Cœlé-Syrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

La Cœlé-Syrie (en grec : ή κοίλη Συρία), littéralement la « Syrie creuse », désigne dans l'Antiquité la Syrie intérieure, ou plus exactement toute la Syrie à l'exception de la Phénicie[1]. Cette région est disputée par les Diadoques après la mort d'Alexandre le Grand, puis, après le partage qui suit la bataille d'Ipsos en 301 av. J.-C., entre la dynastie des Séleucides et celle des Ptolémées pendant les guerres de Syrie.

Le terme Cœlé-Syrie est une version hellénisée de l'araméen kol Aram, « tout Aram », désignant le territoire des Araméens. La Cœlé-Syrie ne désigne donc pas spécifiquement l'actuelle vallée de la Bekaa au Liban ou une autre zone de vallée, contrairement à ce que l'épithète « creux » pourrait faire penser[2]. Au sens large, ce terme désigne tout le territoire allant jusqu'à à la frontière nord de l’Égypte ptolémaïque, y compris la Phénicie et le Levant-Sud. Au fil du temps le terme de Cœlé-Syrie reçoit cependant des acceptions différentes. Ainsi, sous l’Empire romain à l'époque des Sévères, la province romaine de Syrie, qui prend le nom de Syrie-Cœlé, est centrée autour d'Antioche, au nord ; la région de Tyr, au sud, appartient à la province de Syrie-Phénicie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sartre 2001, p. 154
  2. Sartre 2001, p. 12

Bibliographie[modifier | modifier le code]