Armide (Gluck)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armide.
Renaud dans les jardins d'Armide, peinture de Fragonard

Armide est un opéra (tragédie lyrique) en cinq actes de Christoph Willibald Gluck, sur un livret de Philippe Quinault[1] , représenté pour la première fois le soir du 23 septembre 1777[1] à Paris à l'Académie Royale de Musique[1]. Il s'agit du quatrième opéra de la « période parisienne » de Gluck. Pour cette œuvre, le compositeur a directement repris le livret que Philippe Quinault avait écrit pour Lully en 1686.

Historique[modifier | modifier le code]

Gluck est alors loin d'être inconnu du public parisien. Dans un intervalle de deux années, l'Académie Royale de Musique a en effet créé Iphigénie en Aulide en 1774 ainsi que les versions françaises d' Orphée et Eurydice et d' Alceste respectivement en 1774 et en 1776 qui ont toutes les trois été couronnées de succès.

Remettre en musique le livret que Quinault avait écrit pour Lully 92 ans auparavant n'a alors rien d'innocent et marque clairement la volonté délibérée de Gluck de se confronter à « armes égales » au fondateur de l'opéra français ; ceci d'autant plus que l'opéra de Lully est alors considéré non seulement comme son chef-d'œuvre, mais aussi et surtout comme l'ouvrage reconnu universellement, tant en France que dans le reste de l'Europe, comme l'expression la plus parfaite de la tradition lyrique française. En outre, et à la différence d'une pratique courante dans l'opera seria, il n'est guère admis - voire pas du tout - de « réutiliser » un livret déjà mis en musique auparavant, et ceci à plus forte raison lorsqu'il s'agit du « tandem Lully/Quinault » ; en effet, le fait de « mettre la main » sur un texte ayant « appartenu » à Lully suffit à susciter critiques et accusations de « lèse-majesté » (au « roi Lully ») ; Mondonville en a fait l'amère expérience quelques années auparavant avec son Thésée qui reprenait également un livret de Quinault mis en musique par Lully - échec[2] qui le conduisit à mettre un terme à sa production lyrique !

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 92
  2. Parues dans Revue de Paris, « http: »,‎ 1836 (consulté le 18 juin 2009)