Barre (bateau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barre du Sedov

La barre d'un navire (ou barre de gouvernail) est utilisée pour orienter un navire à moteur ou à voile dans la direction voulue[1].

Ensemble, avec le mécanisme de pilotage, ils forment la gouverne. La barre est soit connectée à un système: mécanique, servo-électrique ou hydraulique soit directement relié au gouvernail. Dans certains navires modernes, elle est remplacée par une bascule simple qui contrôle à distance un lecteur électro-mécanique ou électro-hydraulique pour le gouvernail.

L'opérateur à la manœuvre de la barre est appelé "homme de barre", barreur, timonier, ou pilote suivant les cas.

La barre traditionnelle[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La barre d'un navire à voile est composée de rayons en bois cylindriques (généralement six à dix), en forme de balustres et tout se joint au moyeu central en bois (parfois recouvert d'une plaque de laiton) qui abrite l'essieu. Le trou carré au centre du moyeu à travers lequel passe l'essieu est appelé "carré d'entraînement". Il était souvent doublé d'une plaque de cuivre gravée avec le nom du fabricant de la roue. Un indicateur de position du gouvernail à proximité de la barre fourni un retour d'informations à l'homme de barre.

Le bord extérieur est composé de quatre sections constituées chacune d'une piles de trois jantes. Chaque groupe de trois jantes constitue un quart de la distance à l'extérieur de la jante, l'ensemble de la roue extérieure en bois était appelé le quadrant.

Chaque rayon transperce la roue externe créant une série de poignées. A chacune de ces poignées / rayons ont souvent été données des rainures supplémentaires sur la pointe. Elles pouvaient être ressenties par l'homme de barre dans l'obscurité et utilisées pour déterminer la position exacte du gouvernail. Quand la rainure principale pointait directement vers le haut, le gouvernail était complètement droit. Les essences de bois les plus utilisés dans la construction de ce type de barre étaient le teck ou encore l'acajou.

Barre à roues multiples (frégate musée le ARA Presidente Sarmiento)

La barre était souvent dedoublée sur les très grands navires à voile pour en faciliter la maneuvre.

Fonctionnement d'une barre à roue[modifier | modifier le code]

L'appareil à gouverner des anciens navires était parfois composé d'une double roue activé par la barre. Chaque roue était reliée à l'autre par une broche en bois qui traversait un tonneau ou tambour. La broche était tenue par deux socles qui reposaient sur une plate-forme en bois, ou souvent pas plus qu'une grille.

Une corde de barre ou chaîne (parfois appelé une corde de direction ou de la chaîne) courait autour du canon dans cinq ou six boucles. Elle passait ensuite à travers deux fentes de corde de barre en haut de la plate-forme. Cela, avant de brancher deux gerbes juste sous le pont (une de chaque côté de la roue du navire) et de là dans une paire de poulies avant de revenir ensemble à la barre.

Le mouvement des roues (étant connectées et déplacées simultanément) provoquait l'entraînement de la corde de barre dans l'une des deux directions et déplaçait ainsi la barre à gauche ou à droite.

Détail du fonctionnement du barre à roue (en anglais)

Commandes[modifier | modifier le code]

Les commandes sont variables entre un timon ou une barre à roue.

  • Le timon est le système plus ancien avec le mécanisme le plus simple. Il présente une commande opposée : le mouvement de la commande de l'opérateur vers bâbord (gauche) entraîne un mouvement du navire à tribord (droite). Le mouvement de l'axe du timon antihoraire entraîne un mouvement du bateau dans le sens horaire et inversement.
  • Dans une barre à roue, la commande est concordante : le mouvement de la barre vers tribord (droite) entraîne un mouvement du navire à tribord (droite). Un mouvement de la barre dans le sens horaire entraîne un mouvement du bateau dans le sens horaire et inversement.
F1 : Les commandes sont opposées sur un timon. F.2 : Les commandes sont concordantes avec une barre à roue.

Différent type de barres[modifier | modifier le code]

Sur un bateau, la barre peut avoir plusieurs aspects :

  • la barre franche, qui consiste en une tige de bois ou de métal (timon) directement reliée à la mèche du safran,
  • la barre à roue, consistant en un volant actionnant le safran par l'intermédiaire de poulies et de drosses,
  • la barre à tire-veille, permettant de manœuvrer quand un mât est placé devant le tableau,
  • la barre des navires modernes, le gouvernail peut être remplacé par un système de positionnement dynamique à commande électrique ; sa commande se fait au moyen d'un joystick ou d'un volant.
Barre timon Barre à Tire-Veille Barre à roue tradtionelle Barre à roue moderne Barre moderne (Joystick) Barre moderne (volant)
Barre franche.
Barre à tire-veille sur une yole de Bantry
Barre de l'USS Constitution
Barre à roue moderne en métal (ici le bateau feu Sandettié à Dunkerque)
Commandes électriques d'un navire modene au moyen d'un joystick
Commandes du Golden Hear avec un volant

Symbologie[modifier | modifier le code]

Tout comme l'ancre, la barre à roue est un symbole très utilisé pour évoquer la mer ou les marins. On la retrouve souvent sur les blasons, enseignes ou autres supports picturaux.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la marine à voile, p. 77-78

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Paulet et Dominique Presles, Architecture navale, connaissance et pratique [détail des éditions]
  • Mondfeld, Wolfram (2005) [1977]. Historic Ship Models. New York: Sterling Publishing Company. ISBN 1-4027-2186-2. OCLC 60525064. Retrieved 3 September 2013.
  • Parïs et De Bonnefoux, Dictionnaire de marine à voiles, Editions du Layeur, 1999 (réédition d'un ouvrage du 19eme siècle), 720 p.
  • Georges DEVILLERS, Manuel de matelotage et de voilerie à l'usage des marins professionnels et des plaisanciers, Editions Maritimes et d'Outres-Mer (Paris), , 445 p.
  • CHEVALIER François, Toutes les manœuvres de votre voilier : en 300 illustrations, Voiles et voiliers (Paris), coll. « Comprendre », , 89 p. (ISBN 9782951766273)
  • Collectif, Guide des termes de marine : Petit dictionnaire thématique de marine, Le Chasse Marée - Armen, , 136 p. (ISBN 290370872X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]