Économie du Soudan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En dépit de ressources naturelles considérables, le Soudan est parmi les pays les plus pauvres du monde. Traditionnellement, l'économie du Soudan a été principalement agricole - avec la production de coton et de gomme arabique. La production (et les exportations) significative de pétrole commence vers la fin de 1999. L'économie du Soudan change nettement : 73 % des revenus d'exportation viennent du pétrole. Cette production de pétrole a amené des investissements étrangers importants et une modernisation du pays.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Productions agricoles en 1998
Culture Production (en tonnes) Cheptel Production (en tête de bétail)
Sorgho 3 700 000 Ovins 42 400 000
Blé 637 000 Bovins 35 600 000
Millet 600 000 Caprins 37 300 000
Légume 460 000 Camélidés 3 100 000
Tomate 240 000 Asins 720 000
Thé 169 000
Agrumes 140 000
Datte 175 000
Fruit 380 000
Canne à sucre 5 900 000
Arachides 1 100 000
Sésame 339 000 Autres (en tonnes et en mètre cube)
Coton 320 000 Pêche 45 000 t
Gomme arabique 35 000 Bois 110 000 m3

Agriculture et forêt  : La grande variété climatique permet une large diversification des activités et des productions agricoles et pastorales. L'agriculture, qui connaît de sérieuses difficultés en cas de sécheresse, est la principale ressource du pays et fournit les principaux produits d'exportation, en particulier le coton, le sésame et la gomme arabique (le Soudan détient 80 % du marché mondial) ; mais la production de céréales reste insuffisante pour nourrir la population du pays qui doit en importer.

Pétrole[modifier | modifier le code]

Carte des concessions pétrolières et gazières[1]

Les réserves de brut exploitées au Soudan s’élèvent depuis janvier 2004 à 563 millions de barils ; en 2001 il s’agissait de 262 millions de barils. En juin 2004, la production s’est élevée à 345 000 barils/jour, elle était de 270 000 barils/jour en 2003.

Pour 2005, les dernières estimations (CIA) font état de 400 000 barils/jour soit 146 millions de barils/an ou 20 millions de tonnes/an, ainsi que de réserves prouvées de 1,6 milliard de barils soit à peu près 220 millions de tonnes.

Électricité[modifier | modifier le code]

Le Soudan n’a qu’une production de 728 mégawatts d’électricité venant à peu près à parts égales de source thermique (pétrole surtout) et hydroélectrique. Le barrage plus important est celui de Roseires sur le Nil Bleu qui fournit 280 mégawatts. L’insuffisance de la production vient de ce qu'elle est variable selon les pluies. Les régions non couvertes dépendent de générateurs au diesel ; seulement 30 % de la population a accès à l’électricité. Il est prévu de faire passer ce chiffre à 90 %, au prix de trois milliards de dollars d'investissement dans les années à venir. Le plus grand des projets est le barrage de la 4e cataracte qui produira 1250 mégawatts. Un autre barrage est construit par la Chine à la seconde cataracte et produira 300 mégawatts.

Information sur le PIB[2][modifier | modifier le code]

Le PIB en parité du pouvoir d`achat du Soudan est de 93 milliards $ USD, ce qui représente un PIB par habitant de 2300$ USD (182e au monde). Il est important de comprendre que le PIB prend en compte les activités marchandes, mais aussi les services rendus par les administrations publiques. Le taux de croissance réel du PIB se situe à 3,8 % (2009), ce qui le classe 42e au monde. Le taux de croissance est un indicateur économique utilisé pour mesurer la croissance de l'économie d'un pays d'une année sur l'autre. Donc, on peut en conclure que l’économie soudanaise, en 2009, a eu une poussée de 3,8 % par rapport au PIB de 2008. Comparé aux autres états du continent africain, le Soudan est inférieur au point de vue de la croissance du PIB. Ces pays voisins ont un taux moyen de 5 %.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :