qui comptent au sein d’En marche ! ? », sur lemonde.fr, (consulté le 2 mai 2017).
  23. « L’ancien diplomate Gérard Araud travaille désormais pour l’Israélien NSO Group », sur The Times of Israel,
  24. http://www.lavierose.fr/2014/11/13/gerard-araud-ambassadeur-france-washington-gay-vogue/
  25. (en) Stephanie Green, « Don't Call Him the Gay Ambassador: Gérard Araud, France's Head Envoy to the U.S., Wants to Bring Diplomacy into the 21st Century », sur Vogue.com, (consulté le 12 juillet 2017)
  26. Décret du 31 décembre 2013 portant promotion et nomination
  27. Décret du 5 janvier 2012 élevant à la dignité d'ambassadeur de France un ministre plénipotentiaire - M. Araud (Gérard), JORF du 6 janvier 2012, texte no 48, NOR MAEA1135033D

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaspard Dhellemmes, « L'homme qui a dit no », Vanity Fair n°73, , p. 82-87.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]