Bergères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bergère.

Bergères
Bergères
L’église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Bar-sur-Aube
Canton Bar-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Bar-sur-Aube
Maire
Mandat
Florence Petit
2014-2020
Code postal 10200
Code commune 10039
Démographie
Gentilé Bahuts - Bahutes
Population
municipale
124 hab. (2016 en augmentation de 0,81 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 11″ nord, 4° 40′ 03″ est
Superficie 5,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bergères

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Bergères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bergères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bergères

Bergères est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bergères est un petit village d'une centaine d'habitants dans l'Aube, à proximité de Bar-sur-Aube.

Située sur la route touristique du champagne, on peut y voir un pressoir à étiquet du XVIIe siècle. On peut également visiter son église, sous le vocable de Saint-Martin, classée au répertoire des monuments historiques pour ses statues du XVIe siècle (saint Sébastien, sainte Barbe, la Vierge mère) et son lavoir.

Un circuit pédestre permet de se promener tout en admirant le site.

Une demi-douzaine de propriétaires-récoltants (familles Prieur, Rigollot, Bour et Thierry) exploitent les vignes qui produisent le champagne, regroupés pour certains au sein de la coopérative du Landion, située sur la commune voisine de Meurville.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1789, la commune dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons-sur-Marne, de l'élection de Bar et de du bailliage de Chaumont. Pour la cure, elle dépendait du diocèse de Langres, du doyenné de Bar et à la présentation de l'évêque. La seigneurie était au prieuré de Sainte-Germaine de Bar-sur-Aube[1]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issu du romain Berbex pour brebis[2]. Le nom apparait en 1179 dans un cartulaire de Clairvaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean Rigollot    
mars 2008 En cours Florence Petit[3] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2016, la commune comptait 124 habitants[Note 1], en augmentation de 0,81 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266292301289276294290297322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
331342318294310297320300290
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
254204185164144137130109137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
125123112140121114113125123
2016 - - - - - - - -
124--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église date de 1820 en remplacement de celle du XIIe siècle qui était partiellement en ruine, elle avait été remaniée au XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Documents, III, 237.
  2. Longnon, Noms de lieu.
  3. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]