Bonnette (voile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnette.
Schéma de fixation d'une bonnette
Le USS Monongahela, toutes voiles dehors, en 1862. Les bonnettes sont bien visibles de part et d'autre des voiles d'artimon
Bonnettes du Régina Maris
Corvette de Classe calypso avec bonnettes
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Les bonnettes ("Studding sait" en anglais), sont des voiles légères que l'on suspend à des vergues mobiles (boute-hors), fixées temporairement aux extrémités des vergues habituelles des voiliers à gréement carré pour augmenter la puissance de traction au portant (vent arrière ou grand largue).

Description[modifier | modifier le code]

De la forme d'un carré long, légèrement trapézoïdal, elles ont à peu près la surface de la moitié de la voile à côté desquelles elles sont gréées. Voile de vent léger, elles ne sont généralement installées que sur les basses vergues et les huniers et permettent de gagner un petit peu en vitesse sur des longues traversées. Les bonnettes maillées sont fixées aux basses voiles par des mailles (œillets proches de la ralingue) et amarrées par les écoutes aux points des bonnettes. Des secondes bonnettes maillées peuvent être lacées aux bonnettes maillées. Les bonnettes maillées des huniers sont des ajoutées aux extrémités des vergues sur les boute-hors.

Schéma d'installation de bonnettes

Type de navire utilisant des bonnettes[modifier | modifier le code]

Les navires utilisant les bonnettes sont principalement de très grand voiliers.

Au XVIIIe siècle par exemple, la plupart des vaisseaux de lignes étaient d'énormes forteresses flottantes qui malgré une voilure conséquente, étaient lents. Les bonnettes venaient augmenter un peu leur vitesse par vent arrière.

Au XIXe siècle, les clippers utilisaient beaucoup les bonnettes lors des "courses du thé", où une vitesse élevée était importante pendant tout le voyage.

Danger pour les gabiers[modifier | modifier le code]

Elles étaient redoutées des gabiers à cause des risques de chute lors de leur montage. Les bonnettes se situent nettement à l'extérieur du navire, obligeant les gabier à travailler en bout de vergue au dessus de l'eau. Dans le temps, les gabiers n'avaient aucune protection. Toute chute était synonyme de mort par noyade, compte tenu qu'un virement de bord ou un arrêt était impossible avant des heures.

Variantes et autres usages[modifier | modifier le code]

Il existe également des ajouts sous les bômes, de voiles triangulaires appelées "watersail". Il s'agit d'adaptations peu répandues permettant une augmentation très limitée (psychologique surtout) de prise au vent toujours par vent arrière. Une manœuvre de fortune pour calfater une voie d'eau consiste à plaquer une bonnette à l'extérieur de la coque ; la bonnette est alors aspirée par la voie et la bouche.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parïs et De Bonnefoux, Dictionaire de marine à voiles, Editions du Layeur, 1999 (réédition d'un ouvrage du 19eme siècle), 720 p.
  • Georges DEVILLERS, Manuel de matelotage et de voilerie à l'usage des marins professionnels et des plaisanciers, Editions Maritimes et d'Outres-Mer (Paris), , 445 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]