Économie de la république du Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Drapeau de la République du Congo République du Congo
Indicateurs économiques
Image illustrative de l’article Économie de la république du Congo
La Tour Nabemba, symbole de l'urbanisation de la République du Congo

Monnaie Franc CFA
Année fiscale Année calendaire
Organisations internationales UA, OMC
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) en diminution 7,799 milliards de US$ (2017)
Produit intérieur brut en PPA en diminution 29,16 milliards de US$ (2017)
Rang pour le PIB en PPA 135e
Croissance du PIB en diminution -3,6 % (2017)
PIB par habitant en PPA en diminution 6 700 US$ (2017)
PIB par secteur agriculture : 8,9 %
industrie : 50,8 %
services : 40,3 % (2017)
Inflation (IPC) -0,4 % (2017)
Pop. sous le seuil de pauvreté 46,5 % (2011)
Population active 2,055 millions (2016)
Population active par secteur agriculture : 35,4 %
industrie : 20,6 %
services : 44 % (2005)
Taux de chômage 36 % (2014)
Principales industries extraction de pétrole, ciment, bois de construction, brassage, sucre, huile de palme, savon, farine, cigarettes
Commerce extérieur
Exportations en augmentation 5,238 milliards de US$ (2017)
Biens exportés pétrole, bois d'oeuvre, contreplaqué, sucre, cacao, café, diamants
Principaux clients 2017 :

Drapeau de la République populaire de Chine Chine 53,8 %
Drapeau de l'Angola Angola 6,2 %
Drapeau du Gabon Gabon 5,7 %
Drapeau de l'Italie Italie 5,4 %
Drapeau de l'Espagne Espagne 5,4 %

Importations Increase Negative.svg 3,519 milliards de US$ (2017)
Biens importés biens d'équipement, matériaux de construction, produits alimentaires
Principaux fournisseurs 2017 :

Drapeau de la France France 15 %
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 14 %
Drapeau de la Belgique Belgique 12,2 %
Drapeau de la Norvège Norvège 8,1 %

Finances publiques
Dette publique Increase Negative.svg 92,2 % du PIB (2017)
Dette extérieure Increase Negative.svg 5,197 milliards de US$ (2017)
Recettes publiques 2,516 milliards de US$ (2017)
Dépenses publiques 3,336 milliards de US$ (2017)
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/cf.html

L'économie de la république du Congo repose principalement sur l'exploitation des hydrocarbures le long de la côte atlantique. Le bois, les services, et une agriculture embryonnaire constituant le reste de l'activité. Le Congo est un pays en développement, inclus dans l'Initiative pays pauvres très endettés (IPPTE)[1].

Les deux piliers de l'exportation sont le bois et le pétrole tous deux exploités, principalement, par des compagnies françaises qui versent en contrepartie des devises très importantes à l'État.

Le bois représente une part importante des exportations du Congo : acajou, okoumé, limba, etc. L'activité industrielle repose sur la production de biens de consommation : le tabac, le ciment, le textile, le savon, les boissons alcoolisées, les chaussures, etc. Plus de 95 % du commerce est aux mains d'étrangers ou de personnes d'origine étrangère.

Secteur économique[modifier | modifier le code]

Pêche artisanale.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Agriculture : le manioc (tapioca) représente 90 % de la production alimentaire, sucre, riz, blé, arachides, légumes divers, café, cacao

Pétrole (4e producteur africain), bois, manganèse, gaz naturel, or, fer, diamant, plomb, cuivre, potasse, zinc

Revenus pétroliers[modifier | modifier le code]

Les ressources pétrolières du Congo sont gérées par une compagnie pétrolière d'État (la Société nationale des pétroles du Congo ou SNPC), dirigée en 2008 par Denis Gokana.

Depuis 1976, le raffinage du pétrole est effectué à Pointe-Noire, la capitale économique du Congo. Il fournit 90 % des recettes de l'État, et constitue le même pourcentage des exportations.

Avec une croissance annuelle du PNB de 5 %, l'un des taux les plus forts d'Afrique, au début des années 1980, la forte croissance des revenus pétroliers a permis au Congo de financer des projets de développement à grande échelle.

Par la suite, la chute des cours du brut a réduit de moitié le PNB La dévaluation de 50 % du franc CFA, le 12 janvier 1994, a provoqué un taux record d'inflation de 61 % la même année.

Globalement, la situation s'est dégradée entre 1992 et 1997 par des dettes lourdes engagées alors par les autorités sur les ressources pétrolières, dans le but de financer les guerres tribales. Les revenus pétroliers de l'État congolais se chiffrent à environ 6 milliards USD, mais la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté de 1 dollar US par jour. L'enlisement dans la mauvaise gouvernance et le manque de véritable stratégie pour le développement économique et social ont fait inscrire le Congo, malgré la richesse et la diversité de ses ressources, à l'initiative de Pays Pauvre Très Endetté (PPTE).

Références[modifier | modifier le code]