Église Notre-Dame-du-Rosaire de Tunis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Notre-Dame-du-Rosaire de Tunis
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame-du-Rosaire de Tunis
Façade de l’église en 2015
Présentation
Culte Catholicisme
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Tunis
Fin des travaux 1896
Date de désacralisation 1964
Protection Monument historique classé et protégé en Tunisie (1999)
Géographie
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Tunis
Ville Tunis
Coordonnées 36° 47′ 33″ nord, 10° 10′ 28″ est

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

(Voir situation sur carte : Tunisie)
Église Notre-Dame-du-Rosaire de Tunis

Géolocalisation sur la carte : Tunis

(Voir situation sur carte : Tunis)
Église Notre-Dame-du-Rosaire de Tunis

L'église Notre-Dame-du-Rosaire de Tunis (arabe : كنيسة نوتردام دو روزار بتونس), située dans le faubourg sud de la médina de Tunis près de Bab Jedid, est une église catholique construite en 1896 pendant le protectorat français. Cédée au gouvernement tunisien en 1964, elle est désormais reconvertie en centre culturel.

Premiers édifices[modifier | modifier le code]

La construction de deux chapelles dans les quartiers populaires européens est décidée par Mgr Charles Lavigerie le . Il s’agit de la chapelle « San Paolo de Maltesi » à destination des Maltais et de la chapelle « Santa Lucia dei Siciliani » à destination des Italiens. Cette dernière est installée dans un magasin situé au milieu de la rue de la Sebkha qui mène au quartier de Bab El Fellah, où quelques familles maltaises et italiennes ont élu domicile. Inaugurée le , elle est bien vite trop petite : 150 personnes s’y entassent chaque dimanche et certains fidèles en sont réduits à devoir suivre les offices depuis la rue[1].

Historique de l’église[modifier | modifier le code]

Un local plus grand est trouvé lorsque l’archevêque de Carthage Mgr Clément Combes achète en 1896, pour la somme de 20 000 francs, le Dar Rachid, annexe du Dar Ben Ayed[2] au numéro 9 de la rue de l’École, qui servait alors de palais de justice. Pour desservir la nouvelle église dédiée à Notre Dame du Rosaire, il fait appel à la congrégation des Salésiens. Ceux-ci acceptent à la condition d’être totalement indépendants de l’archevêché. Les deux parties étant tombées d’accord, l’église est inaugurée en 1896 ; la paroisse de Notre-Dame du Rosaire est créée la même année.

Les religieux salésiens vont profiter de cette liberté pour développer de nombreuses activités à destination des jeunes fidèles : théâtre, chorale, fanfare avec trente clairons et vingt tambours. Bientôt s’ouvrent des sections sportives de gymnastique, athlétisme et football. L’éducation religieuse n’est pas oubliée puisqu’en 1935 les prêtres estiment à 600 le nombre d’enfants qui suivent les cours de catéchisme[3].

Toutes ces activités nécessitent de grandes surfaces. Si plusieurs terrains et locaux sont achetés, de multiples travaux tentent d’agrandir l’église. En 1909, « un appartement jusqu’ici très obscur et qui ne pouvait servir pour rien, est devenu un magnifique baptistère où les rayons du soleil matinal se jouent très agréablement à travers les vitraux de la porte nouvelle ». En 1924, on embellit l’intérieur de l’édifice en y ajoutant une coupole, des colonnades et des lustres de cristal[4].

Vie de la paroisse de Notre-Dame-du-Rosaire à l’époque du protectorat[5]
Baptêmes Mariages Sépultures
1900 484 99 191
1910 775 143 289
1920 581 213 233
1930 683 173 219
1940 532 136 263
1950 400 153 165
1960 149 90 97

Après l’indépendance[modifier | modifier le code]

L’indépendance de la Tunisie en 1956 provoque le départ progressif de beaucoup de familles européennes mais l’affluence reste élevée dans cette église bâtie dans un quartier populaire. Elle est finalement fermée à l’occasion du modus vivendi signé entre le gouvernement tunisien et le Vatican le . Le bâtiment est cédé gratuitement avec l’assurance qu’il ne sera utilisé qu’à des fins d’intérêt public compatibles avec son ancienne destination[6].

Après quelques années sans affectation, l’édifice est reconverti en école d’art théâtral[5] avant de devenir le centre culturel « Hassan-Zmerli ». Après l’effondrement du toit, le centre est fermé en attendant que le budget nécessaire aux travaux de restauration soit rassemblé[7].

Le bâtiment devient un monument classé le 31 août 1999[8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Dornier, Les catholiques en Tunisie au fil des jours, Tunis, Imprimerie Finzi, , 676 p., p. 183
  2. Jacques Revault, Palais et demeures de Tunis (XVIIIe et XIXe siècles), vol. II, Paris, Centre national de la recherche scientifique, , 648 p. (lire en ligne), p. 140
  3. François Dornier, op. cit., p. 184
  4. Saloua Ouerghemmi, Les églises catholiques de Tunisie à l’époque coloniale : étude historique et architecturale, Tours, Université de Tunis-Université François Rabelais de Tours, , p. 97
  5. a et b François Dornier, op. cit., p. 185
  6. « Modus vivendi entre le Saint Siège et la République tunisienne » [PDF], sur iuscangreg.it (consulté le 3 mai 2017)
  7. « Église Notre-Dame-du-Rosaire », sur lostintunis.com, (consulté le 14 juin 2018)
  8. « Décret n°99-1933 du 31 août 1999, relatif au classement des monuments historiques », Journal officiel de la République tunisienne, no 74,‎ , p. 1676-1677 (ISSN 0330-7921)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :