Saint-Georges-d'Hurtières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Georges, Saint Georges (homonymie) et Georges.

Saint-Georges-d'Hurtières
Saint-Georges-d'Hurtières
L'hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Pierre-d'Albigny
Intercommunalité Communauté de communes Porte de Maurienne
Maire
Mandat
Alain Bouvier
2014-2020
Code postal 73220
Code commune 73237
Démographie
Population
municipale
326 hab. (2015 en augmentation de 7,95 % par rapport à 2010)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 10″ nord, 6° 17′ 16″ est
Altitude Min. 325 m
Max. 1 470 m
Superficie 11,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Georges-d'Hurtières

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Georges-d'Hurtières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-d'Hurtières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-d'Hurtières

Saint-Georges-d'Hurtières, anciennement Saint-Georges-des-Hurtières, est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette commune est située en montagne au-dessus de la vallée de la Maurienne entre les communes d'Aiguebelle, chef-lieu du canton et d'Épierre. Longtemps dominée par la production de minerai de fer, la commune s'oriente de plus en plus vers un tourisme rural et culturel avec l'ouverture récente de son éco-musée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Georges-d'Hurtières
Montgilbert Montgilbert, Aiguebelle Aiguebelle
Montendry Saint-Georges-d'Hurtières Argentine
Le Pontet Saint-Alban-d'Hurtières Argentine

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Vue orientale du massif des Hurtières et du village de Saint-Georges-d'Hurtières.

Le territoire de la commune se situe sur le flanc oriental du massif des Hurtières qui constitue la pointe nord de la chaîne de Belledonne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route départementale D 73 à l'entrée sud de Saint-Georges-d'Hurtières.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune était Saint-Georges-des-Hurtières jusqu'au 7 novembre 2013[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sin Zhourzhe, selon la graphie de Conflans[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin de l’année 218 av. J.-C., Hannibal Barca, en marche vers l’Italie serait passé par le col du Cucheron, les Hurtières, Aiguebelle et Charbonnières lors du passage des Alpes[3],[4].

Les mines de fer du village de Saint-Georges-d’Hurtières ont rayonné sur toute la Savoie dès le XIIIe siècle. Les paysans locaux, forts du 'droit coutumier' qui les autorisait à rechercher les précieux filons, développaient leur propre exploitation. S’ouvre alors pour le village une époque où 'fer' et 'savoir-faire' ne font qu'un, participant à l'essor du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 en cours Alain Bouvier PCF Conseiller général du canton d'Aiguebelle

(1976-2008)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 326 habitants[Note 1], en augmentation de 7,95 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
8758981 1821 0301 1551 3321 5041 3521 361
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 2881 3001 3771 3351 2531 1231 1281 010825
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
704622575524378343279286303
1982 1990 1999 2006 2011 2015 - - -
272203210264317326---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Georges-d'Hurtières.
  • Le château de Saint-Georges-des-Hurtières[9], disparu.
  • L'éco-musée du pays des Hurtières, association d'animation du plateau des Hurtières.
  • Le site et le musée du Grand Filon[10].
  • Tunnel des Hurtières emprunté par l'autoroute A43.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2008-1 2013-986 du 5 novembre 2013 portant changement du nom de communes
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 24
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. http://www.123savoie.com/article-7703-1-aiguebelle.html Aiguebelle, Porte de la Maurienne
  4. Histoire d’Aiguebelle
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2015.
  9. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti, , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 151-152.
  10. « Le Grand Filon, site minier des Hurtières ».