Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT
Image illustrative de l’article Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT

Image illustrative de l’article Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT
Titulaire actuel
Frédéric Potier
depuis le 15 mai 2017
Création 16 février 2012
Premier titulaire Régis Guyot
Site internet gouvernement.fr/dilcrah

Un délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) est, en France, un délégué interministériel institué en 2012 pour coordonner la politique nationale de lutte contre le racisme, l'antisémitisme et, depuis 2016, la haine anti-LGBT[1].

Attributions[modifier | modifier le code]

Au titre de ses attributions :

  1. Il assure le secrétariat du comité interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Il prépare ses travaux et délibérations et en suit l'exécution aux niveaux national et territorial ;
  2. Il coordonne et assure la mise en œuvre de la politique nationale de lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine-anti-LGBT. À ce titre, il œuvre au renforcement des collaborations entre l'État, les collectivités territoriales et les partenaires sociaux et économiques ;
  3. Il participe aux travaux relatifs aux questions relevant de sa compétence que conduit, en matière européenne et internationale, le ministre des Affaires étrangères.

Pour l'exercice de ses missions, il peut faire appel, en tant que de besoin, aux administrations publiques centrales, aux corps d'inspection et, dans le respect des pouvoirs confiés aux ambassadeurs[2] et aux préfets[3], aux services déconcentrés relevant des ministres intéressés, notamment des ministres membres du comité.

Il peut réunir des représentants de ces administrations ainsi que de tout organisme public intéressé par les causes.

En juillet 2016, la lutte contre l'homophobie est ajoutée à la mission du DILCRA, devenu dès lors DILCRAH[4].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Ses moyens de fonctionnement précédemment inscrits au budget du ministère de l'Intérieur, le sont désormais auprès des services du Premier ministre. Censé par ailleurs dépendre du ministre de l'Intérieur quand bien même il est toutefois directement rattaché au Premier ministre depuis le [5], il rend compte aux deux de ses travaux.

Titulaires[modifier | modifier le code]

Nom Date de nomination
Régis Guyot [6]
Gilles Clavreul [7]
Frédéric Potier [8]

Toutes les personnes ayant occupé ce poste sont des préfets.

Critiques[modifier | modifier le code]

SOS Racisme a estimé, lors de la nomination du premier titulaire, qu'elle était « à visée électoraliste » et trop tardive[9].

Quelques mois seulement après sa nomination, Gilles Clavreul, ancien conseiller auprès de François Hollande, suscite une vive polémique par ses propos rapportés dans un article de Libération[10],[11],[12]. Jean-Claude Dulieu, coprésident du MRAP, lui reproche par exemple d'avoir fait une hiérarchie des racismes en ayant déclaré :

« Tous les racismes sont condamnables, mais le racisme anti-Arabe et anti-Noir n’a pas les mêmes ressorts que l’antisémitisme dans sa violence. Il faut être capable de dire la particularité de l’antisémitisme[12]. »

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses travaux sont consultables en PDF/X dans un espace dédié sur le site du Premier ministre.

Il a publié son premier rapport d'activité en [13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2012-221 du 16 février 2012 instituant un délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme.
  2. Décret no 79-433 du 1er juin 1979 relatif aux pouvoirs des ambassadeurs et à l'organisation des services de l'État à l'étranger.
  3. Décret no 2004-374 du 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets, à l'organisation et à l'action des services de l'Etat dans les régions et départements.
  4. Aude Lorriaux, « Les propos du nouveau référent homophobie inquiètent des militants LGBT », sur Slate, .
  5. « Communiqué de presse - Nomination du délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ».
  6. Décret du 1er mars 2012 portant nomination du délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme - M. Guyot (Régis).
  7. Décret du 27 novembre 2014 portant nomination du délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme - M. CLAVREUL (Gilles).
  8. Décret du 4 mai 2017 portant nomination du délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme et la haine envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans - M. POTIER (Frédéric).
  9. « L'ex-préfet des Deux-Sèvres chargé de la lutte contre la racisme », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne).
  10. Alice Géraud, « Gilles Clavreul, la valse antiraciste », Libération,‎ (lire en ligne).
  11. Youssef El Amraoui, « À quoi sert la DILCRA ? », sur Quartiers XXI, .
  12. a et b Carine Fouteau, « Antiracisme : Gilles Clavreul, délégué interministériel à la discorde », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  13. « 2013 : une première année d’action pour apprendre à mieux vivre ensemble », sur gouvernement.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]