Aiguebelle (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aiguebelle et Aïgue.

Aiguebelle
Aiguebelle (Savoie)
Vue du village d'Aiguebelle depuis les hauteurs.
Blason de Aiguebelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Pierre-d'Albigny
Intercommunalité communauté de communes Porte de Maurienne
Maire
Mandat
Hervé Genon
2014-2020
Code postal 73220
Code commune 73002
Démographie
Gentilé Aiguebellains
Population
municipale
1 169 hab. (2015 en augmentation de 1,3 % par rapport à 2010)
Densité 304 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 36″ nord, 6° 18′ 22″ est
Altitude Min. 310 m
Max. 1 008 m
Superficie 3,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Aiguebelle

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Aiguebelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aiguebelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aiguebelle
Liens
Site web http://mairie.aiguebelle.free.fr

Aiguebelle est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Les villages d'Aiguebelle et de Randens depuis le Char de la Turche.

Positionné entre la chaîne de Belledonne et le grand Arc au fond d'une vallée encaissée, Aiguebelle se situe à l'entrée de la vallée de la Maurienne.

Le Lac de Charbonnière, qui est une ancienne tourbière, se situant au pied des ruines du fort de même nom, est une propriété privée.

Climat[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aiguebelle est un toponyme se composant du préfixe aigue- et du français belle[1]. Il provient du latin Carbonaria, puis Aqua Bella, l'« eau belle » ou « la belle eau »[2],[1].

D'après une charte de 1082, il semble que ce nom soit l'hyrdonyme d'un nant, affluent de la rivière de l'Arc, provenant du côté de Montgilbert[2],[1]. Il aurait dans un premier temps désigné le vallon avant d'être associé à la paroisse voisine[2]. On a aussi pensé à l'eau de la fontaine de Chaventon qui possède une certaine réputation dans les alentours[2].

Le nom a dérivé au cours des siècles. Une première mention est faite en 1044 avec Castrum qui Carboneria dicitur, d'après Cipolla Carlo et son Monumenta Novaliciensia vetustiora (1901), puis un Burgus qui dicitur Aquabella (avant 1070), puis Aqua pulcra dans une charte de 1082 provenant du Cartulaire de Cluny[2],[1]. Au XIIe siècle, la paroisse est désignée par une église d'Aigabella (1129), ou encore Aquabella (en 1153), pour évoluer en église de Aque Pulchre en 1234[2],[1]. Les seigneurs des lieux sont mentionnés pour la même période avec un Willelmis de Aquabella (selon une charte du XIIe siècle dans le cartulaire de Domène ) ou un Jordanus de Aquabella en 1199[2]. Des formes romanes apparaissent dans les siècles suivants avec Akebelle (XIIIe siècle), Ecquebelle (1518) ou encore Aygabelle (XVIe siècle)[2],[1].

À noter que ce toponyme contraste avec celui de sa voisine Épierre.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Égbèla, selon la graphie de Conflans[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période antique[modifier | modifier le code]

À la fin de l’année 218 av. J.-C., Hannibal Barca, en marche vers l’Italie, serait passé par le col du Cucheron, les Hurtières, Aiguebelle et Charbonnières lors du passage des Alpes[4],[5].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Aiguebelle est la première résidence, avec son château, du comte Humbert, dit plus tard aux blanches mains, vers la fin du XIe siècle[6]. Toutefois, l'historiographie ne sait pas à ce jour dans quelle condition les Humbertiens s'installent à Charbonnières[6]. Le château de Charbonnières construit au milieu du IXe siècle dominait la cité. Il est cité dés 1023[7]. Ce castel féodal reste jusque vers le milieu du XIIIe siècle la résidence ordinaire des premiers comtes de Savoie. Aiguebelle se situe pour cette période dans le comté de Savoie, mais est rattaché du point de vue spirituel dans le diocèse de Maurienne[8]. Un prieuré dédié à Saint-Étienne est fondé vers 1060-1082 (date certaine de son existence en 1139)[9], par Andric ou Agendric, seigneur des lieux[10].

Lors de la guerre franco-savoyarde de 1600-1601, après avoir pris Chambéry et mis le siège devant Montmélian les troupes du roi de France pénétrèrent en Maurienne et se dirigèrent sur Aiguebelle.
Il ne restait plus comme défense que la tour de Charbonnières, défense clé de la Maurienne, située dans les gorges étroites qui s'étendent au pied des montagnes jusqu'au Mont-Cenis. « Ce château eft bâti sur l'Ifère, au sommet d'un rocher inacceffible de toutes parts excepté par un fentier étroit qui conduit à la Porterie ».
Créquy et Abel de Bérenger de Morges[11] furent détachés avec leurs troupes pour investir le fort d'Aiguebelle. Leur rapidité d'action faillit surprendre la garnison du fort qui songeait à brûler le poste, de peur que les troupes françaises y logent. Le marquis de Rosny fit mettre en batterie 10 gros canons et 2 plus petits, sur les sommets dominant le château, qui tirèrent 637 coups avant que la garnison, sans espérance d'être secourue, demanda à capituler « en lui accordant vies & bagues fauves ; du reste on convint qu'elle fotiroit de la place, mêches éteintes & fans drapeaux. »[12].
Le 2 septembre, la capitulation du fort de Charbonnières fut signée, mais « ce qu'il y avait de plus brave parmi les affiégés, ayant refufé de l'accepter, comme n'étant pas affez honorable, on recommença à battre la place, qui fe rendit auffi-tôt après. »[12]

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune d'Aiguebelle s'est divisée en 1738 avec la création de la commune de Randens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie d'Aiguebelle.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1870 Jean Girod    
1870 1874 Maurice Contat    
1874 1878 Erasme Feyges    
1878 1882 Alfred Brunier    
1882 1892 Charles Girod    
1892 1900 Charles Piot   Conseiller Général
1900 1935 Hector Rey   Conseiller Général
1935 1937 Félix Prallet    
1937 1944 Joseph Batailler    
1944 1949 Maurice Cordel   Conseiller Général
1949 1959 Fernand Michelland    
1959 1971 Jean Bois    
1971 1989 Henri Vincent    
1989 1995 René André DVG Principal de collège
1995 en cours
(au mars 2017)
Hervé Genon DVG Cadre supérieur
Président de la Communauté de communes

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Pour un article plus général, voir Industrie de la houille blanche en Maurienne.

Le temps de la houille blanche a commencé assez tardivement à Aiguebelle avec l'implantation en 1931 de la Société française de fonderies et aciéries électriques. Celle-ci pouvait alors se satisfaire de l'énergie des modestes centrales hydroélectriques sur l'Arc (La Christine) et ses affluents des deux versants. Lors du rachat en 1951, la Société d’électrochimie, d'électrométallurgie et des aciéries électriques d'Ugine (SECEMAEU) était avant tout motivée par la disponibilité de terrains plats dans la large plaine alluviale proche de la confluence de l'Arc et de l'Isère. Décidée à développer ses fabrications d'abrasifs, elle ne pouvait agrandir son usine d'Arbine sur la commune de La Bâthie, en Tarentaise, dont le site était contraint en sommet de cône de déjection et bloqué en contrebas par l'urbanisation. Or La Pouille n'était qu'à 35 km. En revanche, pour son approvisionnement en énergie électrique, depuis la nationalisation, la facture restait très lourde : 15 000 kWh à la tonne pour le département de carborundum transféré depuis Arbine qui conservait la fabrication trois fois moins gourmande de corindon ! La totalité des matières premières de ce carbure de silicium devait être acheminée : le coke de pétrole d'Allemagne ou des États-Unis via le port d'Anvers ; le quartzite depuis les carrières de Nemours en Seine-et-Marne par train ou de la Drôme par camion[13].

Ces handicaps n'ont pas empêché l'entreprise de prospérer dans d'euphorie des Trente Glorieuses après son absorption dans le groupe PUK (Pechiney-Ugine-Kuhlmann) en 1972[14]. De nouveaux halls avaient été construits à partir de 1964. L'effectif employé se montait à 332 personnes en 1974. Il n'était pas question cependant de valoriser la production par une première transformation qui restait localisée près des grands foyers de consommation pour des usages très délicats comme le polissage du cuir des chaussures, l'ébarbage des plastiques, l'alésage des moteurs en fonte. Les handicaps ont pesé de tout leur poids dans les temps de déprime économique. Même la nationalisation intervenue en 1983 a été impuissante à enrayer le déclin. L'effectif n'était plus que de 120 personnes en 1985[15] et était devenu squelettique bien avant la fermeture définitive en 1995.

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 111 lits touristiques répartis dans 19 structures[Note 1]. Les hébergements se répartissent comme suit : neuf meublés et un hôtel[16].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18].

En 2015, la commune comptait 1 169 habitants[Note 2], en augmentation de 1,3 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
5717108078089741 1721 1731 1171 080
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 0881 0901 0591 050955945898827843
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
7927848628628381 1351 0911 1731 064
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 - -
1 0448489011 0581 0801 1301 169--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune d'Aiguebelle compte de nombreuses associations :

  • Le Foyer Rural Culturel et Sportif du Canton d'Aiguebelle (judo, peinture sur soie, patchwork, yoga, gymnastique volontaire, volley, bibliothèque)
  • Union Commerciale et Artisanale
  • Aiguebelle en fête
  • Le Sou des Écoles
  • L'Union Sportive du Canton d'Aiguebelle (football)
  • L'Association d'Animation du Canton d'Aiguebelle
  • Fitness Sensation Aiguebelle
  • Aix-Maurienne Savoie Basket
  • L’Écho de Charbonnière (Harmonie de l'école de musique)
  • La Roul'hotte
  • Club Alpin Français section d'Aiguebelle
  • L'Accorderie Porte de Maurienne
  • Mots pour Maux

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Christophe d'Aiguebelle.
Le monument aux morts
  • Château de Charbonnières
Article détaillé : Château de Charbonnières.

Le château de Charbonnières, anciennement castrum carboneria[21], est un ancien château fort, du XIe siècle, remanié au XVIe siècle, dont les vestiges se dressent sur un rocher qui domine l'Arc et le bourg de près de 80 m, verrou glaciaire fermant l'accès à la vallée de Maurienne[22]. Il commandait la route vers l'Italie, par le col du Mont-Cenis. Le château de Charbonnières fut la résidence ancestral des comtes de Savoie, avec Humbert Ier, comte de Maurienne, avant que ceux-ci ne transfèrent leur résidence comtale à Montmélian, puis en 1295 à Chambéry. La forteresse est ruinée au XVIIIe siècle.

  • Église paroissiale dédiée à saint Christophe, mentionnée dés 1139. L'édifice est reconstruit au XIXe siècle, son ancien chevet possède un style gothique remontant au XIIIe siècle et un clocher du XIVe siècle[23]. L'ancien prieuré était dédié à saint Étienne.
  • Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 par le statuaire Philippe Besnard.
  • Tunnel d'Aiguebelle emprunté par l'Autoroute A43.
  • Un monument rend hommage à Albert Bernard (1909-1935), administrateur des colonies. Le monument a été déplacé et se situe actuellement à côté du foyer rural d'Aiguebelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nino Farina, champion du monde de Formule 1 en 1950, est mort à Aiguebelle dans un accident de la route.
  • Louis Germain, peintre de montagne, est né à Aiguebelle.
  • Albert Bernard (1909-1935), administrateur des colonies tombé héroïquement en Abyssinie sur la Côte des Somalies à l'âge de 25 ans[24]. Natif du village, fils d'un notaire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Aiguebelle

Coupé : de gueules à la croix d'argent et de sinople à trois anguilles d'or nageant en fasce rangées en pal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Maurice Messiez-Poche, Pierre Dompnier, Histoire des communes savoyardes : La Maurienne - Chamoux - La Rochette (vol. 3), Roanne, Éditions Horvath, , 558 p. (ISBN 978-2-7171-0289-5, lire en ligne), p. 17-25. ([PDF] lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[16].
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Article « (...) Aiguebelle » », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch (consulté en juillet 2014).
  2. a b c d e f g et h Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 17.
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. http://www.123savoie.com/article-7703-1-aiguebelle.html Aiguebelle, Porte de la Maurienne
  5. Histoire d’Aiguebelle
  6. a et b Bernard Demotz, « Les fortifications de pierre dans le Comté de Savoie », L'Histoire en Savoie : revue de culture et d'information historique,‎ , p. 119-134 (lire en ligne).
  7. Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 141.
  8. Bernard Demotz et François Loridon, 1000 ans d'histoire de la Savoie : La Maurienne, vol. 2, Cléopas, , 845 p. (ISBN 978-2-9522-4597-5), p. 54.
  9. Bernard Demotz, 1000 ans d'histoire de la Savoie : La Maurienne, Cléopas, , 845 p. (ISBN 978-2-9522-4597-5), p. 54.
  10. Réjane Brondy, Bernard Demotz et Jean-Pierre Leguay, La Savoie de l’an mil à la Réforme, XIe siècle-début XVIe siècle, Rennes, Ouest-France, , 455 p. (ISBN 2-85882-536-X, lire en ligne), p. 42.
  11. Généalogie des seigneurs drome des collines
  12. a et b Histoire universelle, Volume 9 par Jacques-Auguste de Thou
  13. Louis Chabert, Les grandes Alpes industrielles de Savoie : évolution économique et humaine (thèse de doctorat d'État), Saint-Alban-Leysse, Imprimerie Gaillard, , 559 p., p. 226.
  14. Louis Chabert, Les grandes Alpes industrielles de Savoie : évolution économique et humaine (thèse de doctorat d'État), Saint-Alban-Leysse, Imprimerie Gaillard, , 559 p., p. 240-243.
  15. Louis Chabert, L'électrochimie et l'électrométallurgie en Savoie, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, coll. « L'histoire en Savoie », , chap. spécial, p. 34.
  16. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  21. Une charte de l'an 1040, 1045, indique « Actum infra castrum qui Carboneria dicitur » Jean Prieur, « La Basse Maurienne. 2. Le patrimoine fortifié », www.sabaudia.org (consulté le 20 novembre 2011). Site des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - Sabaudia.org.
  22. Raoul Blanchard, Les Alpes occidentales, 1943, p. 276.
  23. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4, lire en ligne), p. 20.
  24. Hommes et destins : Afrique noire, vol. 11, Éditions L'Harmattan, , 790 p. (ISBN 978-2-29654-603-5), p. 75-78.