Les liens qui libèrent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les liens qui libèrent (LLL) est une maison d'édition française fondée en 2009 par Sophie Marinopoulos et Henri Trubert, et qui édite des livres de sciences humaines ; elle est connue pour son engagement à gauche.

Historique[modifier | modifier le code]

La maison est fondée en 2009 par Henri Trubert, alors éditeur chez Fayard, et son épouse Sophie Marinopoulos, psychologue et psychanalyste[1]. Elle est soutenue par Actes Sud, qui assure la fabrication des livres[1]. Le nom est trouvé par l'économiste Bernard Maris, en référence aux liens qui permettent le développement humain aussi bien qu'économique[1].

Activité[modifier | modifier le code]

Les liens qui libèrent publie des essais et des documents dans les domaines de l’économie, la politique, les sciences, la psychologie, la psychanalyse etc. Elle publie chaque année entre vingt et vingt-cinq titres[1]. Elle est connue pour son engagement à gauche[1].

Auteurs[modifier | modifier le code]

On trouve dans le catalogue de la maison les ouvrages de Jean Claude Ameisen (les trois opus de Sur les épaules de Darwin), de Fabrice Nicolino (Bidoche : l'industrie de la viande menace le monde et Un empoisonnement universel : comment les produits chimiques ont envahi la planète), du prix Nobel d'économie Joseph Eugene Stiglitz (Le prix de l'inégalité, Le triomphe de la cupidité, etc.), de Jeremy Rifkin (Une nouvelle conscience pour un monde en crise, La troisième révolution industrielle et La Société du coût marginal zéro : l'internet des objets, l'émergence des communaux collaboratifs et l'éclipse du capitalisme) ainsi que plusieurs ouvrages du collectif des économistes atterrés[1].

Elle publie des livres d'Attac et des ouvrages en partenariat avec Le Monde diplomatique, ainsi que :

  • Patrick Viveret (La cause humaine : du bon usage de la fin du monde)
  • Bruno Gaccio (Petit manuel de survie à l'attention d'un socialiste dans un dîner avec des gens de gauche)
  • Jean-François Mattei (Où va l'humanité – avec Israël Nisand – et L'humanitaire à l'épreuve de l'éthique)
  • Thierry Janssen (Confidences et Le défi positif)
  • David Graeber (Dette : 5000 ans d'histoire)
  • Roland Gori (La dignité de penser, La fabrique des imposteurs et Faut-il renoncer à la liberté pour être heureux ?)
  • Frédéric Lordon (La Malfaçon : monnaie européenne et souveraineté démocratique)
  • Sophie Marinopoulos (Combattre les petites philosophies du pénis, Dites-moi à quoi il joue, je vous dirai comment il va, Le carnet de santé psy)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Dominique Perrin, « Les liens qui libèrent, éditeur engagé », M le magazine du Monde,‎ (lire en ligne) (accès payant).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]