Antiochos Hiérax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antiochos et Hierax.
Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ».

Antiochos Hiérax (« Épervier »), né vers 259 et mort en 226, est un prince séleucide.

C’est le fils cadet d'Antiochos II Théos et de Laodicé Ire. Il a treize ans à la mort de son père, en 246. Un an plus tard, probablement sous l’influence de sa mère, il exige de son frère aîné Séleucos II Kallinikos la possession de l’Asie mineure. Occupé sur le front égyptien, celui-ci accepte[1].

En 241, ayant fait la paix avec l’Égypte lagide, Séleucos II tente de recouvrer les territoires abandonnés. En réaction, Antiochos constitue une vaste coalition d’États anatoliens, composée de la Cappadoce, de la Bithynie, de Pergame et d’un certain nombre de Galates. Après avoir subi un échec en Lydie, il décime l’armée de son frère à Ancyre et règne dès lors sur l'Asie Mineure - où il frappe monnaie, d'autant plus que son frère doit se rendre en Iran en réponse à une rebéllion en Parthie[2].

Dès après la bataille d’Ancyre, Antiochos connaît toutefois des difficultés avec ses alliés galates. Afin de les occuper, il tente vers 238 de conquérir Pergame, mais il est vaincu par son roi Attale Ier. Une dizaine d’années plus tard, les deux hommes entrent à nouveau en conflit. Attale Ier le bat cette fois à trois reprises, en Phrygie, en Lydie et en Carie.

Chassé de toutes ses possessions, Antiochos cherche en vain à se substituer à son frère en Syrie et en Mésopotamie, en profitant du fait que celui-ci soit en campagne en Iran. Il est repoussé par les stratèges séleucides et meurt assassiné en Thrace, en 226.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Probablement sous la forme d'une corégence.
  2. Maurice Sartre, L'Anatolie héllénistique, Armand Colin, (ISBN 2-200-26574-3), p.43