Kleber Mendonça Filho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kleber Mendonça Filho
Description de cette image, également commentée ci-après
Kleber Mendonça Filho en 2016.
Naissance
Recife, Brésil
Nationalité Drapeau du Brésil Brésilienne
Profession Réalisateur, ingénieur du son
Films notables

Les Bruits de Recife

Aquarius

Kleber Mendonça Filho est un réalisateur, critique de cinéma, scénariste et ingénieur du son brésilien, né en à Recife. Formé au journalisme, il devient critique de cinéma et programmateur, avant de réaliser ses propres films. Son œuvre empruntent au genre documentaire et intègre des éléments qui relèvent du fantastique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kleber Mendonça Filho vit au Royaume-Uni de 1982 à 1987, où sa famille a déménagé après que sa mère a obtenu un PhD d'une université anglaise. Mais il est d'abord né et a vécu toute son enfance à Recife, dans le nord-est du Brésil, où il retourne par la suite. Il y fait des études de journalisme à l'université, et commence à écrire en tant que journaliste et critique de cinéma pour le Jornal do Comércio de Recife et la Folha de S.Paulo. En parallèle, dans les années 1990, Mendonça réalise des documentaires en vidéo et des courts métrages expérimentaux[1]. Son travail s'appuie sur de multiples supports (vidéo, numérique, 35mm, photographie), d'abord pour des questions de coûts mais ensuite davantage par choix personnel. Parmi ses premiers films on peut citer A Menina do Algodão (La Petite Fille au coton, 2003), Vinil Verde (Vinyle vert, 2004), Eletrodoméstica (2005), Noite de Sexta Manhã de Sábado (Vendredi soir et samedi matin, 2006) et Recife Frio (Tropiques froids, 2009). Ses courts métrages remportent plus d’une centaine de prix au Brésil et à l’étranger, et sont notamment sélectionnés à Karlovy Vary, au BAFICI , à Rotterdam (rétrospective en 2007), à Clermont-Ferrand et à Cannes (Quinzaine des réalisateurs 2005). Ses films sont produits par Cinemascópio, sa propre société de production.

En 2011 il cesse d'écrire des critiques pour se consacrer à son propre projet de long métrage, et parce qu'en tant que réalisateur il ne se sent plus vraiment le droit d'écrire sur le travail des autres, amis ou collègues[2]. Il continue néanmoins une activité de programmateur dans un cinéma de Recife, où il travaille depuis 1999.

Il sort ainsi son premier long métrage en 2012, Les Bruits de Recife, et reçoit un accueil très positif de la critique internationale - notamment d'Anthony Oliver Scott du New York Times, qui le classe dans les meilleurs films de l'année 2012[3]. Son film suivant, Aquarius, est sélectionné dans la compétition du festival de Cannes en 2016.

Mendonça cherche avec ses films à produire des images de sa ville natale, qu'il affectionne particulièrement, et à les faire voyager hors des frontières du Brésil. Il s'agit pour lui de contrecarrer la domination par les images des grands centres de production comme Hollywood, ou, à l'échelle de son pays, par Rio et São Paulo[4]. En tant que réalisateur de courts métrages, il s'est longtemps senti tenu à l'écart de la scène brésilienne, et regrette le peu de crédit accordé à ce format - considérant personnellement ses courts comme aussi importants que ses longs métrages.

En 2017 il préside le jury de la 56e Semaine de la critique lors du Festival de Cannes 2017[5].

Il remporte le prix du Jury pour Bacurau au Festival de Cannes 2019[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Enjaulado
  • 2002 : A Menina do Algodão
  • 2004 : Vinil Verde
  • 2005 : Eletrodoméstica
  • 2006 : Noite de Sexta, Manhã de Sábado
  • 2009 : Recife Frio

Documentaires[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive[7],[8] :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Kleber Mendonça Filho », sur Site de la Quinzaine des réalisateurs (consulté le 21 février 2014)
  2. (en) Paul Sbrizzi, « A Conversation with Kleber Mendonça Filho », sur Hammer to Nail, (consulté le 20 février 2014)
  3. (en) A. O. Scott, « The Leisure Class Bears Its Burden », sur New York Times, (consulté le 21 février 2014)
  4. (en) Dennis Lim, « First Look: Kleber Mendonça Filho », sur Bomblog (consulté le 20 février 2014)
  5. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18661346.html
  6. Thomas Sotinel, « Festival de Cannes 2019 : la Palme d’or revient à « Parasite », le Grand Prix à « Atlantique » », sur Le Monde, (consulté le 26 mai 2019).
  7. Source : « Les Bruits de Recife (O Som ao Redor) », sur Survivance.net (consulté le 21 février 2014)
  8. Voir la page dédiée sur IMDB.