Église Sainte-Monique du Bardo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Sainte-Monique du Bardo
Image illustrative de l’article Église Sainte-Monique du Bardo
Vue de l’église dans les années 1960
Présentation
Culte Catholicisme
Fin des travaux 1921
Architecte Guénier
Style dominant Style néo-roman
Date de désacralisation 1964
Géographie
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Tunis
Ville Le Bardo
Coordonnées 36° 48′ 37″ nord, 10° 08′ 19″ est

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

(Voir situation sur carte : Tunisie)
Église Sainte-Monique du Bardo

L’église Sainte-Monique du Bardo, située dans la ville du Bardo en Tunisie, est une église catholique construite en 1921 pendant le protectorat français. Cédée au gouvernement tunisien en 1964, elle abrite maintenant un local sportif dédié au Stade tunisien.

Historique de l’église[modifier | modifier le code]

Si la paroisse du Bardo est créée en 1914[1], on n’envisage alors que la construction d’un presbytère pour y héberger le curé et aménager une chapelle au rez-de-chaussée du bâtiment que l’on décrit comme « beau et spacieux ». Cependant, l’augmentation continue de la population chrétienne rend urgente l’édification d’une église.

Le terrain est donné par une certaine Mme Brou mais les fonds nécessaires au chantier ne peuvent être rassemblés qu’au moyen d’une souscription lancée en 1920 par l’abbé Orinel et qui permet de collecter plus de 8 000 francs. Une pétition adressée à l’archevêché de Carthage demande son soutien financier en rappelant la présence de 1 200 chrétiens dans la paroisse[2].

Le chantier peut enfin démarrer d’après des plans de l’architecte Guénier[3] et l’église, dédiée à sainte Monique[2], est inaugurée le 18 décembre 1921. Toutefois, faute d’un financement suffisant, seuls le choeur et le transept sont achevés à cette date. Il faut alors faire appel à nouveau à la générosité des fidèles pour achever l’édifice[4].

Si la population chrétienne de la ville augmente jusqu’à 15 000 âmes en 1948[5], l’indépendance de la Tunisie en 1956 provoque le départ de la plupart des Européens. L’église est finalement fermée à l’occasion du modus vivendi signé entre le gouvernement tunisien et le Vatican le . Le bâtiment est cédé gratuitement avec l’assurance qu’il ne sera utilisé qu’à des fins d’intérêt public compatibles avec son ancienne destination[6].

Il abrite actuellement des locaux appartenant au Stade tunisien[7].

Vie de la paroisse du Bardo à l’époque du protectorat[8]
Baptêmes Mariages Sépultures
1900 0 3 8
1910 0 11 7
1920 22 9 3
1930 91 16 34
1940 129 22 49
1950 172 41 61
1960 27 19 19

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Dornier, Les catholiques en Tunisie au fil des jours, éd. Imprimerie Finzi, Tunis, 2000, p. 639
  2. a et b François Dornier, op. cit., p. 321
  3. Saloua Ouerghemmi, Les églises catholiques de Tunisie à l’époque coloniale. Étude historique et architecturale, éd. Université de Tunis-Université François Rabelais de Tours, Tours, 2011, p. 103
  4. Saloua Ouerghemmi, op. cit., p. 103
  5. François Dornier, op. cit., p. 322
  6. « Modus vivendi entre le Saint Siège et la République tunisienne » [PDF], sur iuscangreg.it (consulté le 3 mai 2017)
  7. Saloua Ouerghemmi, op. cit., p. 506
  8. François Dornier, op. cit., p. 631