Abdennour Bidar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abdennour Bidar, né en à Clermont-Ferrand, est un philosophe et essayiste français, figure intellectuelle de l'islam libéral, il est membre de l'observatoire de la laïcité et du comité consultatif national d’éthique. Depuis 2016, il est inspecteur général de l'Éducation nationale.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages traitant des évolutions, qu'il estime indispensables, par lesquelles l'islam devrait nécessairement passer pour être en harmonie avec le monde moderne du XXIe siècle et sortir de l'âge de la religion au profit de celui de l’humanisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Abdennour Bidar est agrégé de philosophie et docteur en philosophie[1],[2], après la soutenance d'une thèse intitulée « Mohammed Iqbal : une pédagogie de l'individuation » sous la direction d'Étienne Tassin[3],[4]. Il enseigne la philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles de 2004 à 2012. À compter du , il est nommé Maître de conférences en philosophie à l'ESPE de Lyon (Université Lyon 1). Il est chercheur associé au Laboratoire GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités) de l'École pratique des hautes études[5].

En , il est chargé de mission sur la pédagogie de la laïcité au ministère de l'Éducation nationale et au Haut conseil à l'intégration. Il publie sur le sujet, à La Documentation française, un ouvrage intitulé Pour une pédagogie de la laïcité à l'école[6]. Il est nommé le membre de l'Observatoire de la laïcité.

Outre ses articles dans la presse et les grands médias publics, il est également rédacteur pour la revue Esprit[7]. De à , Abdennour Bidar produit et anime l'émission de débat sur le thème du vivre ensemble et de l'identité - Cause commune, tu m'intéresses sur France Inter[8]. Durant l'été 2014, il a été le producteur et le présentateur de l'émission France islam : questions croisées sur France Inter[9]. En , il reprend l'émission Cultures d'islam sur France Culture après la disparition de son créateur Abdelwahab Meddeb[10], et l'anime jusqu'en avril 2016, date à laquelle Ghaleb Bencheikh lui succède[11].

Présenté comme « le méditant engagé » par Anne-Bénédicte Hoffner dans un article de La Croix[12], il souhaite œuvrer avec d'autres pour une « réparation des liens », et fonde deux associations.

En , avec la psychologue Inès Weber, il fonde le Sésame, un centre de culture spirituelle où athées, agnostiques, croyants de toutes confessions peuvent venir partager ensemble leurs grandes questions de sens, et se nourrir aux héritages des traditions de sagesses - philosophique, mythologique, religieuse, mystique, poétique - d'Orient et d’Occident[13].

En , il fonde Fraternité Générale !, un mouvement pour la fraternité, à travers des actions culturelles, sportives et citoyennes avec Fabienne Servan-Schreiber[14].

En , il est nommé membre du conseil scientifique de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (DILCRA), présidé par Dominique Schnapper[15]. Il est aussi membre du Comité consultatif national d'éthique, et du Conseil des sages sur la laïcité[16].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

De tradition soufie[17], il est spécialiste de l'islam et des évolutions de la vie spirituelle dans le monde contemporain.

Ses ouvrages Un islam pour notre temps (2004), Self Islam, Histoire d'un islam personnel (2006), L'islam sans soumission (2008), Lettre ouverte au monde musulman (2015), L'islam spirituel de Mohammed Iqbal (2017)[18], font de lui une des figures de l'islam libéral. Ce dernier ouvrage, ainsi que sa thèse de doctorat, sont consacrés à l’œuvre du penseur musulman Mohammed Iqbal, dont il traduit et publie en 2020 l'ouvrage philosophique, dans la Bibliothèque des Idées (Gallimard) : La reconstruction de la pensée religieuse en islam. Dans la préface de ce livre, Souleymane Bachir Diagne (Columbia University) écrit que « c’est depuis sa position et son projet philosophique propres, qu'il a exposés dans divers ouvrages, qu'Abdennour Bidar traduit et commente l’œuvre de Mohammed Iqbal », proposant ainsi une « revivification de la grande œuvre de Mohammed Iqbal » car « ce concept de « revivification » traduit bien en effet cette idée, qui est au cœur de la tradition intellectuelle et spirituelle qu'est l'islam, que, périodiquement, la parole de vérité doit mettre au jour un nouvel « élan vita »[19]. »

Dans la veine humaniste et engagée de ses ouvrages Histoire de l'humanisme en Occident (2014)[20], Plaidoyer pour la fraternité (2015)[21],[22] et Quelles valeurs partager et transmettre aujourd'hui (2016), son ouvrage Les Tisserands est consacré à la mise en lumière de l'importance du triple lien - à soi, aux autres et à la nature - comme vital pour grandir en humanité. Dédié à celles et ceux qui « réparent le tissu déchiré du monde », il reçoit en 2016 le prix de l'Essai de l'année du magazine L’Express[23].

En , il publie Révolution Spirituelle ! chez Almora, un appel - écrit sous la forme d'un poème - à s'engager pour créer ce qu'il appelle des « écosystèmes de vie spirituelles ».

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Abdennour Bidar est critiqué en 2015 par Pierre Tevanian[24] et Alain Gresh en 2012[25] pour essentialiser l'islam, la culture et la civilisation musulmanes. Le premier l'a même traité de « fasciste », une critique infondée et inacceptable selon Pascal Bruckner qui estime en 2017 que ce sont des propos d’agitateurs en quête d’une cause[26].

Pour le chercheur Moahmmed-Hashas, l'œuvre de Bidar est peut-être la première tentative d'esquisser de manière innovante un cadre théorique pour la pensée islamique européenne qui ne soit ni eurocentrique ni islamocentrique au sens classique du terme. À travers une approche théosophique, Bidar tente de réunir les deux visions du monde dans un véritable effort de théologien-philosophe. Son projet [consiste] en trois concepts de base : l'auto-islam, l'existentialisme islamique et le dépassement de la religion[27].

Pour la professeur Nadia Kiwan ; dans ses essais et ses interventions, Abdennour Bidar tente d'esquisser les contours de ce qu'il appelle un existentialisme musulman du XXIe siècle ; il peut être considéré comme un médiateur culturel qui cherche à confronter de manière productive les concepts occidentaux et non-occidentaux de religion, de spiritualité, de modernité et d'humanisme[28].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Abdennour Bidar est nommé Chevalier de l'ordre national du Mérite le [29], et est nommé Chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques le .

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Lettre d’un musulman européen, l’Europe ou la Renaissance de l’islam » (Esprit, ).
  • « Islam de l’Ouest » (Esprit, ).
  • « Le destin suspendu de l’Europe spirituelle » (Esprit, décembre 2004).
  • « La fièvre de l’absolu – Derrière les caricatures » (Esprit, mars-, repris par la Revue Microméga, Rome, Primavera 2006).
  • « Nos responsabilités pour les musulmans d’Europe » (Esprit, mars-).
  • « Sur les nouveaux penseurs de l’islam » (Esprit, ).
  • « Est-ce que Dieu existe ? Dialogue entre Joseph Ratzinger et Paolo Flores d'Arcais » (Esprit, ).
  • « L’islam, le sens de la modernité et l’avenir de l’homme » (Esprit, ).
  • « Mohammed Arkoun, une œuvre de déconstruction des fondements de l’islam » (Esprit, ).
  • « Comment sacraliser nos vies ? » (Revue Études, ).
  • « Les outsiders de l’islam », Revue Diogène, PUF/UNESCO (no 226, avril-).
  • « L’islam, un défi nouveau pour la laïcité », in Dictionnaire de la laïcité, Armand Colin 2011.
  • « Islam et laïcité », in Le Guide Républicain, Éditions CNDP, ministère de l’Éducation nationale, Éditions Delagrave, 2004.
  • « De l’identité islamique en particulier, et du concept d’identité en général », in Les Cahiers de Confluences, Intellectuels et Musulmans, Regards sur l’identité nationale, Éditions L'Harmattan, 2010.
  • « Dieu et les mondes », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010.
  • « Quels usages de la raison pour la connaissance et la conduite spirituelles », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010.
  • « L’éducation, sens et essence », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010.
  • « Mohammad Iqbal », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010.
  • « Les grandes figures : Al Afghani, Muhammad Abduh et Al Kawakibi », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010.
  • « Lettre ouverte au monde musulman », Marianne, [30].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche Bnf.
  2. « Fiche conférencier, Abdennour Bidar », sur Akadem.org (consulté le ).
  3. Abdennour Bidar, « Mohammed Iqbal : une pédagogie de l'individuation », Paris 7, (consulté le )
  4. « Mohammed Iqbal : une pédagogie de l'individuation / Abdennour Bidar ; sous la direction de Etienne Tassin - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le )
  5. V. M, « Bidar Abdennour », sur Site du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités, (consulté le ).
  6. « Avis - Haut Conseil à l'intégration », sur archives.hci.gouv.fr (consulté le )
  7. Esprit presse, Portrait Abdennour Bidar.
  8. France Inter émission Cause commune.
  9. france inter, France Islam Questions croisées.
  10. étonnants Voyageurs
  11. Nebia Bendjebbour, « “Questions d’islam” : en lutte contre la crétinisation des esprits », L'Obs, (consulté le ).
  12. Anne-Bénédicte Hoffner, « Abdennour Bidar, méditant engagé », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  13. Helloasso, Sesame centre de culture spirituelle, Qui sommes nous<.
  14. cipdre.gouv.fr
  15. Communiqué de presse : « Installation d'un Conseil scientifique auprès de la DILCRA », gouvernement.fr, 9 février 2016.
  16. Le conseil des sages sur la laïcité, Composition du conseil des sages, membres sur education.gouv.fr.
  17. Psychologies.com, « Abdennour Bidar : Le philosophe soufi qui veut réconcilier citoyenneté et spiritualité », sur www.psychologies.com, (consulté le )
  18. (en) Denis Matringe, « Abdennour Bidar, L’islam face à la mort de Dieu: actualité de Mohammed Iqbal », South Asia Multidisciplinary Academic Journal (Online), Book Reviews,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Préface par Jean Perrot », dans La traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse et le dilemme du destinataire, Peter Lang (ISBN 978-2-87574-010-6, lire en ligne).
  20. Colette Camelin, « Le travail infini de l’humanisme : notes de lecture de Histoire de l'humanisme en Occident d'Abdennour Bidar », Acta fabula, vol. 16, no 5,‎ mai-juin-juillet 2015 (lire en ligne, consulté le )
  21. Agnès Perrin-Doucey, « Prendre la décision de fraternité », Trema, no 53,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Agnès Perrin-Doucey et Jacques-Louis Perrin, « Lire Zola pour apprendre la fraternité », Trema revue internationale en sciences de l'éducation et didactique, no 53,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Les Tisserands, prix de l'Essai de L'Express: le lien et le mal », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  24. Le ver et le fruit, Pierre Tevanian, Les Mots Sont Importants, 20 novembre 2015.
  25. Bidar, ces musulmans que nous aimons tant, Alain Gresh, ’' Blog monde diplo.net, 25 mars 2012.
  26. Pascal Bruckner, « Ils haïssent la France, non parce qu'elle opprime les musulmans, mais parce qu'elle les libère », Figaro Vox,‎ semaine du 6 octobre 2017, p. 54-55 (lire en ligne), « Ils haïssent la France, non parce qu'elle opprime les musulmans, mais parce qu'elle les libère » ((reproduit dans)), Tribune juive,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. MoahmmedHashas 2013
    « Bidar’s work may be the first attempt that innovatively outlines a theoretical framework for European Islamic thought that is neither Eurocentric nor Islamocentric in the classical senses of the terms. Through a theosophic approach, Bidar tries to put the two worldviews together in a genuine effort of a theologian-philosopher.[…] His three basic concepts: Self-Islam, Islamic Existentialism, and Overcoming Religion. »
  28. Nadia Kiwan 2020
    « French philosopher, Abdennour Bidar […] attempts to sketch out the contours of what he calls a twenty-first century Muslim existentialism (Bidar 2008)[…]Bidar’s approach can be described as a project of cultural translation, whereby he can be regarded as a cultural mediator who seeks to productively confront non-western and western concepts of religion, spirituality, modernity and humanism. »
  29. « Décret du 20 novembre 2015 portant promotion et nomination - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  30. « Lettre ouverte au monde musulman », .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mohamed Iqbal (trad. Eva de Vitray-Meyerovitch et Adrien Maisonneuve, préf. Francis Lamand), Reconstruire la pensée de l’islam [« The Reconstruction of Religious Thought in islam (1928-1932) »], Paris, Editions du Rocher, coll. « Traditions », (ISBN 978-2268023168).
  • (en) Mohammed Hashas, « Reading Abdennour Bidar: New Pathways for European Islamic Thought », Journal of Muslims in Europe, vol. 2, no 1,‎ , p. 45–76 (lire en ligne).
  • Franck Frégosi, « L’envers de la législation sur les voiles : une domestication de l’islam par la loi », Revue du droit des religions, no 2,‎ , p. 83-106 (lire en ligne).
  • (en) Nadia Kiwan, « Secularism, Islam and Public Intellectuals in Contemporary France », dans Nadia Kiwan, Secularism Islam and Public Intellectuals in Contemporary France, Manchester Scholarship Online, (ISBN 9781784994129, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :