Michael Sandel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michael Sandel
Michael Sandel Me Judice.png
Michael Sandel en 2012
Naissance
Nationalité
Formation
École/tradition
Influencé par
Distinctions

Michael J. Sandel (né le à Minneapolis) est un philosophe politique américain. Il est professeur à Harvard, au sein du département de science politique. On peut rattacher son œuvre au courant communautarien de la philosophie politique américaine, notamment de par le type de critique de la théorie de la justice de John Rawls qu'il a développé dans Liberalism and the Limits of Justice (1982).

Son cours intitulé « Justice » a été suivi par plus de 15 000 étudiants à Harvard[1] et filmé par une télévision de Boston qui l'a diffusé aux États-Unis en 2009. Il fait l'objet de traductions au Japon et en Chine, y rencontrant un grand succès[1]. Son livre Justice, what's the right thing to do s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires en Asie du Sud-Est[1]. Michael Sandel a été nommé « Personnalité étrangère de l'année » 2011 dans l'édition chinoise de Newsweek[1].

Vues philosophiques[modifier | modifier le code]

Michael Sandel soutient les vues du courant communautarien (même s'il réfute d'y être associé), et il est connu pour sa critique de la théorie de la justice de John Rawls[2]. Pour lui, le contexte du libéralisme ne permet pas de juger la propriété et la communauté à partir d'attributs intrinsèques à l'individu (la liberté, l'égalité et la différence est analysé par l'individu chez Rawls), mais à partir d'attributs extrinsèques.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

en français[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Thomas L. Friedman, "Justice Goes Global", New York Times, 14 juin 2011; https://www.nytimes.com/2011/06/15/opinion/15friedman.html
  2. Voir notamment, P. Ansay, "Michaël Sandel et les fondamentaux de la philosophie communautarienne", Politique, revue de débats, Bruxelles, n°81, septembre-octobre 2013, pp. 76-81.

Liens externes[modifier | modifier le code]