Alceste (Gluck)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alceste (homonymie).

Alceste
Description de cette image, également commentée ci-après
La Mort d'Alceste par Pierre Peyron.
Musique Christoph Willibald Gluck
Livret Ranieri de' Calzabigi
Création
Burgtheater à Vienne
Création
française

Académie Royale de Musique

Alceste [1] est un opéra (tragédie en musique) en trois actes, composé par Christoph Willibald Gluck, créée le au Burgtheater à Vienne[2] sur un livret de Ranieri de' Calzabigi[2].
Gluck en écrivit également une version en langue française[3], créée à Paris dix ans plus tard, le par l'Académie Royale de Musique[2] au Palais-Royal, dans une adaptation de Le Bland du Roullet.

Le livret est dérivé de la pièce d'Euripide Alceste.
Le sujet avait déjà été traité en 1674 par Lully dans une tragédie lyrique intitulée Alceste ou le Triomphe d'Alcide.

Cette œuvre n'a pas connu le succès d'Orfeo ed Euridice dû à la même équipe en raison de la faiblesse de l'action dramatique.
Les deux versions, italienne et française, sont très différentes.
La version de Paris est pratiquement une nouvelle œuvre. La transposition de l'italien au français imposa d'adapter la musique à la déclamation du français, et la musique de certaines scènes subit de profonds remaniements, Gluck ajoutant de nombreux airs et renforçant le rôle de l'orchestre. Certains de ces changements furent effectués sur le conseil de Jean-Jacques Rousseau, grand admirateur de Gluck. Par ailleurs, du Roullet supprimera trois personnages et en rendra deux muets, mais rétablira Hercule (présent chez Euripide mais qui ne figure pas dans la version italienne), introduira des choryphées, et condensera les scènes.
Le public parisien boudera cet Alceste jusqu'à l'ajout par Gluck d'un ballet final. La version parisienne est considérée comme très supérieure à la version viennoise et c'est cette version, souvent traduite en allemand, en italien ou en anglais, qui a été jouée aussi bien au XIXe qu'au XXe siècle sur les principales scènes d'opéra.

Gluck écrira après la première représentation : « Il n'y a point de temps pour elle ; j'affirme qu'elle plaira également dans deux cents ans. »

La réforme gluckiste[modifier | modifier le code]

À la publication de la partition en 1769 à Vienne, Gluck y ajouta une célèbre préface en italien très certainement rédigée par Calzabigi, manifeste des idées du tandem pour une réforme de l'opéra, qui rappellent celles déjà préconisées par Francesco Algarotti dans son Saggio sopra l'opera in musica (Essai sur l'Opéra en Musique, 1755) :

  • plus d'aria da capo
  • pas ou très peu de possibilités d'improvisation et d'étalage de virtuosité ou de puissance vocale de la part des chanteurs
  • pas de passages mélismatiques prolongés
  • prévalence du chant syllabique pour rendre les paroles plus intelligibles
  • peu de répétitions du texte, même dans les airs
  • atténuation de la distinction entre récitatif et air, limitation du nombre de récitatifs
  • récitatif accompagné plutôt que récitatif sec
  • simplicité mélodique
  • une sinfonia qui ne doit pas anticiper les thèmes musicaux présents dans le corps de l'opéra, tout en devant rester reliée à l'atmosphère générale de l'œuvre que l'auditeur va entendre.

Alceste ne comporte pas à l'origine de rôle pour castrat, bien que Gluck utilise ce type de voix dans son opéra suivant Paride ed Elena (1770), 3° et dernier opéra italien de la réforme gluckiste.

Pour la reprise de l'œuvre à Vienne en 1770, Gluck récrira néanmoins le rôle d'Admète pour le castrat soprano Giuseppe Millico (it), déjà titulaire des rôles d'Orfeo dans Orfeo ed Euridice (version de Parme) et de Pâris dans Paride ed Elena.

Argument (version de Paris)[modifier | modifier le code]

Acte 1
Le roi Admète se meurt, son épouse Alceste, ses enfants, son peuple sont désespérés. Alceste s'éloigne dans une forêt et prie les divinités de l'au-delà de laisser vivre son époux. Apollon répond qu'Admète mourra le jour même à moins qu'une autre personne ne se sacrifie pour mourir à sa place. Alceste s'offre à mourir, et Apollon accepte l'échange. (air célèbre d'Alceste "Divinités du Styx")

Acte 2
Le peuple se réjouit de la guérison d'Admète. Le roi en ignore la raison, et cherche en vain son épouse, mais personne ne peut lui dire où elle se trouve. Admète finit alors par se douter qu'Alceste s'est sacrifiée pour lui, et il décide de la suivre dans l'Hadès.

Acte 3
Le peuple est replongé dans le désespoir et s'apprête à sacrifier les enfants d'Admète et Alceste à la place de leurs parents. Héraclès, ami d'Admète, intervient et promet d'aller vaincre la mort. Entretemps, Alceste a atteint les portes des enfers, où elle rencontre Admète : il la supplie de ne pas franchir cette porte, mais poussée par l'amour elle le fait, et meurt. Héraclès va la sauver, en vainquant Thanatos. Apollon paraît, touché par l'héroïsme d'Héraclès ; il lui promet l'immortalité, et permet à Alceste d'aller rejoindre Admète dans le monde des vivants. Réjouissance générale.

Distribution Vocale[modifier | modifier le code]

Vienne
Rôle
Paris
Rôle
Type de voix Distribution
Vienne 1767
Distribution
Paris 1776
Alceste, reine de Phérès en Thessalie Alceste, reine de Thessalie soprano Antonia Bernasconi Rosalie Levasseur
Admeto, son époux Admète, son époux ténor Giuseppe Tibaldi Joseph Legros
Eumelo et Aspasia,
leurs enfants
Leurs 2 enfants sopranos garçons (1767)
rôles muets (1776)
Evandro, confident d'Admeto Evandre, chef du peuple de Phérès ténor Antonio Pilloni Thirot (ou Tirot)
Ismene, confidente d'Alceste
(-----)
soprano Teresa Eberardi
(-----)
Grand-Prêtre d'Apollon Un Grand-Prêtre baryton Filippo Laschi Nicolas Gélin
(-----)
Hercule baryton
(-----)
Henri Larrivée
Apollo Apollon, protecteur de la maison d'Admète baryton Filippo Laschi Moreau
Une déité infernale Thanathos, divinité infernale basse De La Suze
(-----)
Choryphées soprano, contralto, barytone, basse
(-----)
Un oracle basse
Un crieur public baryton Domenico Poggi
Chœur (Vienne1767): courtisans, citoyens, dames d'honneur d'Alceste, prêtres d'Apollon, divinités du monde souterrain
Chœur (Paris 1776): officiers du palais, suivantes d'Alceste, citoyens de Phérès, déités infernales, prêtres et prêtresses du temple d'Apollon.

Reprises[modifier | modifier le code]

L'ouvrage a été repris à l'Opéra de Paris en 1777, 1779, 1786, 1797, 1825, 1861, 1866. Les rôles étaient remplis par :

  • En 1862 : Pauline Viardot (Alceste), Michot (Admète), David ou Cazeaux (Le Grand-Prêtre)[4].
  • En 1866 : Marie Battu (Alceste), Pierre-François Villaret (Admète), David (le Grand-Prêtre), Charles Bonnesseur (une Divinité infernale), Mlle Levielli (une Jeune Fille grecque)[5],[6].
  • En 1894 : Pauline Savari (Alceste), Lafont (Admète), Montégu (Le Grand-Prêtre), orchestre dirigé par Eugène Damaré [(d) Voir avec Reasonator] au théâtre Moncey[4],[7]. On a, par égard aux voix, baisser tel ou tel air, pour Mme Viardot, en 1862, sur les conseils d'Hector Berlioz mais Mme Pauline Savari, qui chante le rôle d'Alceste,en 1894, a tenu à ce que la tonalité fût conservée dans son unité d'un bout à l'autre de l'opéra[8].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Wq. 37 in Alfred Wotquenne Catalogue thématique des œuvres de Chr. W. v. Gluck, Breitkopf & Härtel, Leipzig 1904)
  2. a b et c Piotr Kaminski, Mille et un opéras, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », , 1819 p. (ISBN 978-2-2136-0017-8), p. 489
  3. (Wq. 44)
  4. a et b Le Ménestrel, 28 janvier 1894 disponible sur Gallica
  5. Le Figaro, 11 octobre 1866 disponible sur Gallica
  6. Le Ménestrel, 12 février 1926 disponible sur Gallica
  7. Le Journal, 9 mars 1894 disponible sur Gallica
  8. Le Figaro, 12 février 1894 disponible sur Gallica
  9. Alceste de Gluck à La Fenice de Venise diffusé sur Mezzo

Liens externes[modifier | modifier le code]