Musée d'Enfida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée archéologique d’Enfida
Tunisie Enfidaville.JPG
Façade de l’ancienne église abritant le musée
Informations générales
Ouverture
Collections
Collections
Mosaïques romaines
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Tunisie
voir sur la carte de Tunisie
Red pog.svg

Le musée d'Enfida est un musée archéologique tunisien situé dans la ville d'Enfida. Il occupe l'ancienne église Saint-Augustin construite en 1907.

Construction de l’église Saint-Augustin[modifier | modifier le code]

Acquis en 1880 par la Société marseillaise de crédit, le domaine d’Enfida d’une superficie de 94 000 hectares est constitué en société agricole après l’instauration du protectorat français de Tunisie sous le nom de Société agricole et immobilière franco-africaine[1]. Pour assurer l’assistance spirituelle des cadres et des ouvriers européens qui travaillent sur le domaine, la société sollicite du vicariat apostolique de Tunis la présence d’un prêtre qu’elle se propose de rémunérer et de loger. L’abbé Joseph Aquilina arrive sur place le 21 décembre 1882. Faute de lieu de culte, les messes sont dites dans les locaux de la société.

Église Saint-Augustin dans les années 1920

Enfida devient une paroisse en 1884 mais des désaccords entre les responsables de la société et le prélat forcent ce dernier à quitter ses fidèles en 1887. L’abbé Emmanuelli lui succède jusqu’en 1928. Conscient des problèmes que pose l’absence d’un lieu de culte indépendant, il fait bâtir une petite chapelle qui s’avère bientôt trop petite.

En 1905, de très belles mosaïques sont découvertes sur les sites de Bir Chegarnia (Uppenna) et de Sidi Abiche. Le 11 mai, l’archevêque de Carthage, Monseigneur Clément Combes, visite le site en compagnie du curé et du responsable de la direction des antiquités de Tunisie. D’un commun accord, il est décidé la construction d’une église assez vaste pour recevoir ces mosaïques chrétiennes et le plan de l’édifice est tracé en fonction de leur futur emplacement.

De nouvelles fouilles mettent à jour une mosaïque dédiée aux seize martyrs d’Upenna. On découvre également un coffret de pierre orné d’un fil d’or et la poussière d’un parchemin. Toutes ces trouvailles sont transférées dans l’église en construction et placées dans le chœur avec les mosaïques des évêques Honorius, Balreliorus et Paulus.

La nouvelle église dédiée à saint Augustin est inaugurée le 1er mai 1907[2].

Vie de la paroisse d’Enfida à l’époque du protectorat[3]
Baptêmes Mariages Sépultures
1900 50 7 7
1910 37 9 14
1920 16 4 4
1930 21 6 1
1940 4 2 3
1950 6 6 4
1960 6 1 4

Indépendance de la Tunisie[modifier | modifier le code]

L’indépendance du pays provoque le départ de nombreux Européens vers la France et l’Italie mais il reste encore 300 chrétiens en 1956. La région est essentiellement agricole et est moins touchée que les grandes villes par le départ des fonctionnaires. La nationalisation des terres européennes le 12 mai 1964 change tout. Le domaine d’Enfidaville est nationalisé, y compris l’église et le presbytère, propriétés de la société. Les colons français comme italiens sont expulsés de leur maison et n’ont d’autre choix que de quitter la région. Quant à l’église, elle est transformée en musée d’archéologie chrétienne après que le bas-relief représentant la Cène ait été transporté à Sousse et placé dans le mur, près du baptistère[3].

À l’ouverture du musée en 1965, la collection de mosaïques est enrichie par des stèles païennes de type votives provenant des mêmes sites, ainsi que par une collection de céramiques romaines provenant des nécropoles de la région de Aïn Garci[4].

Après plusieurs années de travaux, le musée est rouvert le 18 mai 2016[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Dornier, Les catholiques en Tunisie au fil des jours, éd. Imprimerie Finzi, Tunis, 2000, p. 315
  2. François Dornier, op. cit., p. 316
  3. a et b François Dornier, op. cit., p. 317
  4. Tahar Ghalia, Le musée archéologique d'Enfidha, éd. Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle, Tunis, date inconnue
  5. Khalil Jelassi, « Le musée archéologique d’Enfidha rouvre ses portes », sur webdo.tn, (consulté le 19 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]