Professeur de chaire supérieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Professeur.

Propre à la France, le titre de professeur de chaire supérieure désigne un fonctionnaire ayant vocation à être affecté, pour y assurer les enseignements prévus, dans les chaires supérieures[Quoi ?] créées dans les classes préparatoires aux grandes écoles des établissements de second degré.

Ce corps, à distinguer de celui des professeurs agrégés, a été créé par le décret n°68-503 du 30 mai 1968[1]. Le ministre de l'Éducation nationale par interim était alors Georges Pompidou, ancien élève de l'École normale supérieure et ancien professeur de lettres en première supérieure au lycée Henri-IV (Paris).

Statut[modifier | modifier le code]

Les professeurs de chaires supérieures sont nommés par arrêté du ministre chargé de l'Éducation nationale parmi les candidats inscrits sur une liste d'aptitude nationale par discipline, établie par l'Inspection générale de l'Éducation nationale parmi les professeurs agrégés ayant atteint au moins le 6e échelon de la classe normale et enseignant en classe préparatoire depuis au moins deux ans. Contrairement à la hors-classe des professeurs agrégés, il n'y a ni candidature ni barème pour l'accès à la liste d'aptitude des professeurs de chaire supérieure. L'échelonnement indiciaire des professeurs de chaires supérieures est identique à celui des professeurs agrégés hors classe, mais l'avancement est plus rapide[réf. nécessaire] sauf pour le dernier échelon.

L'inspection des membres du corps relève du monopole des groupes disciplinaires permanents et spécialisés[Lesquels ?] de l'Inspection générale de l'Éducation nationale, qui ne peuvent déléguer cette compétence.

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2007, 155 professeurs de chaires supérieures ont été nommés, 174 l'ont été en 2008, et 142 en 2009[2].

Références[modifier | modifier le code]