Alexander Balus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alexander Balus (HWV 65) est un oratorio en trois actes de Georg Friedrich Haendel sur un livret de Thomas Morell, l'argument étant tiré du Premier livre des Maccabées (Ancien Testament). Le titre réfère au nom du roi de Syrie de -150 à -145, prétendument Séleucide : Alexandre Ier Balas.

Cet oratorio est le quatrième d'une série d'inspiration guerrière et le plus souvent biblique, avec l'Occasional Oratorio (1746)[1], Judas Maccabæus (1747)[2] et Joshua (1748)[3], qui ont célébré les victoires de la Maison de Hanovre sur les rébellions jacobites. L'action se déroule depuis les célébrations des victoires militaires jusqu'à la tragédie finale de caractère plus personnel. La musique d'Alexander Balus fut composée pendant l'été 1747 et la première interprétation publique eut lieu le 23 mars 1748 à Covent Garden.

Ce 23 mars 1748, en complément de l'oratorio lui-même eut probablement lieu la première interprétation du Concerto a due cori no 2 en fa majeur (HWV 333).

En 1754, Haendel reprit la partition et changea en particulier l'affectation du rôle-titre, d'alto à soprano.

Rôles[modifier | modifier le code]

Alexander Balus
Rôle Voix Première, 23 mars 1748
Alexander Balus alto Caterina Galli
Ptolémée, Pharaon égyptien basse Henry Reinhold
Jonathan, Chef des Juifs ténor Thomas Lowe
Cleopatra Thea, fille de Ptolémée soprano Signora Casarini
Aspasia, sa confidente soprano Signora Sibilla
Un courtisan sycophante ténor
Un messager ténor
Un autre messager basse
Chœur d'Israélites, Chœur d'Asiatiques, Chœur de brutes[4]


Résumé de l'action[modifier | modifier le code]

Alexander Balus et Cleopatra Thea

Comme habituellement chez Haendel, l'oratorio commence par une ouverture à la française.

Acte 1[modifier | modifier le code]

Alexander Balus s'est assuré le pouvoir sur la Syrie en tuant le roi Demetrius, et s'est allié avec les Juifs et leur chef Jonathan. Le pharaon d'Egypte, Ptolémée, le félicite et célèbre sa victoire en lui accordant la main de sa fille Cleopatra Thea (à ne pas confondre avec la célèbre Cléopâtre, figure importante de l'opéra à succès Giulio Cesare de 1723). Alexander et Cleopatra s'éprennent l'un de l'autre.

Acte 2[modifier | modifier le code]

Alexander et Cleopatra se marient. Alexander prête l'oreille à un messager qui lui révèle que Jonathan s'apprêterait à le trahir après avoir gagné son amitié. Il s'avère en fait que Ptolémée a organisé le mariage d'Alexander et Cleopatra dans l'unique but de lui usurper son trône et ses possessions. Il prévoit d'envoyer ses troupes en Syrie nuitamment pour enlever et tuer le jeune roi.

Acte 3[modifier | modifier le code]

Cleopatra est enlevée par les sbires à la solde de Ptolémée qui veut la forcer à épouser un autre homme. Pendant la captivité de cette dernière, il veut la contraindre à rompre son union avec Alexander, mais en vain. Alexander s'avance pour la guerre cependant que Jonathan, qui l'assiste, craint le pire, n'ayant pas confiance en la puissance des dieux de la Syrie que révère Alexander. Son intuition s'avère exacte puisqu'il apprend qu'après s'être assuré la victoire lors de trois batailles, Alexander a été tué, tout comme Ptolémée. Cleopatra se recommande à la déesse Isis et se retire vers des rivages plus paisibles. Quand à Jonathan, évoquant la tragédie qui vient de se dérouler, il reste convaincu qu'elle aurait été évitée si chacun avait reconnu le vrai Dieu, le Dieu d'Israël[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Occasional Oratorio : composé en janvier et février 1746, première le 14 février 1746
  2. Judas Maccabæus : composé en juillet et août 1746, première le 1er avril 1747
  3. Joshua : composé en juillet et août 1747, première le 9 mars 1748
  4. « G. F. Handel's Compositions », The Handel Institute (consulté le 6 janvier 2018)
  5. Dean, Winton. "Chapitre 21 Alexander Balus." Handel's Dramatic Oratorios and Masques. London: Oxford UP, 1959. pp 482-97.

Liens externes[modifier | modifier le code]