Les Liens qui libèrent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Les liens qui libèrent)
Les Liens Qui Libèrent

LLL

Création 18-06-2009
Fondateurs Sophie Marinopoulos et Henri Trubert
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris
Direction Henri Trubert
Activité Édition de livres
Siren 512 947 755
Site web www.editionslesliensquiliberent.frVoir et modifier les données sur Wikidata

Les Liens qui libèrent (LLL) est une maison d'édition française fondée en 2009 par Sophie Marinopoulos et Henri Trubert, et qui édite des livres de sciences humaines ; elle est connue pour son engagement à gauche.

Historique[modifier | modifier le code]

La maison est fondée en 2009 par Henri Trubert, alors éditeur chez Fayard, et Sophie Marinopoulos, psychologue et psychanalyste[1]. Ils sont secondés par Nicolas Deschamps, arrivé en 2013 au sein de la maison. Elle est soutenue par Actes Sud, qui est également leur diffuseur. Le nom est trouvé par l'économiste Bernard Maris, en référence aux liens qui permettent le développement humain aussi bien qu'économique[1].

Activité[modifier | modifier le code]

Les liens qui libèrent publie des essais et des documents dans les domaines de l’économie, la politique, les sciences, la psychologie, la psychanalyse etc. Elle publie chaque année entre vingt et vingt-cinq titres[1]. Elle est connue pour son engagement à gauche[1].

Auteurs[modifier | modifier le code]

On trouve dans le catalogue de la maison des ouvrages de Jean Claude Ameisen (les trois opus de Sur les épaules de Darwin), de Fabrice Nicolino (Bidoche : l'industrie de la viande menace le monde et Un empoisonnement universel : comment les produits chimiques ont envahi la planète), du prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz (Le prix de l'inégalité, Le triomphe de la cupidité, etc.), de Jeremy Rifkin (Une nouvelle conscience pour un monde en crise, La troisième révolution industrielle et La Société du coût marginal zéro : l'internet des objets, l'émergence des communaux collaboratifs et l'éclipse du capitalisme), de Raphaël Liogier, de Guillaume Pitron (La guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique) ainsi que plusieurs ouvrages du collectif des économistes atterrés[1].

Elle publie des livres d'Attac et des ouvrages en partenariat avec Le Monde diplomatique, ainsi que :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Dominique Perrin, « Les liens qui libèrent, éditeur engagé », M le magazine du Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2018) (accès payant).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]