Henri Hoppenot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Hoppenot, né à Paris le 25 octobre 1891 et mort dans la même ville le 10 août 1977, est un diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

  • 1914 : Entrée, en août, au Bureau de la presse du ministère des Affaires Étrangères. Alexis Léger (Saint-John Perse en littérature ), reçu au concours, est déjà dans la place. Ils entretiendront une amitié de plus de soixante ans, dont la trace reste illustrée par une abondante correspondance[1]. Quand ils entrent au ministère, s'y trouvent déjà les diplomates écrivains, Jean Giraudoux, Paul Morand et Paul Claudel.
  • 1917 : Attaché à l'ambassade de France à Berne. Epouse Hélène Delacour[2].
  • 1933: Ambassadeur à Pékin.
  • 1938 : Sous-directeur de la division Europe au ministère des Affaires étrangères.
  • 1940 : Ministre plénipotentiaire à Montevideo nommé par le Gouvernement de Vichy.

Après s'être heurté très durement à Albert Ledoux, représentant personnel du général de Gaulle et de la France libre pour toute l'Amérique du Sud, il finit par se rallier à ce dernier[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Saint-John Perse, Correspondance avec Henri Hoppenot (1915-1975)", Gallimard, coll. "Les cahiers de la NRF", 2009, 247 p., (ISBN 978-2-07-012640-8)
  2. Sous le nom d'Hélène Hoppenot, elle est l'auteur d'un journal où l'on peut suivre la vie diplomatique et littéraire de l'époque : Journal 1918-1933, Rio de Janeiro, Téhéran, Santiago du Chili, Rio de Janeiro, Berlin, Beyrouth-Damas, Berne, édition établie, annotée et présentée par Marie France Mousli, Editions Claire Paulhan, 2012.
  3. Colette Barbier, Henri Hoppenot, diplomate, Archives du ministère des Affaires étrangères, collection Diplomatie et Histoire (chapitre IV, L'exil, pages 194 à 259).

Lien externe[modifier | modifier le code]