Henri Bonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le département français de la Dordogne image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant le département français de la Dordogne et un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnet.

Basile Louis Joseph Henri Bonnet, né le à Châteauponsac (Haute-Vienne) et mort le au Plessis-Robinson[1], est un homme politique et diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Universitaire, agrégé d'histoire (ancien élève de l'École normale supérieure), sa participation à la politique extérieure de la France le rapproche de son collègue Maurice Baumont. Il fut en effet recruté en 1920 par le Secrétariat de la Société des Nations (SDN) où il exerça des fonctions à la section d'information, de 1920 à 1930. Il y créa, ou participa à la création, d'un système de renseignement au bénéfice du Quai d'Orsay ; les notes produites sont conservées aux archives du ministère des affaires étrangères, essentiellement dans le fonds du Service français de la SDN. En 1931, il devient à Paris directeur de l'Institut international de coopération intellectuelle (IICI), ancêtre de l'UNESCO. Il quitte la France pour les États-Unis à l'invasion et devient professeur à l'École libre des Hautes Études de New York, aux côtés de Claude Lévi-Strauss et Jacques Maritain, à sa création en 1941.

Commissaire à l'Information dans le Comité français de la Libération nationale (CFLN) puis dans le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), du 3 juin au , il fut nommé, après la reconnaissance officielle du GPRF par les États-Unis, représentant de la France à Washington. Il a représenté la France avec Georges Bidault lors de la Conférence de San Francisco en 1945. Il resta ambassadeur de France aux États-Unis jusqu'au . Il fut également président de l'Union française pour le sauvetage de l'enfance de 1958 à 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]