Susiane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Susiane est le nom grec de la satrapie perse antique puis séleucide qui avait Suse pour capitale[1].

Localisation géographique[modifier | modifier le code]

Au pied de la barrière montagneuse du Zagros qui la borde au nord et à l'est, la plaine de la Susiane aujourd'hui Khuzistan prolonge en Iran la grande plaine alluviale mésopotamienne. Celle-ci est drainée par le Tigre et l'Euphrate dont le confluent constitue le Chott-el-Arab qui débouche dans le golfe persique.

La partie essentielle de la plaine de la Susiane est la riche cuvette arrosée par le Karkheh et le Karoun. Cette dernière rivière appelée aussi Choaspes ou Eulée avait dit-on une eau délicieuse à boire qui était emportée dans ses vaisseaux d'argent par Cyrus lorsqu'il se rendait à Babylone[2].

Dans l'antiquité elle était bornée au nord par la Médie et à l'est par la Perside.

La deuxième ville de la province après Suse était Charax au fond du golfe persique, sur un tertre élevé de main d'homme, entre l'embouchure du Tigre et celle de l'Eulée. C'était la patrie de Denys, surnommé le Périégète, qui retraça en vers grecs le système géographique de Strabon et d'Isidore connu sous le nom d'Isidore de Charax, dont il nous reste les Stathmi Parthici[2]. Cette ville a été fondée et colonisée par Alexandre lui-même de qui elle tenait son nom d'Alexandrie. Elle a été par la suite rebaptisée en Antioche par Antiochos IV Epiphane avant d'être appelée Spasinu Charax "retranchement de Spasinès" par l'ambitieux dynaste de Characène, Hyspaocinès (2e moitié du IIe siècle av. J.C.)[3].

Histoire de la province[modifier | modifier le code]

La Susiane apparaît au cours de son histoire, tantôt comme une excroissance mésopotamienne en Iran, tantôt la marche occidentale de l'empire élamite avec lequel elle a été longtemps confondue, pour finir comme une simple province des empires achéménide, séleucide, parthe, sassanide et enfin la province d'une succession de dynasties islamiques[4].

La Susiane, géographiquement et culturellement mésopotamienne, a été rattachée politiquement à l'Elam à plusieurs reprises au cours de sa longue histoire. A la fin du IIIe millénaire, toute la Susiane était politiquement soumise aux rois de la 3e dynastie d'Ur. Mais la chute de l'empire d'Ur en 2002 av. J.C. provoquée essentiellement par les élamites, coïncide avec la reprise de la ville de Suse par les rois de Shimashki[4].

Peuples de la province[modifier | modifier le code]

La Susiane était habitée par les Cissiens, tribu qui, sans être vraiment perse, avait pris les mœurs et les coutumes de ce peuple.

Entre la Susiane et la Perside (autre satrapie perse), une route passait à travers un pays de montagnes habité par des peuples belliqueux et indépendants, essentiellement des Uxiens, qui imposaient un tribut au grand-roi lorsqu'il se rendait de Suse à Persépolis[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aperçu de la géographie ancienne rédigé par Philippe Lasnon de Larenaudière dans le Précis de Géographie Universelle de Conrad Malte-Brun réédité chez Furne et Cie en 1852
  • Bulletin de la Société de Géographie, Deuxième série, tome treizième, chez Arthus-Bertrand libraire de la Société de géographie sur Hautefeuille à Paris, 1840, p.377 Exploration de l'Arménie, du Kurdistan et de la Suziane par M. Texier , p.384 Exploration de la Suziane et du Kurdistan par Henry Creswish Rawlinson
  • La Perse la Chaldée et la Susiane par Mme Jane Dieulafoy, chevalier de la légion d'honneur, officier d'académie, relation de voyage, chez Hachette et Cie à Paris, 1887
  • Dossier Histoire et Archéologie n°138, Suse les dernières découvertes, mai 1989
  • Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres- séance du 10 juillet 1885- Expédition en Suziane de Marcel Dieulafoy

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Susiane », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 19 novembre 2018)
  2. a b et c Philippe de Larenaudière, Aperçu de géographie ancienne dans le Précis de Géographie Universelle de Conrad Malte-Brun, Paris, Furne et Cie, , p. 65
  3. « La route royale des Parthes de Zeugma à Séleucie du Tigre d'après l'Itinéraire d'Isidore de Chaarax par M.-L. Chaumont », sur Persee, (consulté le 19 novembre 2018)
  4. a et b « Dossiers d'Archéologie n° 138 Suse, les dernières découvertes », sur Editions Faton, (consulté le 19 novembre 2018)