Aïgue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Aïgue ou Aygue est la forme francisée de termes issus de divers idiomes romans, qu'ils soient d'oc, francoprovençal[1] et même d'oïl[2], et qui a pour signification « eau », issu du latin aqua (comme le français eau, anciennement eve, ewe).

Toponymes[modifier | modifier le code]

On lui doit des toponymes comme :

Parmi les principales formations impliquant ce toponyme, on peut citer :

Article détaillé : Entraigues.

Aïgue Belle ou Belle Aïgue[modifier | modifier le code]

Aïgue belle est un mélioratif signifie « grande eau, grand cours d'eau ».

Aïgue bère (Aiga bera) en est la forme gasconne :

Aïgue Bonne ou Bonne Aïgue[modifier | modifier le code]

Bonne aïgue est un mélioratif.

Aïgue Blanque/Aigue blanche[modifier | modifier le code]

Aïgue blanque (Aiga blanca) signifie « eau blanche ».

Aïgue Nère/Aigue noire[modifier | modifier le code]

Aïgue nère (Aiga néra) signifie « eau noire ».

Aïgue Rouye/Aigue rouge[modifier | modifier le code]

Aïgue rouye signifie « eau rouge ».

Aigue Brun[modifier | modifier le code]

Aïgue Tinte[modifier | modifier le code]

Aïgue Longue[modifier | modifier le code]

Aïgue longue (Aiga longa [ajgɵ lungɵ]), signifie « long (cours d')eau ».

Aïgues Tortes[modifier | modifier le code]

Aïgues Grosses[modifier | modifier le code]

Aïgue Folle[modifier | modifier le code]

Aigues vertes[modifier | modifier le code]

Aïgue Vive[modifier | modifier le code]

Aïgue vive (Aiga viva) signale des eaux torrentielles :

et diverses communes arrosées par de telles eaux :

aussi :

Aïgue Morte[modifier | modifier le code]

Aïgue morte, qui a pour équivalent Aiga mòrta en occitan, signale des eaux stagnantes.

« Te fises pas a l'aiga mòrta, es la plus fòrta. », proverbe occitan signifiant « méfie toi de l'eau qui dort, elle est la plus forte. »

Dans le domaine linguistique d'oïl :

Aïgue Vieille[modifier | modifier le code]

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Frédéric Rouiller, « Toponymie genevoise », Le Globe : Revue genevoise de géographie, vol. 101,‎ , p. 105 - 136 (lire en ligne)
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2, Genève, Droz, (lire en ligne)