Robe (vêtement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robe.
Une robe à la mode en 1958.
Tous les garçons et hommes des sept âges de la vie portent la robe, sauf le bébé emmaillotté et le jeune homme (Livre des propriétés des choses de Barthélemy l'Anglais, XIIIe siècle).
Femmes portant des robes de soirée durant une parage d'élégances à Montréal en 1939

Une robe est un vêtement qui couvre le corps d'une seule pièce allant des épaules aux jambes. Elle s'enfile par la tête grâce à une ouverture dans le dos, sur le devant ou pas d'ouvertures du tout.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si le terme désigne de nos jours, en Occident, un vêtement presque exclusivement féminin, de nombreuses cultures la considèrent comme un vêtement traditionnel masculin (pays islamiques, Extrême-Orient, certains peuples d'Afrique et d'Amérique latine, en Chine jusqu'au début du XXe siècle).

Même en Europe, la robe a longtemps été portée par les deux sexes avant la naissance du concept de féminité lors de la Renaissance. Elle reste un vêtement unisexe chez les enfants jusqu'au XIXe siècle comme le montre l'iconographie : dès qu'il n'est plus emmailloté et qu'il peut se tenir assis, vers sept ou huit mois, on enlève le maillot à l'enfant pour lui faire revêtir la robe. Ce vêtement permet de changer les couches de l'enfant plus facilement, le laisse ainsi nu et libre de ses gestes et de ses jeux, en été tout au moins. Certains détails sur les tableaux permettent cependant de reconnaître le sexe : la robe des garçons ressemble à une jaquette boutonnée à l'avant, la robe des filles est boutonnée à l'arrière ; différences entre les cols, les bonnets, les jeux. Ce robage abolit les différences de sexe et cette abolition est renforcée par le fait que les garçons comme les filles portent les cheveux longs. L'enfant est « robé » jusqu'à l'âge de six ou sept ans, époque de l'âge de raison pour la première communion fixée par le concile de Trente et qui est un rite de passage important pour le garçon qui le fait entrer dans le monde des hommes. Ce rite n'existe pas pour les filles, qui passent insensiblement de la robe des enfants à celle des femmes[1].

Lorsque la robe devient un vêtement unisexe au milieu du XIXe siècle, elle stigmatise le rôle auquel la femme doit se cantonner en entravant ses mouvements, soit par des jupons démesurés (crinoline, etc), soit par des carcans de tissus (XIXe siècle)[2]. Elle prend plusieurs formes successives[3] :

Et ce n'est qu'après la Première Guerre mondiale que la coupe va se simplifier pour offrir une plus grande liberté de mouvement ou au contraire souligner les formes[2].

C'est vers 1920 que les robes commencent à laisser entrevoir les chevilles, provoquant de nombreux scandales[2]. C'est également à cette époque qu'apparaît la petite robe noire, vêtement court et léger aux lignes simples et de couleur sombre.

Les matières et les coupes sont variables ; elle peut être plus ou moins longue sur les jambes, comporter ou non des manches. La coupe comporte un corsage et une jupe cousus pour ne former qu'une seule pièce.

Types de robes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Danièle Alexandre-Bidon, Monique Closson, L'enfant à l'ombre des cathédrales, Presses universitaires de Lyon,‎ , p. 110
  2. a, b et c Le vêtement, M.N. Boutin-Arnaud, S. Tasmadjian, Éditions Nathan, 1997 (ISBN 2-09-182472-0)
  3. Nathalie Bailleux et Bruno Remaury, Modes et vêtements, Éditions Gallimard (ISBN 2-07-053270-4)
  4. Appelée aussi « robe jambe libre ».
  5. Bruno Remaury, Dictionnaire de la mode au XXe siècle, Éditions du Regard,‎ (ISBN 2-84105-048-3), p. 18

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :