Baroville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Baroville
Baroville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Bar-sur-Aube
Canton Bar-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Bar-sur-Aube
Maire
Mandat
Marie-Noëlle Rigollot
2014-2020
Code postal 10200
Code commune 10032
Démographie
Gentilé Barovillois - Barovilloises
Population
municipale
313 hab. (2016 en diminution de 6,85 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 35″ nord, 4° 43′ 19″ est
Altitude Min. 200 m
Max. 260 m
Superficie 17,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Baroville

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Baroville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baroville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baroville

Baroville est une commune française située dans le département de l'Aube, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné en 1095 sous le nom de Basnoville ou Barosvilla.

Nom de domaine mérovingien ou carolingien comme tous les noms en -ville, issu du bas latin villa (ferme, domaine), précédé d'un nom de personne germanique comme c'est le plus souvent le cas. Il s'agit de Baro selon Albert Dauzat et Ernest Nègre.

Dans ce cas, homonymie avec les Barville de Normandie. Le même nom de personne se retrouve dans Baromesnil, commune de Haute-Normandie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 1er février 1628, un incendie détruisait la moitié du village.

En 1789, Baroville dépendait de l'intendance et de la Généralité de Châlons, de l'élection de Bar-sur-Aube, de bailliage de Chaumont et de la chatellerie de Jaucourt. Pendant la période intermédiaire, la commune a fait partie du canton de Couvignon jusqu'à l'an IX, du diocèse de Langres et du doyenné de Bar-sur-Aube.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Marie-Noëlle Rigollot[1] DVD Fonctionnaire
Conseillère générale puis départementale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 313 habitants[Note 1], en diminution de 6,85 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
439492474566684650670640692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664671670675663650617560568
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
497476415382370334309316325
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
358367333350333329345347329
2016 - - - - - - - -
313--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La viticulture est la principale activité du village. Baroville fait partie des 320 communes pouvant prétendre à l'appellation d'origine contrôlée « Champagne ». Avec ses 217 hectares (Source : CIVC 2006), Baroville possède le plus grand vignoble de la région de Bar-sur-Aube et compte plus de cinquante exploitations viticoles. Les vignes sont plantées sur une série de six vallons et comportent les cépages champenois traditionnels (90 % de pinot noir, 2 % de pinot meunier et 8 % de chardonnay).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église sous le vocable de saint Étienne, date du XVIIIe siècle mais, en la reconstruisant, on a conservé l'abside de l'ancienne église de la fin du XIIe siècle. Elle est classée au répertoire des monuments historiques pour ses statues et son crucifix en bronze argenté du XVIIIe siècle provenant de l'abbaye de Clairvaux. L'évêque Edme Mongin fit poser une dalle de pierre noire à la mémoire de ses parents et était du village.
  • L'emplacement d'une maison forte dans le val de Morvaux, résidence d'été des abbés de Clairvaux au XVIIIe siècle qui fut détruite à la Révolution.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Baroville

Les armes de Baroville se blasonnent ainsi :

de sable à la bande échiquetée d'argent et de gueules de deux tires, au chef cousu de sinople à la crosse d'or brochant sur le chef et sur laquelle broche la bande, accostée en chef de deux grappes de raisin du même tigées et feuillées d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Olivier LAROZA, « Edme Mongin, évêque de Bazas et membre de l'Académie française (1668-1746) », Actes de l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, vol. XIII (année 1988), no 5e série,‎ , p. 29-55.