Pente savonneuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La pente savonneuse, également appelée pente fatale ou pente glissante, est un sophisme qui consiste à prétendre qu'un compromis donné doit être refusé car il amorcerait une réaction en chaîne de conséquences de plus en plus graves, un effet « boule de neige » qui conduirait progressivement mais fatalement à une catastrophe. L'image de la pente savonneuse suggère donc que faire un pas vers les intérêts adverses nous fait franchir un point de non-retour au-delà duquel l'équilibre se rompt, et la situation glisse sans plus aucun contrôle ni modération en faveur du camp adverse.

Cette comparaison peut devenir un sophisme si l'on néglige l'influence d'éventuels phénomènes régulateurs, qui pourraient rétablir l'équilibre à mesure que la thèse adverse gagne du terrain.

Ce terme peut donc parfois désigner un raisonnement fallacieux.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • « Si vous vous autorisez le mariage homosexuel, la tendance se généralisera bientôt à la polygamie. »
  • « Si vous donnez raison aux manifestants, alors la loi n'aura plus sens et la contestation arrivera à chaque nouvelle loi, il n'y aura plus d’État de droit et ce sera le chaos. »

Métaphores associées[modifier | modifier le code]

Le sophisme de la pente fatale trouve un écho dans différentes métaphores et expressions comme celle du « nez du chameau », selon laquelle accorder un petit supplément de liberté à quelqu'un l'incitera à en réclamer plus encore, et le conduira à une transgression dans ce sens. Cette métaphore, habituellement attribuée à la culture arabe, peut se traduire ainsi :

« Gardez vous d'autoriser un chameau à glisser son nez dans votre tente, car bientôt le chameau tout entier y entrera ! »

L'expression voulant que « Si on offre la main, la personne voudra le bras » reprend la même idée.

De façon moins directe, le dicton « Qui vole un œuf, vole un bœuf » peut aussi décrire une pente fatale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]