Appel à la nature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une version marketing de l'appel à la nature : Quatre marques de charcuterie utilisent le mot « natural » dans un supermarché de New Market (Maryland).

L'invocation à la nature (en latin argumentum ad naturam) est un procédé rhétorique qui suppose qu'une chose est bonne car naturelle, ou mauvaise car non naturelle. Sans définir ce qu'on définit par nature ou sans analyser le contenu de l'argumentation, ce procédé peut relever du sophisme génétique[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette expression est une mention élogieuse et même une obligation morale utilisée depuis l'Antiquité. Elle apparaît chez les Stoïciens et les Épicuriens, est utilisée dans la loi romaine, le droit canonique adopté par les autorités catholiques et le droit international public des temps modernes[2].

Le philosophe John Stuart Mill observe dans son essai Sur la Nature (1875) que ce qui est naturel n'a pas de lien avec ce qui est bon ou mauvais pour l'être humain. Son avis est partagé par des philosophes contemporains comme le bioéthicien John Harris (1998), le théologien Ronald Green (en) (2007), les professeurs David DeGrazia (2005) et Allen Buchanan (en) (2009). Des avis opposés sont donnés par le professeur Leon Kass (en), le politologue Francis Fukuyama (2002), les philosophes Jürgen Habermas (2003) et Michael Sandel (2007)[2].

Arguments en faveur de l'appel à la nature[modifier | modifier le code]

Le débat sur l'augmentation de l'être humain a émergé au tournant du XXIe siècle sous la forme d’une opposition tranchée entre les penseurs dits bioprogressistes (principalement le mouvement transhumaniste) et ceux qualifiés de bioconservateurs. Parmi ces derniers les plus connus figurent Francis Fukuyama, Leon Kass ou Michael Sandel qui critiquent l'augmentation humaine, considérant que « l'être humain se définit par une nature, au sens biologique du terme[3] ».

Arguments opposés à l'appel à la nature[modifier | modifier le code]

On entend souvent l'exclamation « La nature est bien faite ! » Les sciences naturelles ont déraciné cette idée reçue[4]. Par exemple, le philosophe Daniel Dennett darwinien rappelle que l'évolution procède par essais et erreurs. « Aussi admirable que soit l'organisation de l'œil humain, un détail malheureux trahit ses origines : la rétine est tournée à l'envers. Les fibres nerveuses qui conduisent les signaux émis par les cônes et les bâtonnets de l'œil — sensibles à la couleur et à la luminosité — se dirigent du mauvais côté et doivent traverser une large couche de la rétine pour atteindre le cerveau, créant la tache aveugle[5]. »

Selon le toxicologue Gérard Pascal, « certains courants de pensée » valident cette « rhétorique de séparation » idéologique en croyant que « le naturel serait sain par essence, le chimique (sous-entendu l'« artificiel », car tout est chimique en réalité) serait suspect ». Pourtant « à l'analyse, de très nombreux composés naturels se sont révélés toxiques »[6]. De nombreux produits naturels (végétaux, fruits, champignons) contiennent des composés toxiques, certains avec des effets cancérigènes (mycotoxines, teneur élevée en nitrosamines, produits néoformés par des cuissons telle que la grillade)[7]. Par exemple, une étude[8] établit que « dans une simple tasse de café, les produits chimiques naturels, connus comme étant cancérigènes chez les rongeurs, représentent en poids l'équivalent d'un an de consommation des pires pesticides de synthèse connus comme étant cancérigènes, alors que seulement 3 % des produits chimiques naturels contenus dans le café torréfié ont été correctement testés en termes de cancérogénèse ». « Ceci ne signifie pas que le café ou les pesticides naturels soient dangereux pour la santé », mais suggère plutôt que les tests sur les effets cancérogènes à forte dose chez les animaux pour examiner les effets à faible dose chez l'homme doivent être réévalués[9].

L'argument exposant que quelque chose est sain car naturel, ou nocif car non-naturel, est alors considéré comme un argument fallacieux lors d'un débat et qui devrait être éviter à tout prix car il n'apporte rien au débat.

Nature de John Stuart Mill[modifier | modifier le code]

En 1875, paraissent trois Essais sur le religion du philosophe anglais John Stuart Mill, dont le premier est intitulé « Nature » : après avoir montré que le terme « nature » avait une définition particulièrement ambiguë, il y brocarde l'appel à la nature qui relève selon lui d'un artifice rhétorique qui permet de justifier voire de sanctifier n'importe quelle position au nom d'une abstraction. Il résume son analyse en ces mots :

« Il n’est pas inutile de résumer en quelques mots les principales conclusions de cet essai.
Le mot nature a deux sens principaux : ou bien il dénote le système total des choses avec l’agrégat de toutes leurs propriétés, ou il dénote les choses comme elles devraient être indépendamment de toute intervention humaine.
Dans le premier sens, la doctrine qui veut que l’homme suive la nature est absurde, puisque l’homme ne peut faire autrement que de suivre la nature, et que toutes ses actions se font par le jeu d’une loi ou de plusieurs lois de la nature, lois d’ordre physique ou mental, et en obéissant à ces lois.
Dans l’autre sens du mot, la doctrine que l’homme doit suivre la nature, ou en d’autres termes doit faire du cours spontané des choses le modèle de ses propres actions volontaires, est également irrationnelle et immorale :
irrationnelle, parce que toute action humaine quelle qu’elle soit consiste à changer le cours de la nature, et toute action utile à l’améliorer ; immorale, parce que le cours des phénomènes naturels est rempli d’événements qui, lorsqu’ils sont l’effet de la volonté de l’homme, sont dignes d’exécration, et que quiconque s’efforcerait dans ses actes d’imiter le cours naturel des choses serait universellement considéré comme le plus méchant des hommes.
Le système de la nature considéré dans son ensemble, ne peut avoir eu pour objet unique ou même principal le bien des hommes, ou même des autres êtres sensibles. Le bien que la nature leur fait est principalement le résultat de leurs propres efforts. Tout ce qui, dans la nature, fournit une indication d’un dessein bienfaisant prouve que la bienfaisance de l’être qui l’a conçu ne dispose que d’une puissance limitée, et que le devoir de l’homme est de coopérer avec les puissances bienfaisantes, non pas en imitant le cours de la nature, mais en faisant des efforts perpétuels pour l’amender, et pour rapprocher de plus en plus d’un type élevé de justice et de bonté, cette partie de la nature sur laquelle nous pouvons étendre notre puissance. »

Exemples d'appels à la nature[modifier | modifier le code]

Médecines alternatives[modifier | modifier le code]

Beaucoup de médecines alternatives comme par exemple l'homéopathie revendiquent l'utilisation de remèdes dits « naturels » pour justifier des bienfaits de leurs "médicaments".

On y retrouve également l'appel à la popularité, l'appel à l'ancienneté (tradition) ainsi que l'appel à l'exotisme, d'autre sophismes très répandus[10].

Agriculture biologique[modifier | modifier le code]

L'agriculture biologique souhaite n'utiliser que des intrants d'origine « naturelle »[11]. Or si l'on juge de leur efficacité, certains intrants non-naturels sont plus efficaces et moins dangereux pour l’environnement ou la santé que des équivalents dits « naturels ». Il en découle des biais où l'on considère comme meilleurs certains produits qui ne le sont pas, sur la seule base de leur « naturalité »[réf. souhaitée].

Permaculture[modifier | modifier le code]

L'approche de la permaculture fait également des appels à la nature mais de manière plus raisonnée que l'agriculture biologique. En effet, son approche est plus proche du biomimétisme, dans un but de préservation durable des écosystèmes. La permaculture va plus loin également au niveau du contrôle des intrants, puisque qu'elle vise une autonomie de l'écosystème créée sans utilisation de produits extérieur, en associant les différentes espèces végétales et animales[12].

Marketing[modifier | modifier le code]

De plus en plus d'entreprises utilisent l'appel à la nature comme un argument marketing, affirmant que leur produit est bon car il est naturel[13].

Homophobie[modifier | modifier le code]

L'un des arguments fallacieux les plus utilisés contre la légalisation du mariage gay ou plus généralement par les homophobes, est que l'homosexualité serait « contre nature ». L'homosexualité se retrouve dans tous les groupes ethniques et s'observe également des comportements homosexuels entre Femelles ou entre mâles dans le reste du règne animal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Making Sense: Philosophy Behind the Headlines, Oxford University Press, , p. 87.
  2. a et b (en) Bonnie Steinbock (en), « The Appel To Nature », dans Gregory E. Kaebnick, The Ideal of Nature: Debates about Biotechnology and the Environment, JHU Press, (lire en ligne), p. 98
  3. Nicolas Le Dévédec & Fany Guis, « L’humain augmenté, un enjeu social », SociologieS,‎ (lire en ligne).
  4. Cécile Breton, La nature est-elle bien faite ? Quand le vivant nous surprend, éditions Le Cavalier Bleu, , 154 p..
  5. Cédric Grimoult, Créationnismes. Mirages et contrevérités, CNRS éditions, , p. 121.
  6. Gérard Pascal, « La dose ne ferait-elle plus le poison ? », Science et pseudo-sciences, no 306,‎ .
  7. (en) James P. Collman, Naturally Dangerous: Surprising Facts About Food, Health and the Environment, University Science Books, , p. 31-35.
  8. (en) LS Gold, TH Slone, BR Stern, NB Manley, BN Ames, « Rodent carcinogens: setting priorities », Science, vol. 258, no 5080,‎ , p. 261-265 (DOI 10.1126/science.1411524).
  9. (en) Bruce N. Ames, Lois Swirsky Gold, « Paracelsus to parascience: the environmental cancer distraction », Mutation Research, vol. 447, no 1,‎ , p. 5-6 (lire en ligne).
  10. « Quand faire appel à l'homéopathie ? », sur Doctissimo (consulté le 27 septembre 2019)
  11. « Définition de Agriculture biologique », sur Actu-Environnement (consulté le 7 novembre 2019)
  12. David Holmgren, « Les Principes de la Permaculture », sur permacultureprinciples.com (consulté le 27 septembre 2019)
  13. « Des appels à la pelle : l'appel à la nature », sur Des outils pour réfléchir, (consulté le 27 septembre 2019)